Poam : Le point sur mes portefeuilles boursiers.

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
MAJ Novembre 2022 : En attente de....

En attente de la nouvelle année - En attente d'une éventuelle récession - En attente d'une baisse de l'inflation et d'une inflexion du discours des banques centrales.
A part la nouvelle année, qui, c'est sûr, va démarrer le 1er janvier 2023, pour le reste, rien n'est sûr.
Même les voyantes ne voient plus rien... Un comble.
boule_cristal.jpg


Y aura-t-il récession ? Apparemment, oui, mais la tenue des marchés, et des secteurs économiques, dépendent de son ampleur.
La hausse des taux va-t-elle s'infléchir et bientôt s'arrêter ? Les banques centrales soufflent le chaud et le froid. Certainement faut-il y voir là une communication savamment dosée afin d'éviter de voir les marchés s'enflammer alors que le contexte échappe toujours à nos grands banquiers.
Quant à l'inflation, va-t-elle enfin commencer à refluer, ou ne va-t-elle pas refluer ? On pourrait penser qu'elle va finir par baisser alors que l'énergie et les matières premières ont perdu 40 ou 50% sur les plus hauts de l'année.
Pourtant, les causes de la crise énergétique sont toujours là, la guerre en Ukraine, et la nécessité de faire migrer notre société vers une économie décarbonée va coûter nous un max.

En attente de.... Je reste prudent parce que les marchés, pour euphoriques qu'ils sont actuellement, pourraient aussi virer au pessimisme si le scénario ultra rose auquel ils s'accrochent aujourd'hui ne se réalise pas demain.

Les stratégistes de Lombard Odier voient une année 2023 en 2 temps :
- Dans un 1er temps, les effets du resserrement de la politique monétaire, de l'inflation élevée et du ralentissement conjoncturel continueront à se faire sentir avec une récession en point de mire et une nouvelle baisse des prévisions de bénéfices. Ce qui constitue, hormis la géopolitique, les principaux risques baissiers pour les actions.
Un tel environnement incite à adopter, ou garder, un positionnement de portefeuille prudent, privilégiant les actifs de qualité qui affichent des bénéfices peu volatils et qui sont capables de maintenir leurs marges.

- Dans un second temps, le pic des taux réels devrait constituer un point d’inflexion sur les marchés. Pour y parvenir, la Fed devra suspendre son cycle de hausse de taux au fur et à mesure que l’inflation ralentira et que le chômage augmentera. À l'approche de ce point d’inflexion, le niveau de risque des portefeuilles pourra être réévalué.
L'inflation et la menace de taux plus élevés s’atténuant, les valorisations et les multiples des actions en bénéficieront.
L'assouplissement des conditions financières entraînera une amélioration du sentiment des investisseurs.
Avec les prévisions de bénéfices et de ventes révisées à la baisse à mi-2023, les marchés se tourneront vers 2024 et vers une reprise cyclique, ce qui offrira des opportunités pour accroître l’exposition aux valeurs cycliques et de croissance.

Dans ces conditions, la poursuite d'une gestion prudente, mais un peu moins attentiste qu'au cours de l'été, reste de mise.
Je commence à remettre de la croissance dans le portefeuille,
mais sans puiser dans les liquidités que je conserve pour un éventuel excès baissier des marchés au cours de 2023.
Les arbitrages sont réalisés en faisant quelques ventes d'actions défensives au profit d'actions de croissance.

J'ai pris des petits profits sur des valeurs défensives, santé notamment (Eli Lilly, UnitedHealth, Bachem Holding, Elevance Health) pour commencer à recomposer des lignes sur des titres vendus bien plus haut l'année dernière :
Achat d'une action de l'entreprise suisse Interroll que j'avais vendue à 4000CHF, et sur laquelle je reviens à 2100CHF.
Il s'agit d'un leader des systèmes de manutention et de stockage qui possède une avance technologique importante avec son offre produits la plus complète du marché. Elle profitera pleinement de la reprise économique... Quand celle-ci arrivera !
Je reviens sur Microsoft, et je commence une ligne sur Alphabet (Google).

