Poam : Le point sur mes portefeuilles boursiers.

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
justement, à propos de Dassault Systèmes , j'ai l'impression, sauf erreur de ma part, que vous êtes très hésitant sur cette valeur.
Bonsoir @choice,
Une belle réussite de la tech sur le vieux continent. C'est le leader mondial de la 3D industrielle et de la gestion du cycle de vie d'un produit avec sa plateforme 3DExperience. Une grosse capi de 50Mds€, bien gérée et qui tourne rond. C'est assez rare sur ce côté de l'Atlantique.
Le PER reste élevé à 50x les bénéfices attendus. On est dans la moyenne du PER sur les 13 dernières années.. Seul petit grain de sable : les taux étaient bas et sur la pente descendante sur ces 13 années.
La hausse des taux jette une ombre sur ce beau tableau. Autant la qualité de la boite incite à la mettre en portefeuille, autant la hausse des taux incite à la prudence.
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
A noter la futur introduction en bourse de Lhyfe; société française producteur d'hydrogène vert .
Bonsoir @ganesh,
C'est tentant d'y participer. EDP Renovaveis y a placé un ticket de 25M€... Mais un équilibre financier pas atteint avant 2026. Apparemment, ils ont beaucoup de projets, presque une centaine, dans les cartons. Se réaliseront-ils? Sans doute, vu le besoin d'indépendance énergétique de l'Europe. Malgré tout, est-ce que les marchés houleux du moment ne nous donneront-ils pas une meilleure porte d'entrée dans les mois qui viennent?
 

Cooker38

Membre
J'ai 10 000€ investis sur 6 actions dans mon PEA. 1000€ dans la poche liquidités.
Je comptais laisser mes actions "vivre" car j'ai atteint les pondérations que je visais pour chaque ligne. Malgré cela, avec une possible récession, vous pensez que je devrais vendre une partie de chaque ligne pour avoir des liquidités ? Absurde et fou de ne rien toucher le temps de la potentielle récession ? Merci...
 

trickster

Contributeur régulier
Ce qui devrait dynamiser le secteur, dont l'Europe possède 4 des 5 plus grandes sociétés d’énergies renouvelables au monde :
1- Orsted A/S
2- Iberdrola SA
4- Vestas Wind Systems
5- Siemens Gamesa

Merci beaucoup pour votre partage Poam.
Pour Siemens Gamesa, ne vaut-il mieux pas prendre sa société mère qui est plus généraliste à savoir Siemens Energy ? Elle a un plus gros chiffre d'affaires.

Les matières 1ères :
Diminution de l'activité économique, peut-être une récession à venir, je préfère sortir du secteur à un moment où les actions sont au plus haut (alors que le mois dernier je comptais garder les lignes) :
Eramet (manganèse et nickel) a multiplié son cours par 8 en 2 ans. Norsk Hydro (aluminium) l'a multiplié par 5. Freeport McMoran (cuivre) l'a multiplié par 12.
J'avais pas posé cette question à l'époque mais pourquoi vous avez privilégié Norsk Hydro plus qu'Alcoa qui est un des leaders mondiaux de l'aluminium. Valeur US de surcroit. ^^

Sinon ne connaissant pas assez, j'ai une question pour le scénario du pire. Qu'est ce qui est moins pire entre une récession et une stagflation ?
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Pour Siemens Gamesa, ne vaut-il mieux pas prendre sa société mère qui est plus généraliste à savoir Siemens Energy ? Elle a un plus gros chiffre d'affaires.
Pas d'avis sur l'une ou l'autre société.
Sur les 4 titres, 2 sont des constructeurs d'éoliennes, et 2 sont des exploitants d'éoliennes.
J'ai une préférence pour les exploitants, donc Iberdrola et Orsted.

