Le PDG de Société Générale a invité mercredi à ne pas « exagérer la menace systémique » liée aux poursuites dont fait l'objet BNP Paribas aux Etats-Unis, estimant que la banque française avait les moyens de faire face à une éventuelle amende.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

« Je ne pense pas qu'il faille exagérer la menace systémique. Il y a un sujet particulier. Les sommes dont on parle sont évidemment finançables », a déclaré Fréderic Oudéa à l'occasion d'une conférence de presse consacrée au 150e anniversaire de son établissement. Le PDG de Société Générale n'a pas souhaité faire d'autre commentaire sur ce dossier.

Accusé par les Etats-Unis d'avoir réalisé des transactions en dollars avec des pays sous embargo, le groupe BNP Paribas pourrait écoper, selon la presse américaine, d'une amende supérieure à 10 milliards de dollars (7,34 milliards d'euros) et être interdit – a priori temporairement – de réaliser certaines opérations en dollars.