La banque BNP Paribas veut fusionner ses deux enseignes implantées en Bretagne, BNP Paribas et Banque de Bretagne, sous la dénomination BNP Paribas - Banque de Bretagne, et s'est engagée à garantir un emploi en région à chaque salarié des deux entités, sans plan social.

Le projet a été soumis vendredi aux comités d'entreprise de la Banque de Bretagne et de la direction régionale ouest de BNP Paribas, a indiqué une porte-parole de BNP Paribas.

La fusion des deux établissements s'inscrit dans un projet de développement en Bretagne, qui doit notamment se traduire par l'ouverture de nouvelles agences ainsi que par la création de centres de décision sur le bassin de Rennes. Un plan industriel doit être présenté aux instances représentatives du personnel dans les semaines à venir, a indiqué la porte-parole.

8% des agences bancaires bretonnes

La Banque de Bretagne compte une cinquantaine d'agences, tandis que BNP Paribas en possède environ 70 en Bretagne. A eux deux, les établissements représentent environ 8% des guichets bancaires en Bretagne.

Outre la garantie d'« un emploi pour chacun en région », le projet prévoit la prise en compte de la proximité entre le domicile et le lieu de travail pour les affectations, a précisé la porte-parole. Des entretiens individuels sont prévus pour chaque salarié concerné par le projet.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Réagissant à cette annonce, le syndicat CFDT s'est dit inquiet de ce rapprochement, dont les conséquences sur l'emploi « pourraient être lourdes », selon un communiqué. Si la question du maintien de l'emploi a fait l'objet d'un engagement de la banque, la CFDT demande des garanties pour éviter la « mobilité forcée » et « l'assurance d'une évolution motivante des parcours professionnels ».