J'avais pas posé cette question à l'époque mais pourquoi vous avez privilégié Norsk Hydro plus qu'Alcoa qui est un des leaders mondiaux de l'aluminium. Valeur US de surcroit. ^^
J'avais les 2 en portefeuille, mon capitaine!
Sur LT, Norsk Hydro fait nettement mieux, mais ce n'est pas le genre de titre que l'on achète pour du LT.
J'ai plutôt privilégié Norsk Hydro parce que j'ai logé les titres dans le PEA.
La ligne Alcoa, beaucoup plus modeste, m'a permis de profiter d'un surplus de performance grâce à la hausse de l'USD sur la période.

Sinon ne connaissant pas assez, j'ai une question pour le scénario du pire. Qu'est ce qui est moins pire entre une récession et une stagflation ?
Facile comme question :
-> La récession correspond à la croissance économique qui ralentit. Il faut 2 trimestres de croissance négative pour officialiser une récession.
-> La stagflation correspond à une croissance économique qui ralentit + une inflation importante.

Dans le 1er cas, les banques centrales ont l'arme des taux pour relancer la machine économique.
Dans le second cas, les banques centrales sont confrontées à 2 phénomènes qui demandent des actions inverses de leur part pour les juguler. Il faut donc faire un choix.
Baisser les taux pour stimuler l'économie est de nature à augmenter l'inflation... Qui est déjà en progression.
Augmenter les taux va faire baisser l'inflation, mais peser sur l'économie qui est déjà en hibernation.

Des 2, le pire est l'inflation. Raison pour laquelle la FED a décidé de la cibler en remontant ses taux.
Pour l'instant, l'économie se porte bien. La croissance va diminuer. Tout l'enjeu pour la FED, et bientôt pour la BCE, est d'arriver à faire baisser l'inflation sans provoquer une récession.
La volatilité sur les marchés est causée par ces questions existentielles qui taraudent les investisseurs. Aussi longtemps qu'un scenario clair ne se dessinera pas, le yoyo va continuer.
 

Luce-ming

Membre
Bonjour @poam5356 ,

Je vous remercie pour ce compte rendu exhaustif.

Dans ce contexte, avez vous l'intention d'alleger vos lignes "luxes": lvmh, L'Oréal, Hermès, Robertet?. Ou au contraire les renforcer en cas de chute?

Concernant la santé, avez vous l'intention d'investir dans des entreprises de "santé de base"?

Quels seraient a votre avis les PER acceptables, dans le contexte actuel, pour une entreprise classée respectivement dans la catégorie consommation de base, "santé de base", utilities et industrie?

Très bonne journée,
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Bonjour @Luce-ming
Dans ce contexte, avez vous l'intention d'alleger vos lignes "luxes": lvmh, L'Oréal, Hermès, Robertet?. Ou au contraire les renforcer en cas de chute?
Allégées, elles l'ont été!
Par rapport à fin 2021 :
Hermès passe de 17 à 4 actions.
LVMH de 10 à 5.
L'Oréal de 15 à 8.
Je n'ai plus vraiment l'intention d'y toucher, ou à la marge.
J'attends pour les reconstituer, un jour!
Sur Robertet, c'est l'inverse, il y a 1 titre de plus.

Concernant la santé, avez vous l'intention d'investir dans des entreprises de "santé de base"?
Vous voyez quelles entreprises dans la santé de base?
J'ai une ligne HunitedHealth.
Je trouve que le parcours du secteur de la santé est plutôt décevant depuis le début d'année et j'ai du mal à identifier des boites sur lesquelles investir.
Pour ne pas me casser la tête, j'ai bien commencé une ligne avec un Lyxor Stoxx Europe 600 Healthcare... Ligne ouverte depuis quelques semaines, et déjà en baisse de 10%..!! Pas top comme entrée en matière.


