Mais comment gagner un peu d’argent actuellement avec vos placements ? Cette question, tout épargnant cherchant à faire fructifier ses économies se la pose. Mais il n'existe aucune réponse miracle ! Diagnostic détaillé des rendements de l’assurance vie, le placement qui amasse encore aujourd'hui le plus d'épargne en France, afin de vous aider à faire vos choix...

1 – Sous la barre symbolique de 1% dès 2021 ?

Avant de savoir quelle sera la rémunération moyenne de l’année 2021, il faut déterminer quel a été le rendement servi, en moyenne, en 2020. Les supports star historiques de l’assurance vie, synonyme de placement sans risque, ont rapporté 1,28% selon l’autorité de référence du secteur (l’ACPR, gendarme de la banque et de l’assurance). Les fonds en euros poursuivent ainsi une chute entamée voici de longues années, et qui n’a réellement été freinée qu’en 2018.

Taux moyens des fonds en euros

Assurance vie : les taux des fonds euros vont continuer de plonger

Ce rendement, de 1,28%, est donc ce que les titulaires d’assurance vie ont perçu en moyenne sur leur fonds en euros comme intérêts de l’année 2020. Une rémunération nette de frais mais de laquelle il faut dans tous les cas retrancher les prélèvements sociaux (17,2%), ponctionnés chaque année, pour s’approcher au plus près de la réalité de ce que touchent les épargnants. Donc 1,06% net, en moyenne, avant un éventuel impôt sur le revenu qui ne concerne lui qu’une faible part des gains en assurance vie, au moment du retrait.

Plus d’infos sur la fiscalité des gains de l’assurance vie

La Fédération française de l’assurance (FFA) a elle estimé la rémunération moyenne des fonds en euros à 1,3% en 2020. Et Facts & Figures, la référence du secteur parmi les cabinets d’analyse financière, juge pour sa part que la rémunération servie aux épargnants n’est que de 1,08% (avant prélèvements sociaux), un écart avec l’ACPR ou la FFA que Facts & Figures attribue à un périmètre analysé plus centré sur l’épargne individuelle en assurance vie, alors que la fédération des assureurs englobe d’autres types de contrats similaires.

Sur cette base, quelle sera la rémunération 2021 pour les fonds en euros ? 0,90% en s’en tenant à sa méthodologie resserrée selon Facts & Figures, environ 1,10% si l’on prend en compte tous les types de contrats comme la FFA. Un autre cabinet spécialisé, Optimind, jugeait que le taux 2021 va « se rapprocher de 1% », et ce sans aucune perspective de remontée à moyen terme. Les rendements continueront de s’éroder sous la barre de 1% les années suivantes…

Lire aussi : Les fonds euros fondent sur la barre des 1%

2 – Les plus mauvais à 0,5%, au niveau du Livret A

Le meilleur fonds en euros pour la saison de rendements 2020 ? Garance Epargne de la jeune mutuelle Garance et ses 2,75%, seule au-dessus de 2% comme le relevait notre baromètre annuel début 2021, et comme le confirme Facts & Figures dans son étude annuelle sur l’épargne vie, publiée en juillet. Mais il faut plutôt voir Garance comme une exception (accessible avec 3% de frais sur versement) : derrière, le groupe des meilleurs poursuivants ne dépasse pas 1,90%.

Le bilan de Facts & Figures a aussi l’avantage de relever les rendements de certains contrats méconnus ou de vieux contrats oubliés. Les cinq bonnets d’âne des rendements 2020 se groupent à 0,50% net de frais de gestion : Prév-Capital, Prévi-Retraite et NaviG’Options de Suravenir, Profil Privé Patrimoine chez ACM Vie (Crédit Mutuel Alliance fédérale), Intencial Horizon (Apicil), Confluence, Carissime et Prédiane (Crédit Agricole) ainsi que Ricochet et Solésio Vie de CNP Assurances.

Pas mieux que le Livret A ? Oui, et même pire, puisqu’il les cotisations sociales viennent grever ces 0,50% (soit environ 0,41% net, après prélèvements sociaux) à la différence des intérêts du Livret A, totalement défiscalisés. La tendance est telle qu'en 2021, de nombreux autres assureurs devraient stationner la rémunération de leur fonds en euros autour de 0,50%, pour les plus mal lotis.

Assurance vie : top et flop 10 des fonds euros en 2020

3 – L’impact (désormais réduit) de la gamme du contrat

Dans les grands réseaux bancaires ou d’assurance, la palette de contrats d’assurance vie commercialisés est toujours très longue. Voici quelques années, les écarts de rémunération entre le fonds en euros d’un contrat haut de gamme (gestion privée ou patrimonial) et un contrat « standard », d’entrée de gamme, étaient béants : 1,53% en moyenne pour les contrats standards (souvent bancaires) en 2017, contre 1,91% pour les gammes supérieures selon Facts & Figures.

A force de rogner sur les rendements des fonds euros, les assureurs ne favorisent plus aussi nettement qu’autrefois les contrats haut de gamme, du moins plus sur l’aspect rémunération du fonds en euros. En 2020, le rendement moyen constaté par Facts & Figures sur les contrats de gestion privée n’est « que » de 1,18% contre 1,03% sur les contrats d’entrée de gamme. Loin des écarts du passé !

