Frais de tenue de compte, carte bancaire, retraits, packages... Les prix des services bancaires du quotidien vont augmenter début 2022. Voici 5 conseils pour échapper à ces hausses de tarifs.

Comme chaque année, une soixantaine d'enseignes bancaires vont profiter du changement d'année pour mettre à jour leurs tarifs. Comme chaque année également, le prix de certains produits et services du quotidien vont augmenter. Toujours les mêmes : tenue de compte, carte bancaire, opérations en agence, retraits d'espèces...

Frais bancaires 2022 : les tarifs qui flambent

Subir ces hausses, année après année, n'est pas une fatalité. Des solutions existent pour y échapper, et ainsi contenir sa facture bancaire. Voici nos conseils.

1. Limitez les passages aux DAB

En 2022, le prix des retraits déplacés, c'est-à-dire hors du réseau de distributeurs (DAB) de votre banque, va encore augmenter (+0,35%). Surtout, les quotas mensuels de retraits gratuits se réduisent : 4 en moyenne l'an prochain, contre 4,33 actuellement. En clair, accéder à l'argent liquide coûte de plus en plus cher. Ces frais sont en partie justifiés : à chaque fois que vous utilisez un DAB d'un établissement concurrent, votre banque paie en effet 89 centimes d'euro à l'établissement qui possède l'automate, pour contribuer à son entretien. Il est pourtant possible d'y échapper.

La première chose à faire, évidemment, est de privilégier les distributeurs de votre banque. Aucune, en effet, ne facture encore ces retraits internes. Si votre DAB préféré n'appartient pas à votre banque, limitez-vous à un ou deux gros retraits par mois, selon le quota qui vous est offert, plutôt que de multiplier les passages aux distributeurs.

Autre solution pour échapper aux frais de retraits : ouvrir un compte dans une banque en ligne. A de rares exceptions près (comme l'offre Essentielle d'ING), leurs cartes bancaires gratuites ou à bas prix permettent de retirer sans frais dans les distributeurs de la zone euro, voire en dehors également.

Banque en ligne : le comparatif des offres

2. Limitez les paiements par chèque

Le chèque a l'immense avantage d'être gratuit. A y regarder de plus près toutefois, ce n'est pas pleinement le cas : son usage génère potentiellement des frais annexes, dont le montant ne cesse de grimper. Exemple en 2022 : +4,87% pour l'envoi d'un nouveau chéquier en courrier simple ou +1,55% pour les frais d'opposition en cas de perte ou de vol.

Pour éviter ces frais, la recette est simple : limitez vos paiements par chèque. Préférez-lui d'autres moyens de paiements, qui ont en plus le mérite d'être beaucoup plus sûrs : le virement ou le prélèvement pour régler vos factures ; la carte bancaire pour régler vos achats ; ou Paylib entre amis, si votre banque propose ce service gratuit, pour envoyer de l'argent à un proche.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

3. Soyez autonomes

Virement, modification des plafonds de votre carte, demande d'envoi d'un chéquier ou encore opposition sur carte bancaire : ces opérations coûtent de plus en plus cher lorsqu'elles sont réalisées en agence ou via le service client par téléphone. L'exemple du virement est particulièrement frappant. Réalisés en votre nom par un conseiller, ils coûtent désormais plus de 4,30 euros pièce. Un prix qui a augmenté de près de 21% en 10 ans et va encore prendre 3,60% l'an prochain. Effectué depuis le site internet ou l'application de votre banque, il est systématiquement gratuit.

Notre conseil est donc le suivant : faites des économies en effectuant ces petites opérations du quotidien en autonomie. Si vous disposez d'un smartphone, commencez par télécharger l'application mobile de votre banque et apprenez à vous en servir. C'est souvent très simple, les banques ayant, pour la plupart, beaucoup progressé en termes d'ergonomie. Et c'est au moins aussi sûr que l'agence ou le web, les smartphones étant équipés de dispositifs d'authentification très robustes (empreintes digitales, visages, iris, etc.).

4. Regardez du côté des offres à bas prix

Pour répondre à la concurrence de nouveaux services de paiement, comme Nickel ou Ma French Bank, les réseaux traditionnels proposent désormais presque toutes une offre groupée de services d'entrée de gamme, à 2 euros par mois. Baptisées Kapsul à la Société Générale, Eko et Globe-Trotter au Crédit Agricole ou Essentiel chez LCL, ces formules se composent d'un compte, d'une carte à autorisation systématique sans découvert et d'une application mobile.

Eko, Kapsul, Nickel... Que valent les comptes bancaires « à 2 balles » ?

Ces formules sont volontairement limitées. Elles peuvent toutefois suffire pour une personne dont les besoins se limitent à payer et être payé, et qui gère son compte à distance. Surtout, elles s'avèrent nettement moins chères que n'importe quels packages d'entrée de gamme. Ou même du prix catalogue additionné d'une carte bancaire à autorisation systématique et des frais de tenue de compte, deux lignes qui ne cessent d'augmenter : respectivement +1,64% (pour une carte Visa) et +1,28% en 2022.

5. Négociez ou faites jouer la concurrence

On le sait : s'agissant des frais bancaires, il y a la règle (les prix indiqués dans les brochures tarifaires) et il y a la pratique (les frais réellement prélevés). Obtenir des réductions, en effet, est possible. Cartes, packages, frais de versement en assurance vie, frais de dossier de prêt immobilier, indemnités de rachat anticipé... Tous les frais, ou presque, peuvent être négociés. A condition néanmoins d'être un bon client ! C'est-à-dire une personne qui détient plusieurs dizaines de milliers d'euros d'épargne, et multi-équipée (compte, assurance auto et habitation, crédit, télésurveillance...). Ou à condition d'être un jeune actif voué à voir ses revenus rapidement augmenter.

Et si la négociation échoue, il vous reste l'option d'ouvrir un compte bancaire dans un établissement à la politique tarifaire plus douce. Les enseignes les plus compétitives demeurent les banques en ligne. Selon notre classement des banques les moins chères, une personne qui gère son compte en autonomie, dispose d'une carte bancaire classique et effectue quelques paiements et retraits en dehors de la zone euro, ne paie aucuns frais bancaires chez Boursorama Banque et Fortuneo. En comparaison, au Crédit Coopératif, une banque avec agences connue pour sa modération tarifaire, ce client s'acquitte d'une soixantaine d'euros de frais bancaires par an.

Trouver la banque la moins chère