Le fonds en euros est mort, ou presque. Il faut limiter les versements pour le maintenir sous perfusion. Voici en forçant le trait le discours ambiant dans le secteur de l’assurance vie fin 2019. Plusieurs assureurs promettaient d’importantes restrictions. Qui limitent les flux ? Avec quelles exigences ?

Les annonces « choc » faites par les assureurs

« Ok entrez… mais versez un peu de votre épargne sur les unités de compte ! » Les assureurs sont-ils devenus aussi sélectifs que des « physionomistes » de boîtes de nuit ? Fin 2019, à la lecture des déclarations des assureurs, des banques, des courtiers voire même du gendarme du secteur (1), le fonds en euros semblait devenir une forteresse infranchissable, ou uniquement pour les « initiés ».

« Le monde du fonds euros roi est terminé ! » a ainsi déclaré le PDG de Generali France Jean-Laurent Granier dans Les Echos en septembre 2019, la branche française de l’assureur italien annonçant à cette occasion une nouvelle condition drastique pour verser sur ses fonds en euros : 60% minimum d’unités de compte (UC) à chaque nouvel investissement ! Dans la foulée AG2R La Mondiale ou Apicil annonçaient la mise en place de nouvelles restrictions d’accès, quand Suravenir, Allianz et le Crédit Agricole évoquaient des réflexions bien avancées à ce sujet…

De fait, les conditions d’accès sont de mise de longue date pour les fonds en euros immobiliers ou dynamiques, des fonds complémentaires au sein d’un contrat, mais le fonds en euros principal, ou fonds « classique », était traditionnellement accessible sans condition à tous les clients.

Lire aussi : La « mort » du fonds euros en 8 questions

Les assureurs qui limitent les entrées

Qui a réellement mis en place des barrières à l’entrée du fonds en euros ? Allianz, AG2R La Mondiale, Apicil, Spirica, Suravenir et Axa, dans une moindre mesure, ont renforcé ou mis en place des barrières à l’entrée en 2019 ou depuis 2019.

AssureursContrats concernésTaux d'UC réclamé
AG2R La MondialeTous35%
AllianzTous *30%
ApicilContrats web : Linxea Zen, Frontière Efficiente…50%
Asac-Fapès (Generali et Allianz)Tous * mais uniquement à l'adhésion30%
AxaTous, pour les versements de plus de 100 000 €30%
SpiricaTous25%
SuravenirContrats web : Fortuneo Vie, Linxea Avenir, Mes-Placements Avenir, M Retraite Vie…30%

* Tous les contrats en cours de commercialisation.


Nuance : dans certains cas, il existe une contrainte à l’entrée, pour le versement initial, mais l’épargnant a ensuite toute latitude d’arbitrer à 100% sur le fonds en euros ou d’effectuer des versements complémentaires à 100% sur ce même fonds en euros s’il le souhaite. C’est par exemple le cas sur le fonds Suravenir Rendement chez MeilleurPlacement (contrat M Retraite Vie) ou sur l’ensemble des contrats de l’association Asac-Fapès.

Quid de Generali, l’assureur qui a mis le feu aux poudres à l’automne 2019 ? Dans les faits, la condition de 60% évoquée à l’époque n’a jamais été mise en œuvre. Selon nos informations, les relations entre le groupe italien et certaines banques et courtiers web ont - a minima pendant plusieurs mois – été tendues…

Conséquence : c’est flou ! Même si une règle globale se dessine pour l’accès au fonds « classique » Eurossima : plusieurs distributeurs (Altaprofits, Linxea, Mes-Placements, Placement-Direct, ING…) annoncent la possibilité d’affecter 100% d’un versement sur ce fonds en euros classique, mais uniquement jusqu’à 50 000 euros (l’année de souscription, puis 25 000 euros par an ensuite). Au-delà : 50% ou 30% d'UC selon les cas. En revanche Boursorama ne mentionne pas cette contrainte. Et plusieurs contrats web de Generali (Nalo Patrimoine, M Stratégie Allocation Vie…) reposent sur un mandat d’arbitrage, ce qui ferme d’emblée la porte au 100% fonds en euros.

Ceux qui permettent encore le 100% fonds euros

Attention : les rendements des fonds en euros sont plus que jamais sur la pente déclinante. Miser à 100% sur ces supports à capital garanti n’est pas conseillé pour un projet à long terme. Mais certains épargnants sont attachés à cette possibilité, rien que pour avoir la liberté de choisir un placement sécurisé s’ils le souhaitent.

