La société de courtage et de banque en ligne Boursorama, filiale de Société Générale, a enregistré en 2011 un bénéfice net de 43,4 millions d'euros, multiplié par six par rapport à 2010, année marquée par une importante dépréciation.

En 2010, le résultat de Boursorama avait souffert de la dépréciation pour 29,8 millions d'euros de l'écart d'acquisition généré par l'achat du portail allemand OnVista. Sans tenir compte de cette dépréciation, le résultat 2011 progresse de 16% sur un an. 

Le PDG du groupe, Inés Mercereau, a évoqué « un résultat en forte croissance qui confirme le succès du modèle de croissance de Boursorama, grâce à la banque en ligne en France et à des activités internationales qui ont été dynamiques ». Le résultat brut d'exploitation a également augmenté de 16%, à près de 70 millions d'euros.

Sur les trois derniers mois de l'année, le résultat net affiche une très légère progression (+1%) à 10,3 millions d'euros, en excluant l'impact de la dépréciation. Cette dernière avait conduit Boursorama dans le rouge au quatrième trimestre 2010 avec une perte de 19,6 millions d'euros.

L'accent mis sur la banque en ligne 

Le groupe a réalisé en 2011 un produit net bancaire (PNB, l'équivalent du chiffre d'affaires) en hausse de 7% à 218,7 millions d'euros, soutenu en particulier par la dynamisme de la banque en ligne en France. Cette dernière s'élève à 92 millions d'euros et représente 53% du PNB réalisé dans l'Hexagone. En deux ans, le nombre de comptes courants a doublé (plus de 217.000) et l'ouverture de comptes s'est accélérée (+4%).

Les dépôts dits de bilan (hors assurance-vie et livrets réglementés comme le Livret A) ont progressé de 20% sur un an à 3 milliards d'euros. L'épargne hors bilan a en revanche connu une désaffection dans un contexte de marché dégradé, avec un encours stable à 3,2 milliards d'euros. Dans le détail, la collecte nette en assurance-vie accuse un repli de 32% mais demeure positive à 190 millions d'euros.

La fermeture annoncée du réseau d'agences, à horizon juin 2012, permettra « d'avoir un modèle beaucoup plus pur de banque en ligne », a par ailleurs souligné Inès Mercereau. Ce projet, qui prévoit la fermeture de la totalité des 12 agences et le rapatriement du personnel au siège, se traduit par une provision de 4,5 millions d'euros.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

« Résultats positifs » des filiales internationales

L'activité courtage voit son PNB diminuer de 5% sur un an à 70,4 millions d'euros, soit 41% du PNB France. Le nouveau portail internet boursorama.com a attiré plus de 10 millions de visiteurs uniques

« Nos filiales internationales sont revenues à un résultat positif, leur redressement attendu est confirmé », a expliqué la patronne de Boursorama, en soulignant que leur PNB avait crû globalement de 15%. Au Royaume-Uni, la filiale Selftrade a toutefois enregistré deux éléments non récurrents pour un montant de 1,5 million d'euros, qui a pesé sur son bénéfice net, en chute de 41% à 1,4 million d'euros. La filiale allemande a renoué avec les bénéfices et la filiale espagnole a réduit sa perte annuelle.

« En 2012, nous allons confirmer le leadership de Boursorama dans tous ces métiers », avec entre autres une accélération de l'utilisation du mobile pour accéder à la banque en ligne. Boursorama compte aussi enrichir son offre de produits bancaires et d'investissements, ainsi que son offre de courtage dans toutes ses filiales.