Le PDG de la banque Société Générale Frédéric Oudéa a confirmé jeudi l'engagement de son groupe en Russie, malgré les tensions liées à la crise ukrainienne, estimant qu'à long terme les liens du pays avec l'Europe allaient se renforcer.

« Ma vision stratégique, c'est qu'à long terme les liens entre l'Europe et la Russie se renforceront » , a-t-il indiqué sur BFM Business, en marge d'une conférence sur le secteur bancaire organisée par The Economist. La Russie « est très important comme débouché et restera un élément majeur de développement aussi pour l'Europe. Nous faisons ce pari de long terme, notre engagement en Russie est confirmé » , a ajouté Frédéric Oudéa.

« Je pense que les sanctions seront limitées » , a-t-il jugé par ailleurs, estimant que l'Europe avait autant à perdre que la Russie en cas de représailles, citant l'exemple de l'Allemagne sur l'énergie.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

La SocGen présente via Rosbank, 2e banque de Russie

Sur l'exposition du groupe en Russie et les pays périphériques, Frédéric Oudéa a estimé qu'il fallait « relativiser »  car ces pays représentaient moins de 5% du total des engagements du groupe. Société Générale est présent en Russie via Rosbank, deuxième banque du pays en termes de réseau, et a fait de ce marché un axe stratégique de son développement à l'international.