Poam : Le point sur mes portefeuilles boursiers.

Trublion

Contributeur régulier
Moi aussi je suis bien « plombé » par Steico qui à elle seule représente 35% de mes MV totales. J’aurai dû mieux la pondérer par rapport à sa capitalisation.

C’est bien vu pour le monétaire. @Jeune_padawan a ouvert la voie 🙂
Les mouvements sont si violents sur les marchés que je me demande si on aura le temps de profiter du monétaire au regard de la lenteur de la BCE. Je me satisfais en l’état de mon 0% de perf sur mes liquidités.

Un grand bravo pour votre reporting !
 

trickster

Contributeur régulier
Merci beaucoup pour votre partage Monsieur Poam.

Concernant vos 15% en obligations, est ce que c'est le fond euro de vos AV ou avez vous investi sur des obligations ou encore quelques fonds obligataires à échéance ?

Moi aussi j'attends un point bas, je me dis que la hausse des taux et les résultats à venir des entreprises pourraient faire baisser encore un peu les actions. Par contre, c'est lors de panique boursière qu'on fait les meilleurs affaires, à moins d'une grosse surprise ou retournement on en aura pas (personne ne sait cela dit) ....

Par contre, surveillez vous aussi les foncières ? Normalement avec leurs dettes, c'est elle qui vont prendre cher avec la hausse des taux et cela devrait se sentir sur les actions REITS.

Sans compter que le marché immobilier US commence à flancher mais il était surcoté ....
 

polo88

Contributeur régulier
Il est certain qu'hier était une belle opportunité pour reprendre quelques actions solides
Merci pour votre partage Poam, toujours aussi intéressant
J'espère que vos travaux se passent bien, ça vous fait effectivement "faire autre choses" que de stresser devant la bourse
 

sorcier

Contributeur régulier
MAJ Octobre 2022 - Garder le cap dans la(les) tempête(s).

Guerre, récession, tensions avec la Chine, catastrophes naturelles... Le contexte géopolitique inquiétant (tensions sino-américaines et guerre en Ukraine) pousse l'inflation à la hausse et favorise le ralentissement de la croissance avec, pour corollaire, une récession à venir.
De son ampleur découlera la tenue des marchés financiers.

Certains anticipent une récession plus importante en Europe ainsi qu’un ralentissement économique plus marqué qu'aux Etats-Unis.
Mateusz Urban, économiste senior d'Oxford Economics, estime "que la zone euro entrera en récession au troisième trimestre et durera 3 trimestres".
La bourse n'aimera pas..
Sans dérapage armé causé par la Russie, ou dans le Pacifique, la trajectoire de taux décrite par la FED le mois dernier laisse espérer un pivot sur les taux US à partir de la mi 2023.
La trajectoire des taux US semble tracée, et tient la route (pour l'instant).

En revanche, un déluge de révisions des attentes de bénéfices et des flux de trésorerie va s'abattre sur les marchés ces prochains trimestres. Les fondamentaux des entreprises vont reprendre le dessus. Toute la question est désormais de savoir quelle va être l'amplitude de la baisse qu'on peut escompter pour les profits: De 10 à 30%?
De quoi abaisser de 10 à 15% le niveau d'entrée sur les principaux indices, avec des disparités sur les valeurs entre celles qui maintiendront les marges, et celles qui devront réviser en baisse (profit warning) leurs prévisions de résultats.

Je ne vais pas épiloguer plus longtemps sur la macroéconomie. Il y a tellement d'incertitudes que personne ne peut se projeter dans un avenir proche. C'est la raison pour laquelle les marchés font le yoyo (je n'ai pas voulu faire honneur à Poutine en parlant de montagnes r.sses) en ce moment.

Histoire de nous réconforter, je vous propose ce passage lu il y a peu dans un article financier :
Ignorer la peur en envisageant l’avenir lointain avec confiance
"Achetez des actions, prenez quelques somnifères du bon temps, et cessez de lire les journaux. Dans quelques années, vous constaterez que vous serez riche." Telle est la devise de l’investisseur légendaire André Kostolany et le cœur de la stratégie "ignorer", autrement dit, envisager l’avenir lointain avec confiance.
Il y a évidemment des exceptions mais, en général, les actions américaines rapportent 6 à 7% par an en termes réels. Alors, pourquoi s’inquiéter si tout se passe bien au bout du compte?
Les marchés financiers ont cela de fantastique qu’ils permettent de liquider des actifs et d’obtenir une valorisation à tout moment aux heures d’ouverture. Toutefois, cela pose un problème majeur car on peut suivre les fluctuations de la valeur nette de notre patrimoine, en temps réel et au centime près, ce qui peut s’avérer très stressant lorsque les prix s’effondrent.
Un investisseur chevronné a livré son secret pour composer avec le stress dans ce cas de figure: "éteins ton ordinateur et va te promener !"



