Impact de la crise sur l'immobilier

moietmoi

Top contributeur
A la fin il dit qu'il prevoit une baisse de 5 a 10%.
non, l'intervieveur a beau répéter la baisse, la baisse, la baisse, il répond segementation du marché, arrêt de la hausse généralisée, hausse locale, facilité de négociation à la baisse de10 % sur les biens ayant des défauts; et de geuure lasse, face à l'agrsssivité du journaliste qui dit: baisse, baisse, baisse, il doit oui.. mais la totalité de l'interview se résume à ces premiers mots: "bien malin celui qui le sait"
 

wwolf1

Contributeur
14'30 baisse de 5 a 10%. Il dit aussi que pour les biens au top, la hausse est finie. Il donne quand même ses convictions. Si je compare avec l'ITW du president de Century21, ses reponses sont beaucoup plus intéressantes.
 

moietmoi

Top contributeur
pas la peine la citation d'origine est de Pierre DAC.
désolé, mais celle là , je l'ai travaillé pendant plus d'une journée... sauf si mon inconscient me joue des tours,j'ai longuement hésité dans l'ordre..avenir , futur, et c'est de la création pure, à table, en famille..
 

moietmoi

Top contributeur
une analyse intéressante d'un des grands économistes qui comptent:
en résumé:
les milliards déversés par les banques centrales, vont finalement chercher dans les mains des institutionnels, les meilleurs rendements: la logistique et l'immobilier résidentiel, d'où une future gigantesque hausse à terme et bulle immobilière....malgré un petite faiblesse de la demande des particuliers
 

titif0u

Contributeur
les milliards déversés par les banques centrales, vont finalement chercher dans les mains des institutionnels, les meilleurs rendements: la logistique et l'immobilier résidentiel, d'où une future gigantesque hausse à terme et bulle immobilière....malgré un petite faiblesse de la demande des particuliers
Les institutionnels ont toujours investis dans l'immobilier. Son analyse experte est en effet intéréssante, mais, à titre personnel, je n'y crois pas. Du côté des particuliers, l'achat se fait à 80% encore aujourd'hui pour de la RP, et après la crise, l'immobilier de bureau/commercial risque de tomber en désamour.
Beaucoup on parlé de "Krach Immo", mais, par exemple de ce que j'en ai entendu, les SCPI restent assez peu impactés par la crise actuelle (un grand gérant de fond annoncait un rendement de 3% au lieu de 5% prévus initialement, ca reste très correct comparé au livrets... quel autre placement relativement sécurisé peut, ajd, se vanter d'un tel résultat ? )

L'autre question qu'on peut se poser sérieusement par contre, c'est la réponse apporté par le Gouv: dans un contexte de chômage galopant, de hausse des taux, d'incertitude économique (et donc d'une perte de confiance des acteurs, qui on le sait, est un frein à la consommation): quel plan de relance pour l'immobilier ?

Sujet traité brièvement mais plutôt intelligemment dans cette vidéo:
https://bfmbusiness.bfmtv.com/media...lan-de-relance-pour-l-immobilier-1247739.html

Je pense qu'il faudrait prolonger le PTZ (voir l'étendre).
Rétablir:
- le PTZ dans l'ancien avec travaux
- Les APL accession
- Les intérêts déductibles

Car ce seront bien les primo accédants et les plus modestes qui seront le plus impactés.
Et ils représentent une part non négligables de clients potentiels dans les zones les moins tendues.... qui seront elles aussi les premières et les plus touchés par la baisse à venir (si on ne prend pas en compte la ruine qu'à déjà été l'après 2009 et toutes les personnes qui ont perdu bcp d'argent...)

Ca, ce sera dans l'ancien. Je pense également que la baisse sera contenue, mais la situation risque d'être à l'opposé dans le neuf: moins de permis de construires accordés (contexte éléctoral + crise), moins de fonciers dispo, construction + lente et + coûteuse (mesures sanitaires) ==> moins d'offre... monté des prix ?
 
Haut