La Société Générale a salué le fait que "le préjudice moral et financier exceptionnel subi par la banque et ses salariés" ait été reconnu par le jugement prononcé mardi à l'encontre du trader Jérôme Kerviel.

« Le jugement (...) confirme que les agissements frauduleux de Jérôme Kerviel ont été opérés à l'insu de la banque et reconnaît le préjudice moral et financier exceptionnel subi par la banque et ses salariés », a indiqué la banque, dans un commmuniqué.

Reconnu coupable des trois chefs d'accusation retenus contre lui, Jérôme Kerviel a été condamné mardi à cinq ans de prison, dont trois ferme, et à verser 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à son ancien employeur. Cette somme correspondait aux montants des pertes subies par la Société Générale à l'issue de cet épisode, révélé publiquement en janvier 2008. Il va faire appel de cette décision.

Important pour les salariés et les actionnaires

« C'est une décision importante pour la banque, ses salariés mais aussi ses clients et actionnaires au regard de la fraude exceptionnelle dont la banque a été victime », a commenté l'établissement.

Compte pour enfant/ado : notre comparatif des offres sans risque

La banque assure avoir « tiré dès l'origine les leçons de cette affaire » et « engagé d'importants moyens humains et financiers pour renforcer l'ensemble de ses dispositifs de contrôle ». Elle affirme être aujourd'hui « tournée vers l'avenir ».