Quels seraient a votre avis les PER acceptables, dans le contexte actuel, pour une entreprise classée respectivement dans la catégorie consommation de base, "santé de base", utilities et industrie?
Il m'est d'avis qu'un PER autour de 15 serait un bon niveau médian.
Le PER n'est pas forcément un bon indicateur.. Mais un bon point de départ dans une recherche de boite.
Le PEG, qui est un PER prenant en compte la croissance attendue de la boite est déjà plus pertinent.
Au delà des indicateurs, il y a de nombreux paramètres qui ont une influence déterminante sur le comportement économiques des entreprises, et donc sur leur parcours boursier.
Air Liquide (qui détache son dividende aujourd'hui) a une activité répartie entre 4 grands secteurs. Ce qui offre une protection contre les variations dans les cycles économiques avec toujours 1 ou 2 secteurs qui seront en croissance, quand les 2 autres seront plutôt en repli.
Nestlé a un PER relativement élevé de 26. Il est justifié par la diversité des activités de la boite, ses marques fortes et ses marchés.
Peut-être (sans doute) vaut-il mieux être investi sur Nestlé que sur Danone, malgré le PER à 26 du 1er, contre 17 pour le second.
 

Luce-ming

Membre
Merci pour votre réponse.

J'aurai du regarder votre reporting précédent avant de vous posez toutes mes questions notamment celle concernant le luxe!

Concernant la "santé de base", je pense à Fresenius Kiabi qui a un PER 2022 de 10,3. L'activité de Fresenius Kiabi est assurée même en cas de récession dans la mesure où il vende à des hôpitaux et cliniques des poches pour nourrir les patients et d'autres consommables comme des matériels nécessaires aux transfusions et injections. Les principaux pays à qui ils vendent ces consommables sont situés en Europe 45% et en Amérique du nord (38%).

Fresenius Kiabi a également une filiale cotée, Fresenius medical care qui a un PER 2022 de 16,8. La filiale a pour objet de fabriquer et de vendre du matériel médical (machine) en lien avec l'insuffisance rénale: la dyalise. Outre les machines qu'ils vendent aux hôpitaux, ils fournissent une prestation de service à destination du client final: le patient (à domicile et dans certains hôpitaux). Leur cœur de métier ne risque donc pas d'être affecté par la crise, en tout cas en Europe (15% de leur CA) mais peut être plus en Amérique du Nord (68% de leur CA).

Concernant le secteur de l'énergie et plus particulièrement Iberdrola et Siemens Gamesa, je note la déclaration du gouvernement espagnol concernant la taxation des entreprises en lien avec le secteur de l'énergie en espagne qui risque de déprécier leur future bénéfice. Pour l'instant il ne me semble pas que cette taxation ait été mise en oeuvre, je crois qu'elle a seulement été évoquée.
 

Luce-ming

Membre
Concernant Air Liquide, j'ajouterai une cinquième dimension que l'entreprise a développée depuis de nombreuses années et qui pend tout son sens en cas de récession et/ou de crise et/ou risque d'intrusion d'un acteur non désiré: il s'agit de la "patrimonialisation" du titre.

En effet, le titre est devenu un objet du patrimoine des épargnants de plus de cinquante ans. Air liquide l'encourage au travers sa très active "division actionnariat": en effet, elle encourage par exemple la transmission de la nue propriété de ses actions nominatives avec conservation de l'usufruit en envoyant par la poste tous les ans à ces moyens porteurs au nominatif ainsi qu'au nominatif administré des documents encourageant ce type de stratégies que je nommerai stratégie de "thésaurisation".

L'ensemble de ces stratégies confère au titre une moindre volatilité car il devient difficile de vendre 500 actions que l'on possède au nominatif pur et que l'on a démembré en faveur de ses petits enfants.

Et parce qu'il a une faible volatilité du fait de la stabilité de ses actionnaires, il intéresse moins certains fonds qui ont besoin d'une certaine volatilité pour gagner rapidement de l'argent.
 

Cooker38

Membre
Bonjour Poam,
J'ai 10 000€ investis sur 6 actions dans mon PEA. 1000€ dans la poche liquidités.
Je comptais laisser mes actions "vivre" car j'ai atteint les pondérations que je visais pour chaque ligne. Malgré cela, avec une possible récession, vous pensez que je devrais vendre une partie de chaque ligne pour avoir des liquidités ? Absurde et fou de ne rien toucher le temps de la potentielle récession ? Merci...
 
Haut