Le député UMP Richard Mallié a lancé mercredi le débat sur le coût des commissions interbancaires de paiement (CIP) à la charge des commerçants lors des paiements en carte bleue, avec une proposition de loi (PPL) pour les encadrer.

« Il est estimé que le montant des CIP s'élève chaque année à plus de trois milliards d'euros dans notre pays », estime M. Mallié dans sa proposition de loi.

Il s'agit de la commission à la charge des commerçants que les banques prélèvent pour « couvrir les risques de fraude, d'insolvabilité et le coût supposé d'entretien des infrastructures bancaires ».

La CIP comprend « un élément fixe » et deux éléments proportionnels.

M. Mallié propose « d'instaurer un système de rémunération bancaire basé sur une commission fixe par transaction correspondant aux services rendus par les banques ».

« Il est également prévu d'instaurer un taux plafond de la commission commerçante, facturée par la banque du commerçant à son client (le commerçant), indexé sur le taux de fraude établi chaque année par l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement », ajoute-t-il.

Jusqu'à 120 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Aucune date d'examen n'a encore été fixée. Une proposition de loi est un texte d'un parlementaire ou d'un groupe politique qui n'est pas forcément inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée.