Lancée en février, Helios veut permettre à ses clients de dépolluer la banque en finançant uniquement des projets qui accélèrent la transition écologique. Le coût de l'abonnement à cette écobanque ? Six euros par mois. Maeva Courtois, la co-fondatrice, détaille les services et projets d'Helios.

Maeva Courtois, directrice générale d'Helios

Maeva Courtois, co-fondatrice et directrice générale d'Helios

On ne compte plus le nombre d'acteurs bancaires qui se lancent. Qu’est-ce qu’Helios a de différent par rapport aux autres ?

Maeva Courois : « Notre promesse est que votre argent ne servira pas à financer des entreprises qui représentent un risque pour le climat et la biodiversité. Les financements sont destinés uniquement à la transition écologique, comme l’agriculture durable, le traitement des déchets ou encore la conservation des écosystèmes naturels. Les particuliers ne se rendent pas forcément compte que leurs dépôts peuvent financer le charbon, l’extraction pétrolière ou encore les pesticides chimiques.

« Les particuliers ne se rendent pas compte que leurs dépôts peuvent financer le charbon, l’extraction pétrolière... »

J’ai travaillé plusieurs années en banque d’investissement à gérer des fonds qui intègrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Cela m’a amené à lire de nombreux rapports sur le réchauffement climatiques et à rencontrer des dizaines d'entreprises qui œuvrent à la transition écologique. Or face à l’urgence de la situation, je me suis rendu compte que l’opacité en matière d’ESG règne toujours. Certes, il y a des progrès mais aujourd’hui le secteur bancaire n’est pas suffisamment moteur. Les grandes banques françaises annoncent couper les financements des secteurs les plus polluants mais seulement à un horizon de 2030, 2040 voire au-delà.

De ce constat, nous avons donc créé Helios, une solution grand public pour permettre avec son argent de lutter contre le réchauffement climatique au quotidien. Par exemple, grâce nos premiers clients, nous avons aidé l’entreprise française Akuo Energy à développer une nouvelle centrale photovoltaïque en Nouvelle-Calédonie. »

Que proposez-vous aux particuliers ?

M.C. : « Nous nous sommes lancés officiellement en février en proposant un abonnement unique de 6 euros par mois qui inclut donc un compte bancaire sans découvert équipé d’une carte Visa Classic à débit immédiat en bois (80% de plastique en moins qu’une carte ordinaire) et une carte virtuelle pour les paiements sur Internet. Il n’y a pas possibilité de déposer des chèques ou d’espèces. En revanche, les paiements en zone euro, ainsi que les virements et les prélèvements en zone SEPA sont illimités. Nous offrons cinq retraits inclus par mois en zone euro dans tous les distributeurs automatiques de billets (0,85 euro au-delà par retrait supplémentaire). Les plafonds de paiements et retraits vont jusqu'à 2 000 euros par jour et 3 000 euros par mois.

« L’accès direct à un conseiller sur des plages horaires étendues est une attente très forte des clients »

Par ailleurs chaque client a accès à un conseiller dédié par téléphone du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi matin. Pour nous, le conseiller doit être au cœur de l’offre. Nous avons fait une étude avec plus de 1 600 participants avant de nous lancer et il en est ressorti que la demande d’accès direct à un conseiller sur des plages horaires étendues est une attente très forte. Mais ce n’est pas tout. A chaque paiement avec une carte Helios, nous utilisons 15% des commissions d’interchange habituellement prélevées par les banques pour décupler notre impact positif sur l’environnement en finançants des projets transformants. »

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires
Six euros par mois alors que de nombreuses offres sont gratuites. Pensez-vous que les gens sont prêts à payer ?

« A chaque paiement, nous utilisons 15% des commissions pour décupler notre impact sur l’environnement »

M.C. : « Cette vague de gratuité n’est pas soutenable. Il suffit de voir tous les acteurs qui poussent leurs clients à monter en gamme pour les faire payer. Nous ne voulons pas courir après les levées de fonds, pour tenir sur la durée, au risque de perdre notre indépendance et notre objectif de financer la transition écologique. 6 euros par mois, c’est un prix qui nous semble raisonnable au regard de ce que proposent tant les banques traditionnelles que les banques en ligne. »

Combien de clients ont été convaincus par votre offre jusqu’ici ?

M.C. : « 15 000 personnes s’étaient pré-inscrites depuis un an pour le lancement d’Helios. 2 300 ont déjà ouvert un compte en moins de 10 minutes. Nous visons 30 000 clients d’ici 2 ans afin d’atteindre l’équilibre. »

Allez-vous étoffer votre offre ?

M.C. : « Nous allons bientôt proposer une version web de notre offre jusqu'ici disponible seulement sur mobile en téléchargeant l'application Helios. Nous développons aussi une offre compte joint pour une sortie cet été. »