Le président de la Fédération bancaire française (FBF) a émis jeudi des réserves sur un plafonnement généralisé des frais bancaires, soulignant le coût du maintien d'un réseau bancaire de proximité, tout en disant le secteur bancaire « prêt au dialogue ».

« Sur les frais [bancaires], on est prêt au dialogue mais, j'insiste, il y a un vrai coût aux services bancaires qu'on offre », a déclaré Frédéric Oudéa, président de la FBF, en conclusion de son audition par les députés de la commission des Finances. « Je suis toujours très surpris que les frais bancaires, les 25 euros avec un conseiller qui est là, qui sache répondre, soient jugés très élevés par rapport à la facture téléphonique que je paie sans m'adresser spécialement à quelqu'un », a-t-il argué.

Interrogé sur la possibilité de plafonner les frais bancaires pour tous -une demande relancée mercredi par les associations de consommateurs CLCV et Unaf- le président de la FBF, organe de lobby des banques françaises, a opposé le coût du maintien d'un réseau bancaire de proximité.

La banque de détail est « en difficulté »

La banque de détail est « aujourd'hui en difficulté », a-t-il déploré, rappelant l'environnement durable de taux bas et négatifs rongeant les revenus, les frais salariaux ainsi que les coûts d'investissement technologique et de formation engagés par le secteur pour sa transformation. En 2018, le secteur bancaire employait 362.800 personnes en France, selon les derniers chiffres de la FBF.

« Est-ce qu'on veut préserver ce service bancaire de proximité ? (...) Ce ne sont pas des machines qui traitent ces clients en difficulté quand il y a un problème (...), ce sont des hommes et des femmes », a-t-il déclaré. « Il y a des pays où c'est beaucoup plus automatique, radical et où il n'y a pas accessoirement toutes ces facilités de découvert », a-t-il assuré, affirmant que la France était, avec l'Espagne, le pays européen ayant la plus forte densité d'agences bancaires.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Selon un rapport de l'agence de notation S&P Global Ratings, la densité d'agences bancaires en France s'élevait à 55 agences pour 100.000 habitants en 2018 contre 33 agences en moyenne en Europe. « La capacité de maintenir ce modèle relationnel passe quand même par des revenus, sinon on n'y arrivera pas et on sera remplacé (...) par Amazon bank », a-t-il affirmé.

Evoquant Boursorama, première banque en ligne en France en matière de clients et filiale de Société Générale, M. Oudéa a estimé que ce modèle ne correspondait « pas à tous les clients ». « Il faut qu'on choisisse collectivement de savoir si on veut plutôt ce type de banque ou encore avoir des banques ancrées dans les territoires », a-t-il résumé.

Voir aussi notre palamrès des banques les moins chères