De nombreux assureurs mutualistes maintiennent (sans nécessairement conseiller cette pratique) la possibilité de verser toute son épargne sur le fonds en euros : c’est le cas de la MACSF pour son fonds en euros RES, de la Maaf, GMF, MMA, Maif, AGPM, Mutavie ou Garance.

Dans les banques, BPCE Vie (qui gère les assurances vie commercialisées par Caisse d’Epargne et Banque Populaire) et ACM Vie (qui gère les contrats du CIC et du Crédit Mutuel Alliance Fédérale) assurent permettre des versements à 100% sur leurs fonds en euros. La Banque Postale confirme aussi cette possibilité sur la formule monosupport de son contrat grand public, Vivaccio Ambre. Sollicités, les autres grands réseaux bancaires n’ont pas donné suite, ce qui ne signifie pas qu’ils ne permettent pas le 100% fonds euros... même s'ils évitent d’insister sur cette possibilité au moment où elles incitent leurs clients à miser sur unités de compte.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Par ailleurs, il existe encore quelques contrats monosupport (100% fonds en euros, sans unités de compte) sur le marché : Dynavie de Monceau Assurances, Ampli Grain 9 Euro d’Ampli Mutuelle, le Compte Epargne de la Carac

Les meilleurs fonds accessibles sans conditions

Alors que la saison d’annonce des taux 2020 bat son plein, l’Afer dévoilant le sien ce 20 janvier, difficile d’établir un classement des meilleurs fonds en euros accessibles sans condition d’entrée. Cependant, sauf surprise, Garance (avec un rendement attendu au-dessus de 2%) devrait conserver le leadership de cette catégorie de fonds. Rémunérés à 1,65% en 2020, les fonds de la Maaf et de GMF devraient être bien positionnés. Tout comme le Plan Eparmil d’AGPM (1,70% en 2020). Suspense en revanche pour le taux 2020 du contrat monosupport Dynavie de Monceau Assurances, qui se caractérise par la volatilité de ses rémunérations : 2,80% en 2017, 1,50% en 2018, 2,20% en 2019…

A noter, parmi les fonds euros web, donc accessible sans frais sur versement : le fonds Aviva Actif Garanti (1,76% en 2019) du contrat Evolution Vie est accessible sans condition de versement en UC.

Voir une sélection d’assurances vie où investir à 100% sur le fonds en euros

Ceux qui ont choisi l’incitation

Les bonus de rendement sont devenus une tendance majoritaire sur le marché de l’assurance vie : la rémunération de votre fonds en euros est bonifiée en fonction de la part de votre épargne investie en UC. Ainsi, des assureurs comme Groupama Gan Vie ou SwissLife n’ont pas besoin de mettre en place des restrictions d’accès aux fonds en euros pour faire comprendre à leurs épargnants qu’ils déconseillent cette pratique. Il est possible de verser 100% de son épargne sur le fonds en euros mais cela ne rapporterait que 0,90% (en 2020) chez Groupama ou Gan, et que 1% (en 2019, potentiellement moins en 2020) chez SwissLife. Alors que l’investissement en UC permet de faire grimper fortement la rémunération du fonds en euros : d’un demi-point chez Groupama et Gan, de plus d’un point chez SwissLife !

De nouvelles restrictions en 2021 ?

Pour résumer, difficile pour les épargnants souhaitant comparer les fonds en euros présents sur le marché de savoir où ils pourront choisir d’y verser l’intégralité de leur épargne. Un constat, tout de même : les annonces choc de 2019 n’ont que partiellement été suivies d’effet. Mais les règles restent mouvantes. Ainsi Generali doit communiquer prochainement des règles uniformisées à ses partenaires courtiers. Et BNP Paribas Cardif nous a annoncé communiquer fin janvier sur les fonds en euros, en laissant planer le doute sur une évolution des conditions d’accès.

Reste une question centrale : un assureur ou distributeur a-t-il le droit de vous interdire d’investir 100% d’un versement sur le fonds en euros de votre contrat ? Quand il s’agit d’une ouverture de contrat, oui. C’est d’ailleurs le cas à l’Afer où les versements trop importants sur les fonds en euros sont limités par l’assureur Aviva, mais uniquement pour une nouvelle adhésion. Pour les « anciens » contrats ? Si vous possédez un contrat de longue date et que rien ne mentionne une telle contrainte de versement, en théorie, l’assureur ne peut pas refuser votre versement à 100% sur le fonds en euros. En théorie… Comme le confirment certains courtiers, réclamer du 100% fonds euros à un assureur qui le refuse revient à vous lancer dans un périlleux bras de fer.

Lire aussi : Ce que le fonds en euros peut encore vous rapporter

(1) Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). En septembre 2019, son vice-président Bernard Delas a invité les épargnants à « renoncer aux produits en euros ».