Le nombre de distributeurs et de points d'accès aux espèces en France métropolitaine s'est stabilisé en 2021, après une légère baisse en 2020, principalement grâce au développement des points de distribution dans les commerces, selon un rapport publié lundi par la Banque de France.

Au total, il y avait 73.802 points d'accès aux espèces à fin 2021, contre 73.976 fin 2020, soit une baisse de 0,2%. Entre 2019 et 2020, leur nombre avait baissé de 3,2%. « Le maillage du territoire est globalement inchangé d'une année sur l'autre », a commenté la Banque de France, soulignant que, comme l'an passé, « plus de 99% de la population métropolitaine, âgée de 15 ans et plus » disposait d'un moyen d'accès à moins de 15 minutes en voiture.

Cette stabilisation est due au développement des points de retrait dans les commerces, qui représentent plus d'un tiers du total et ont progressé de 3,2% en 2021, tandis que le nombre d'automates a diminué de 2%.

« La diminution du nombre de distributeurs est concentrée sur les villes les plus peuplées et les mieux équipées, reflétant une optimisation des installations existantes dans ces territoires et n'étant donc pas de nature à altérer les indicateurs d'accessibilité », a cependant précisé la Banque de France.

Si le nombre total de distributeurs automatiques de billets (DAB) a diminué, il a augmenté de 4,7% dans les communes de moins de 500 habitants, qui n'en concentrent cependant qu'une infime partie.

Jusqu'à 150 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Les distributeurs indépendants triplent

Autre évolution notable, par rapport à fin 2020, le nombre de distributeurs indépendants a presque triplé avec 352 points en France métropolitaine. Trois opérateurs se répartissent le marché : les américains Euronet et Brink's ainsi que le suédois Loomis.

« Ces DAB sont principalement localisés, d'une part, dans les lieux à forte fréquentation - notamment étrangère (aéroports, lieux touristiques ou près des frontières, etc.) et, d'autre part, dans les communes rurales dépourvues d'infrastructures, souvent en partenariat avec les collectivités locales (communes) », a détaillé la Banque de France.

« Aux DAB et aux points d'accès privatifs aux espèces, il faut également ajouter d'autres moyens d'accéder aux espèces, tels que le cashback (retraits d'espèces dans un commerce avec un achat associé à l'opération) », a précisé la Fédération française des banques qui rappelle que « si l'utilisation des espèces diminue, (les banques) restent vigilantes à ce que tous les Français y aient accès sans difficulté ».