Le quotidien Le Parisien rapporte dans son édition de jeudi que Jean-Pierre Bertrand, le père de l'actuel secrétaire général de l'UMP, a attaqué son employeur, la Société Générale, aux prud'hommes.

Prié de quitter l'entreprise il y a un an et demi, dans le cadre d'une réorganisation de son service, Jean-Pierre Bertrand s'est vu proposé, en guise d'indemnités de départ, l'équivalent de trois mois de salaire. Très insuffisant pour le père de l'ancien ministre du travail, 41 ans d'ancienneté au sein de la banque, qui estime être traité de façon « scandaleuse ».

Jean-Pierre Bertrand, qui affirme n'avoir prévenu son fils de cette affaire que dimanche dernier, a donc choisi de saisir les prud'hommes. Il réclame la rupture de son contrat de travail, assortie de 250.000 € d'indemnités, plus des dommages et intérêts.

Le jugement sera rendu en février. A moins, bien sûr, qu'un arrangement soit trouvé d'ici là.