BNP Paribas

Frais bancaires : les établissements mauvais élèves bientôt dénoncés

  • MoneyVox avec AFP
  • ,
  • 6 commentaires
Conférence de presse de Bruno Le Maire en 2020
Capture d'écran - Ministère de l'Economie et des Finances

Les banques françaises, qui avaient promis fin 2018 diverses mesures visant à limiter les frais bancaires, ont « globalement » tenu leurs engagements mais certains « établissements individuels » n'ont pas joué le jeu, a constaté vendredi Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

« J'ai donc pris la décision de demander à l'ACPR [le gendarme français de la finance, NDLR], avec la Banque de France, de rendre publics les noms de ces établissements individuels (...) dans les semaines qui viennent », a déclaré le ministre durant une conférence de presse. « Je ne veux pas que la mobilisation des banques françaises pour les publics fragiles soit discréditée par le comportement inacceptable de quelques établissements », a poursuivi le ministre, insistant sur le fait que dans l'ensemble, « les engagements des banques ont été tenus ».

Conséquence pour partie du mouvement des Gilets jaunes, le secteur bancaire français s'était engagé fin 2018 auprès de gouvernement à plafonner les frais d'incidents bancaires pour les clients bénéficiaires de l'offre spécifique - offre bancaire de base pour un maximum de trois euros mensuels - mais aussi pour les populations fragiles. Désormais, les détenteurs de l'offre spécifique ne peuvent pas être facturés plus de 20 euros par mois et 200 euros par an, et les personnes fragiles financièrement pas plus de 25 euros par mois et 250 euros par an.

Lire à ce propos : Les frais d'incidents plafonnés à 25 euros pour les clients dans le rouge

« 3,3 millions de clients » profitent du plafond mensuel de 25 euros

Les banques avaient également promis de promouvoir plus largement l'offre spécifique, l'ACPR comme les associations de consommateurs ayant relevé des insuffisances dans l'identification des clients fragiles, éligibles à cette offre bancaire de base. « Le plafond mensuel de 25 euros de frais d'incidents est appliqué à 3,3 millions de clients et a permis la diminution des frais pour un million de clients », s'est félicité Bruno Le Maire.

En outre, « 490 000 personnes bénéficient désormais de l'offre spécifique aux clientèles fragiles à la fin de l'année 2019, contre 381 000 fin 2017 », a poursuivi le ministre, tout en disant vouloir à travailler sur les points d'amélioration. Parmi les mesures envisagées, la mise en œuvre d'une « cellule l'alerte à la Banque de France » ou encore l'approfondissement de la définition de la notion de « publics fragiles ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 22 février 2020 à 12h04 - #1Petit louis
  • Homme
  • 68 ans

S'en remettre à la grande bonté des banques...... quel angélisme!
Un simple décret ou un arrêté ministériel pourraient suffire !!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 février 2020 à 14h51 - #2Djack
  • Homme
  • Essonnes

@Petit Louis ... oui, dans un état totalitaire !
N'est-il pas préférable de laisser la concurrence s'exercer et la liberté aux consommateurs de choisir en connaissance de cause ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 22 février 2020 à 15h19 - #3Petit louis
  • Homme
  • 68 ans

à Djack
pour les usagers fragiles, les modestes,les exclus, il n'y a pas de concurrence possible,car ceux-là auront du mal à retrouver une banque voulant les récupérer !
Un décret apparaîtrait donc plutôt comme une mesure sociale élémentaire, une sorte de filet de sécurité pour ces précaires, chômeurs, retraités,travailleurs pauvres...
Et puis,l'assurance chômage réformée par l’exécutif, à coups de décrets, en 2019, durcissant les conditions d'allocations et cassant la convention collective négociée, n'est-elle pas une forme de totalitarisme?
Je m’apprêtais à répondre sur la démocratie et amendements,mais je ne veux pas squatter davantage l'espace de ce forum!!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 février 2020 à 15h39 - #4Djack
  • Homme
  • Essonnes

@ Petit Louis ... le droit au compte existe et en cas de refus, un recours auprès de la Banque de France est possible qui peut alors désigner une banque proche du domicile et lui imposer d'ouvrir un compte assorti des services bancaires de base (la Banque Postale pour ne pas la citer "héberge" ainsi une grande partie de ces profils)

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 22 février 2020 à 17h38 - #5Petit louis
  • Homme
  • 68 ans

Bien sûr que le droit au compte existe, Djack !
Mais, demander à des gens fragiles, modestes, dans la panade momentanée...de chercher ailleurs, me paraît leur rajouter une difficulté supplémentaire dont ils n'ont pas besoin.
Quand les enquêtes montrent que la grande majorité des usagers bancaires restent attachés à leurs banques,il m'apparaît logique qu'une simple mesure réglementaire s'impose face à celles-ci, bien souvent, très préoccupées par leurs coûts et profits !
Entre la libre concurrence de ces établissements financiers et le droit élémentaire des gens, mon choix est fait.
Mais,ceci est une question d'éthique !!
Bon w-e .

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 23 février 2020 à 16h35 - #6Djack
  • Homme
  • Essonnes

@ Petit-Louis ... il me semble personnellement naturel (et sage) qu'un établissement financier, comme toute entreprise d'ailleurs, s'attache à conserver un bilan positif... aucune entreprise ne conserve un client qui ne règle pas ses dettes, au risque de se mettre en danger.
La responsabilité sociale (protection des moins aisés) est à mon avis du ressort de la collectivité, et donc de l'état régalien, qui devrait offrir des solutions alternatives et encadrées à ces profils "fragiles"... ce que l'état fait d'ailleurs à travers ce "droit au compte" que je mentionnais plus haut.
Peut-être faudrait-il faire plus, sans doute, mais sans en déléguer la responsabilité à ceux dont ce n'est pas le rôle... ni en les désignant à l’opprobre publique pour ne pas le faire, comme semble le suggérer Monsieur Lemaire.
Le même Monsieur Lemaire qui déplore que les Français ne jouent pas un rôle plus citoyen en aidant par leurs investissements boursiers les entreprises nationales à se développer ... par curiosité, jetez donc un coup d’œil à sa déclaration de patrimoine (que vous trouverez facilement sur le net), et vous pourrez constater qu'il n'applique pas de son côté ce qu'il prêche pour les autres.
Question d'éthique me direz-vous ... j'ai la mienne, ne vous en déplaise, pas plus méprisable que d'autres, mais à chacun son rôle, et les vaches seront bien gardées :-)
Bon Week-end également !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire