Le Crédit Mutuel Centre Est Europe - CIC, 3e banque de détail française, a dégagé un résultat net part du groupe de 1,194 milliard d'euros en 2009, en forte hausse à comparer à 353 millions d'euros en 2008, a annoncé vendredi son président Etienne Pflimlin.

La banque a traversé la crise sans encombres puisque son produit net bancaire a dans le même temps presque doublé à 10,226 milliards d'euros contre 5,795 milliards d'euros, du fait de l'acquisition du Crédit Mutuel Midi-Atlantique ainsi que de Cofidis et de Targobank, a-t-il expliqué.

Le coût du risque pour la banque s'élève à 1,987 milliard d'euros au 31 décembre 2009 contre 1,064 milliard d'euros un an plus tôt.

M. Pflimlin a expliqué que la banque avait enregistré un accroissement net de 412.100 nouveaux clients (hors apport de Cofidis) pour un total de 15,5 millions, le groupe Cofidis apportant 3,5 millions de clients.

La banque a généré une hausse des crédits à la clientèle de 10,2 milliards d'euros en tenant compte de l'apport du groupe Cofidis (7,8 milliards), ce qui porte l'encours total à 225,2 milliards d'euros.

Pendant la période sous revue, la banque a d'autre part enregistré une hausse de 44,9 milliards (+12,5%) de l'épargne gérée et conservée pour un encours total de 403,8 milliards d'euros.

M. Pflimlin a expliqué que la banque n'avait "pas de produits toxiques dans ses stocks". "En période de crise, on a tendance à se calfeutrer, nous au contraire nous avons poursuivi notre développement", a-t-il souligné.

La banque a réalisé 25% de son produit net bancaire à l'international, dont 10% en Allemagne.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

En banque de détail, la banque a enregistré une hausse de son encours de 2%, dont +3% sur les prêts à l'habitat et +5% pour les crédits d'investissement.

"Disposant de 23,5 milliards d'euros de capitaux propres comptables (...), le groupe aborde l'avenir avec confiance et détermination", souligne la banque dans un communiqué.

M. Pflimlin a encore indiqué que dans le secteur de la banque, l'avenir proche se ferait "cahin-caha" avec "une reprise incontestable depuis la fin de l'an dernier".