Les services des tarifs bancaires proposés en France sont restés stables en 2021, après une évolution modérée en 2020, a fait savoir lundi l'Observatoire des tarifs bancaires, qui a compilé des dizaines de milliers de tarifs publiés pour l'ensemble de l'année 2021.

« Sur un panel inchangé représentant 98,8 % des parts de marché, les tarifs n'ont quasiment pas évolué entre le 31 décembre 2020 et le 5 janvier 2021 », date à laquelle les établissements avaient publié leurs dernières grilles tarifaires pour le reste de l'année, a relevé l'observatoire.

Dans le détail, six lignes tarifaires sont stables ou quasi-stables, sept sont en hausse, mais celles-ci varient de 1 à 42 centimes d'euros, et une ligne est en baisse de 9 centimes (elle concerne l'abonnement à des produits offrant des alertes sur la situation du compte par SMS). Concernant les frais d'incidents bancaires, « là encore, |[l'observatoire] n'a constaté aucune évolution notable ».

« En revanche, sur les trois dernières années, entre le 31 décembre 2018 et le 5 janvier 2021, on constate des légères baisses pour onze lignes tarifaires sur seize », précise le communiqué. Dans l'ensemble, il faut remonter à 2019 avec une baisse de la quasi-totalité des tarifs pour retrouver une évolution notable. Cette baisse faisait suite à la crise des gilets jaunes et à l'engagement des banques de modérer leurs tarifs.

Le comparatif des tarifs bancaires de MoneyVox

Outre-mer : des tarifs en hausse

L'observatoire relève cependant que les Outre-mer sont moins bien lotis qu'en métropole avec huit tarifs moyens pondérés sur 17 en hausse dans les territoires ultra-marins utilisant l'euro. Les frais de tenue de compte y ont ainsi progressé de 12,3%, soit 2,43 euros, et la carte de paiement internationale à débit immédiat de 1,9%, soit 81 centimes.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Dans les territoires utilisant le franc Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna), six tarifs sur 14 ont progressé, dont trois de plus de 2%. « Après deux ans de stabilité, il n'est pas surprenant que les relevés (...) fassent état d'évolutions moins favorables », a relevé l'Observatoire des tarifs.