Dans le PEA, retour sur le Luxe (LVMH et renforcement de Hermès) qui semble immunisé contre tout ce qui peut perturber l'économie.
Retour sur une autre belle valeur de croissance que j'avais vendue entre 500 et 610€ au début de cette année : La belle société ASML que j'ai pu remettre en portefeuille à 382,95€ le 13 octobre 2022.
La ligne Essilor a été légèrement réduite. Les liquidités ont été employées pour commencer une ligne Pernod-Ricard.

Les principales lignes du portefeuille (Air Liquide, Orange, Hermès, Sartorius Stedim Bio, Nestlé) se sont particulièrement bien comportées depuis 1 mois avec une belle progression de 12% pour Hermès et de 6% pour Air Liquide, la plus grosse ligne du portefeuille.


Depuis le 1er janvier, le portefeuille est en baisse de 8,5%

2022_11_portefeuille_POAM.gif
 

mvhrb888

Contributeur régulier
TFF, oui, toujours une modeste ligne sur le titre. C'est vrai que je commence aussi à trouver le temps long.
Comme il n’y a pas de file TFF, et qu’on est bien chez Poam, je me dis qu’on peut faire un petit suivi.

Le titre montait tout doucement depuis quelque temps, puis s’est envolé aujourd’hui. Peut-être parce que TTF a acheté 51% de Goulard et Fils ?
« La SAS Goulard et Fils, utilisant des techniques de chauffe brasero uniques au monde pour l’élevage des vins, propose un savoir-faire spécifique : choix de grume, séchage et conception de produits d’élevage »
 
Comme il n’y a pas de file TFF, et qu’on est bien chez Poam, je me dis qu’on peut faire un petit suivi.

Le titre montait tout doucement depuis quelque temps, puis s’est envolé aujourd’hui. Peut-être parce que TTF a acheté 51% de Goulard et Fils ?
« La SAS Goulard et Fils, utilisant des techniques de chauffe brasero uniques au monde pour l’élevage des vins, propose un savoir-faire spécifique : choix de grume, séchage et conception de produits d’élevage »

Oui je pense aussi que ça doit être lié j'ai mit cette valeur en favori aussi je vais essayer de me positionner dessus des que j'en ai l'occasion !

(Désolé Poam j'avoue que pour TFF je me suis inspiré de vous ! 😂)

NK.
 

attente92

Contributeur régulier
MAJ Novembre 2022 : En attente de....

En attente de la nouvelle année - En attente d'une éventuelle récession - En attente d'une baisse de l'inflation et d'une inflexion du discours des banques centrales.
A part la nouvelle année, qui, c'est sûr, va démarrer le 1er janvier 2023, pour le reste, rien n'est sûr.
Même les voyantes ne voient plus rien... Un comble.
Afficher la pièce jointe 15626


Y aura-t-il récession ? Apparemment, oui, mais la tenue des marchés, et des secteurs économiques, dépendent de son ampleur.
La hausse des taux va-t-elle s'infléchir et bientôt s'arrêter ? Les banques centrales soufflent le chaud et le froid. Certainement faut-il y voir là une communication savamment dosée afin d'éviter de voir les marchés s'enflammer alors que le contexte échappe toujours à nos grands banquiers.
Quant à l'inflation, va-t-elle enfin commencer à refluer, ou ne va-t-elle pas refluer ? On pourrait penser qu'elle va finir par baisser alors que l'énergie et les matières premières ont perdu 40 ou 50% sur les plus hauts de l'année.
Pourtant, les causes de la crise énergétique sont toujours là, la guerre en Ukraine, et la nécessité de faire migrer notre société vers une économie décarbonée va coûter nous un max.

En attente de.... Je reste prudent parce que les marchés, pour euphoriques qu'ils sont actuellement, pourraient aussi virer au pessimisme si le scénario ultra rose auquel ils s'accrochent aujourd'hui ne se réalise pas demain.