Une nouvelle donne que Facts & Figures voit débuter en 2018, pour se poursuivre ces prochaines années… Désormais, les contrats plus haut de gamme se distinguent soit par un bonus de rendement sur le fonds en euros en cas d’investissement notable en unités de compte (UC), ou par des options de gestion supplémentaires sur ces mêmes UC.

Combien pouvez-vous encore verser sur votre fonds euros ?

Pourquoi les fonds des PER font (légèrement) mieux ?

1,25%, tel est le rendement moyen 2020 des fonds en euros des nouveaux PER selon Facts & Figures. Les fonds des anciens contrats Madelin font mieux, à 1,81%, et 1,36% pour les Perp. Loin devant la moyenne de 1,08% pour les fonds de l’assurance vie, toujours selon l’estimation de Facts & Figures. Le cabinet livre l’explication suivante : « Les normes Solvabilité II [contraintes en fonds propres, notamment, fixées par les autorités européennes, NDLR] sont un peu moins contraignantes pour les activités de retraite, ce qui permet aux assureurs vie d’aller chercher du rendement en diversifiant davantage leurs actifs. »

Attention : cette rémunération légèrement supérieure sur les fonds en euros des PER ne doit pas être le seul argument pour miser sur un PER. Rappelez-vous surtout que l’épargne y est bloquée jusqu’à la retraite (sauf achat de la résidence principale ou accident de la vie), à la différence d’une assurance vie où l’argent reste disponible à tout moment.

Plus d’infos sur le Plan d’épargne retraite (PER)

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

4 – L’assurance vie de la banque toujours à la traîne

Certaines choses ne changent pas. C’est le cas du « malus » qui semble toucher toutes les assurances vie grand public vendues par les banques. Sur le marché « standard » identifié par Facts & Figures, qui correspond aux contrats proposés au grand public quel que soit le réseau, les banques assument un rendement nettement en-dessous de 1%, à 0,80% en moyenne sur les fonds en euros en 2020. Contre 1,20% pour les fonds en euros des contrats proposés par les agents généraux d’assurance, qui vendent les assurances vie des assureurs dits « traditionnels » (Axa, Generali, AG2R LA Mondiale, Aviva, etc.).

Voir notre sélection des contrats d'assurance vie à frais réduits

5 – Fonds en UC : un choix crucial sur le long terme

Miser toute son épargne sur les fonds en euros n’est désormais ni conseillé (à la vue des rendements en pente douce), ni proposé par les banques et assureurs. Les contrats où vous pouvez miser 100% de votre épargne sur le fonds sans risque sont de plus en plus rares.

Les supports en UC sont-ils rentables ? Cela dépend des années, répondrez-vous (-8% en 2018 et +12% en 2019, par exemple). Logique. Comme la bourse. Sur le long terme, le risque est censé s’effacer au profit d’un gain supérieur à l’épargne sans risque… Facts & Figures s’est justement penché cette année sur le rendement, à long terme, sur 10 ans, des supports en UC les plus fréquemment présents sur les contrats d’assurance vie. Le résultat global, sur la période 2010-2020, est plutôt décevant : « Sur les 10 dernières années (2010-2020), Facts & Figures évalue la performance annuelle moyenne nette de frais des UC à 3,23% et celle des fonds en euros à 2,08%. La prise de risque sur les unités de compte n’est donc pas payante pour toutes les classes d’actifs. »

D’où l’importance, pour la performance future de votre contrat, de bien choisir vos unités de compte. Sur la décennie écoulée, pour un même placement de 100 euros, nets de frais, effectué début 2011, l’épargne est doublée fin 2020 sur les UC actions internationales (208,9 euros), suivie de près par les actions France (174,50 euros) et Europe (172,90 euros). La gestion profilée agressive, opérée par les assureurs, est elle aussi couronnée de succès : 146,70 euros en moyenne selon Facts & Figures. En revanche, la gestion profilée prudente (114,20 euros) fait moins bien que les fonds en euros (122,80 euros). Décevant.

Ce bilan ne vaut évidemment que pour les performances passées… mais Facts & Figures en tire la moralité suivante : « Cinq classes d’actifs se révèlent globalement peu performantes pour les épargnants en termes d’UC : les gestions profilées prudente et modérée, la gestion flexible, les obligations européennes et internationales. C’est la vraie prise de risque sur les actions qui est payante dans le temps. » A méditer au moment de choisir votre mode de gestion ou les fonds que vous logez dans votre contrat.

Les chiffres clés des rendements de l’assurance vie

  • Taux moyen des fonds en euros en 2020 : 1,3% selon FFA, 1,28% selon l’ACPR et 1,08% selon Facts & Figures pour un panel plus concentré sur les seuls contrats « épargne » de l’assurance vie.
  • Fonds immobiliers : 1,60% en moyenne en 2020 contre 1,78% en 2019 selon Facts & Figures.
  • Fonds dynamiques (fortement investis en actions) : 0,53% contre 1,95% l’année précédente
  • Fonds eurocroissance : 1,76% contre -2,17% en 2018 et 7,20% en 2019.
  • Prévisions de Facts & Figures pour les rendements 2021 : fonds en euros « classiques » à 0,90% (ou 1,10% environ en appliquant la méthode de la FFA).