Une convergence européenne sur les tarifs bancaires semble difficile, les pratiques bancaires étant très hétérogènes selon les pays, la France se situant à mi-chemin entre l'Italie, pays le plus cher, et les Pays-Bas, d'après une étude reçue lundi à Paris.

L'étude du cabinet de conseil américain Bain & Company met au jour des pratiques tarifaires très hétérogènes selon les pays et estime qu'il n'y a pas de « modèle de banque de détail idéal ». En conséquence, une convergence des pratiques tarifaires, telle que la Commission européenne l'appelle de ses voeux, semble peu réaliste, selon ce cabinet. Le commissaire européen chargé des services financiers, Michel Barnier, a en effet demandé aux banques européennes d'informer plus clairement leurs clients sur leurs frais de compte, dans une lettre citée jeudi par le Financial Times.

En prenant l'ensemble des produits et services offerts, sur la base d'un indice 100 (la moyenne de l'UE), l'Italie (149), l'Espagne (107) et le Royaume-Uni (107) sont les pays les plus chers tandis que l'Allemagne (91), la Belgique (80) et le Pays-Bas (70), les moins chers.

La France obtient elle 95, un peu au-dessus de la moyenne. « Les crédits ne sont pas chers » en France mais les frais liés à la gestion du compte courant et aux moyens de paiement (« la banque au quotidien ») sont supérieurs à la moyenne européenne, a relevé Nicolas Lioliakis, associé chez Bain, lors d'une conférence de presse. Cela s'explique par la qualité des infrastructures (nombre d'agences par habitants et niveau de formation des conseillers clientèle élevés), qui génère des coûts fixes importants, mais aussi par l'utilisation élevée qui est faite en France de ces services et opérations, selon lui.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

A l'inverse, au Royaume-Uni, les crédits sont plus chers, et les frais de tenue de compte plus faibles. Aux Pays-Bas, ni les crédits ni les frais de banque au quotidien ne sont onéreux. Les Néerlandais sont incités à contracter des crédits pour des raisons fiscales, les intérêts étant déduits de leurs revenus imposables.

En France, le rapport Pauget-Constans a proposé récemment plusieurs mesures pour limiter les frais bancaires et renforcer l'information des consommateurs.