Les stratégistes de Lombard Odier voient une année 2023 en 2 temps :
- Dans un 1er temps, les effets du resserrement de la politique monétaire, de l'inflation élevée et du ralentissement conjoncturel continueront à se faire sentir avec une récession en point de mire et une nouvelle baisse des prévisions de bénéfices. Ce qui constitue, hormis la géopolitique, les principaux risques baissiers pour les actions.
Un tel environnement incite à adopter, ou garder, un positionnement de portefeuille prudent, privilégiant les actifs de qualité qui affichent des bénéfices peu volatils et qui sont capables de maintenir leurs marges.

- Dans un second temps, le pic des taux réels devrait constituer un point d’inflexion sur les marchés. Pour y parvenir, la Fed devra suspendre son cycle de hausse de taux au fur et à mesure que l’inflation ralentira et que le chômage augmentera. À l'approche de ce point d’inflexion, le niveau de risque des portefeuilles pourra être réévalué.
L'inflation et la menace de taux plus élevés s’atténuant, les valorisations et les multiples des actions en bénéficieront.
L'assouplissement des conditions financières entraînera une amélioration du sentiment des investisseurs.
Avec les prévisions de bénéfices et de ventes révisées à la baisse à mi-2023, les marchés se tourneront vers 2024 et vers une reprise cyclique, ce qui offrira des opportunités pour accroître l’exposition aux valeurs cycliques et de croissance.

Dans ces conditions, la poursuite d'une gestion prudente, mais un peu moins attentiste qu'au cours de l'été, reste de mise.
Je commence à remettre de la croissance dans le portefeuille,
mais sans puiser dans les liquidités que je conserve pour un éventuel excès baissier des marchés au cours de 2023.
Les arbitrages sont réalisés en faisant quelques ventes d'actions défensives au profit d'actions de croissance.

J'ai pris des petits profits sur des valeurs défensives, santé notamment (Eli Lilly, UnitedHealth, Bachem Holding, Elevance Health) pour commencer à recomposer des lignes sur des titres vendus bien plus haut l'année dernière :
Achat d'une action de l'entreprise suisse Interroll que j'avais vendue à 4000CHF, et sur laquelle je reviens à 2100CHF.
Il s'agit d'un leader des systèmes de manutention et de stockage qui possède une avance technologique importante avec son offre produits la plus complète du marché. Elle profitera pleinement de la reprise économique... Quand celle-ci arrivera !
Je reviens sur Microsoft, et je commence une ligne sur Alphabet (Google).

Dans le PEA, retour sur le Luxe (LVMH et renforcement de Hermès) qui semble immunisé contre tout ce qui peut perturber l'économie.
Retour sur une autre belle valeur de croissance que j'avais vendue entre 500 et 610€ au début de cette année : La belle société ASML que j'ai pu remettre en portefeuille à 382,95€ le 13 octobre 2022.
La ligne Essilor a été légèrement réduite. Les liquidités ont été employées pour commencer une ligne Pernod-Ricard.

Les principales lignes du portefeuille (Air Liquide, Orange, Hermès, Sartorius Stedim Bio, Nestlé) se sont particulièrement bien comportées depuis 1 mois avec une belle progression de 12% pour Hermès et de 6% pour Air Liquide, la plus grosse ligne du portefeuille.


Depuis le 1er janvier, le portefeuille est en baisse de 8,5%

Afficher la pièce jointe 15625
Merci Poam pour votre brillante analyse macro et micro..Et le partage sur ce site de votre portefeuille. Vous n'avez pas d'ETF?
Bonne journée
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Comme il n’y a pas de file TFF, et qu’on est bien chez Poam, je me dis qu’on peut faire un petit suivi.
Le titre montait tout doucement depuis quelque temps, puis s’est envolé aujourd’hui.
Content aussi pour ma petite ligne TFF d'avoir vu le titre gagner hier plus de 8%.... Qui en reperd une partie aujourd'hui (-4%).
Les perspectives se sont nettement améliorées sur le secteur. Une embellie à rapprocher de l'achat record de bois de chêne qui vient de réaliser TFF courant octobre : 10 000 m3 de chênes pour presque 5M€ lors d'une vente aux enchères pratiquée par l'ONF.
L'année 2022 est excellente pour le vin et la demande pour des fûts de qualité est forte, et, de l'autre côté de l'Atlantique, le marché du Bourbon est aussi en plein boum. Enfin, pourrait-on dire.

Peut-être parce que TTF a acheté 51% de Goulard et Fils ?
Non, c'est sans rapport.
1- L'annonce remonte à plusieurs semaines. Un impact boursier aurait eu lieu au même moment, et même avant parce qu'il y a toujours des investisseurs au courant avant les autres.
2 - La société Goulard est petite, très petite. Elle a un CA qui tourne autour de 2M€, dont les 2/3 sont réalisés avec TFF. En comparaison, TFF c'est un CA de presque 400M€.
Le rachat de Goulard a du sens par leur activité dont TFF est le 1er bénéficiaire. Pour le reste, je pense que c'est le besoin de sécuriser les approvisionnements en bois qui a poussé TTF à racheter Goulard.
 
Bonjour,

Tout d'abord un grand merci pour le partage de votre portefeuille et de vos analyses / visions : intéressant et très instructif !

Je me permets de remonter un peu dans le fil, pour une question sans doute bête :
Au final, avoir un matelas de liquidités permettra d'attendre une amélioration des perspectives, quitte à rater quelques bons coups.
En ce qui me concerne, les liquidités assez importantes que j'ai dans le PEA ont été investies sur un OPCVM monétaire.
Des monétaires qui retrouvent un parcours positif depuis que la BCE relève ses taux directeurs.

Pour bien comprendre : vous investissez vos liquidités (tout ou partie ?) en OPCVM monétaire :
- dans l'optique de réaliser une plus-value sur ce type de fond (placement moyen-long terme alternatif aux actions trop volatiles)
- ou dans une optique "à défaut", c'est à dire pour faire "travailler" vos liquidités sur un placement liquide en attendant qu'une opportunité se dessine sur les marchés actions

Car avec les perspectives de poursuite des hausses de taux directeurs sur 2023, le prix des placements obligataires / monétaires n'auront-ils pas tendance à baisser ?

Merci !
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Car avec les perspectives de poursuite des hausses de taux directeurs sur 2023, le prix des placements obligataires / monétaires n'auront-ils pas tendance à baisser ?
On en a déjà parler.
La hausse des taux directeurs des banques centrales est positif pour les fonds monétaires.
Pour l'obligataire, ça dépend des maturité des obligations. Mais lorsque le point pivot sera passé (un peu avant car anticipation) alors les VL des fonds obligataires LT qui ont bien baisser vont commencer à augmenter.
 
On en a déjà parler.
La hausse des taux directeurs des banques centrales est positif pour les fonds monétaires.
Pour l'obligataire, ça dépend des maturité des obligations. Mais lorsque le point pivot sera passé (un peu avant car anticipation) alors les VL des fonds obligataires LT qui ont bien baisser vont commencer à augmenter.
Bonjour et merci pour votre réponse.

En effet, je n'avais pas cherché assez "profondément" dans le forum.

Encore merci et désolé d'avoir fait redondance !
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Pour bien comprendre : vous investissez vos liquidités (tout ou partie ?) en OPCVM monétaire :
- dans l'optique de réaliser une plus-value sur ce type de fond (placement moyen-long terme alternatif aux actions trop volatiles)
- ou dans une optique "à défaut", c'est à dire pour faire "travailler" vos liquidités sur un placement liquide en attendant qu'une opportunité se dessine sur les marchés actions
La seconde hypothèse est la bonne :
Rémunérer les liquidités du PEA en attente de réinvestissement.
En 2 mois, ou un peu moins peut-être, j'ai 100€ de plus au compteur (42000€ de liquidités en monétaire).


Car avec les perspectives de poursuite des hausses de taux directeurs sur 2023, le prix des placements obligataires / monétaires n'auront-ils pas tendance à baisser ?
@Jeune_padawan a répondu.
Il n'y a pas de lien entre les taux monétaires qui sont fixés par la BCE, et les taux obligataires qui dépendent de l'inflation, et de l'action que mènent les banques centrales pour la juguler.
 
Haut