Et mon portefeuille dans tout ça?
Je m'inspire des propos ci-dessus en regardant moins souvent les cours... J'y suis aidé, je le reconnais : Je fais quelques travaux chez moi !!
J'ai opté pour un positionnement prudent privilégiant des actions de qualité et/ou défensives :
- La plus grande partie des liquidités du PEA a été investie sur un OPCVM monétaire (eh oui, le monétaire redevient positif).
- Quelques achats ont été réalisés ce jeudi 13 octobre sur de belles valeurs attaquées lors de la publication des chiffres de l'inflation US :
Hermès, LVMH, Dassault Systèmes et ASML qui me semble offrir un beau point d'entrée sous 400€, même si les tensions sino-américaines pénalisent le secteur des semi-conducteurs.

Des achats modestes parce qu'il m'est d'avis que le point bas sur les marchés reste à venir. Toutefois, les valorisations sont déjà faibles, ce qui pourrait limiter les éventuelles baisses des actions. En Bourse, rien n'est jamais sûr.

Malgré tout, le portefeuille affiche -14,8% YTD.
La performance aurait pu être un peu moins mauvaise sans la contre-performance de grosses lignes du portefeuille : Steico perd 26% en 1 mois, ainsi que EDP Renováveis qui perd 24% sur le mois.
Globalement, les valeurs vertes sont à la peine en ce début d'automne. L'ETF ishares Global Clean Energy perd 17% sur 1 mois.

A contrario, le positionnement défensif ne permet pas de rattraper la baisse qui s'est principalement faite au S1.
Les valeurs défensives permettent, au mieux, de gagner quelques fractions.
La meilleure stratégie pour être défensif me semble être maintenant d'investir en monétaire si on arrive à trouver des fonds sans frais d'entrée. Ce que j'ai trouvé chez BFB.


Le portefeuille au 13/10/2022 :
( ce sont les principales lignes, celles > 1200€)

Afficher la pièce jointe 14881




Répartition des actifs :
Afficher la pièce jointe 14880

Je suis impressionné.

Je ne sais pas pour vous, mais dans mon cas, gérer tout cela serait un travail a temps entier (avec les promenades en dehors des heures de marché et la nuit incapable de dormir!)
 
MAJ Octobre 2022 - Garder le cap dans la(les) tempête(s).

Guerre, récession, tensions avec la Chine, catastrophes naturelles... Le contexte géopolitique inquiétant (tensions sino-américaines et guerre en Ukraine) pousse l'inflation à la hausse et favorise le ralentissement de la croissance avec, pour corollaire, une récession à venir.
De son ampleur découlera la tenue des marchés financiers.

Certains anticipent une récession plus importante en Europe ainsi qu’un ralentissement économique plus marqué qu'aux Etats-Unis.
Mateusz Urban, économiste senior d'Oxford Economics, estime "que la zone euro entrera en récession au troisième trimestre et durera 3 trimestres".
La bourse n'aimera pas..
Sans dérapage armé causé par la Russie, ou dans le Pacifique, la trajectoire de taux décrite par la FED le mois dernier laisse espérer un pivot sur les taux US à partir de la mi 2023.
La trajectoire des taux US semble tracée, et tient la route (pour l'instant).

En revanche, un déluge de révisions des attentes de bénéfices et des flux de trésorerie va s'abattre sur les marchés ces prochains trimestres. Les fondamentaux des entreprises vont reprendre le dessus. Toute la question est désormais de savoir quelle va être l'amplitude de la baisse qu'on peut escompter pour les profits: De 10 à 30%?
De quoi abaisser de 10 à 15% le niveau d'entrée sur les principaux indices, avec des disparités sur les valeurs entre celles qui maintiendront les marges, et celles qui devront réviser en baisse (profit warning) leurs prévisions de résultats.

Je ne vais pas épiloguer plus longtemps sur la macroéconomie. Il y a tellement d'incertitudes que personne ne peut se projeter dans un avenir proche. C'est la raison pour laquelle les marchés font le yoyo (je n'ai pas voulu faire honneur à Poutine en parlant de montagnes r.sses) en ce moment.

Histoire de nous réconforter, je vous propose ce passage lu il y a peu dans un article financier :
Ignorer la peur en envisageant l’avenir lointain avec confiance
"Achetez des actions, prenez quelques somnifères du bon temps, et cessez de lire les journaux. Dans quelques années, vous constaterez que vous serez riche." Telle est la devise de l’investisseur légendaire André Kostolany et le cœur de la stratégie "ignorer", autrement dit, envisager l’avenir lointain avec confiance.
Il y a évidemment des exceptions mais, en général, les actions américaines rapportent 6 à 7% par an en termes réels. Alors, pourquoi s’inquiéter si tout se passe bien au bout du compte?
Les marchés financiers ont cela de fantastique qu’ils permettent de liquider des actifs et d’obtenir une valorisation à tout moment aux heures d’ouverture. Toutefois, cela pose un problème majeur car on peut suivre les fluctuations de la valeur nette de notre patrimoine, en temps réel et au centime près, ce qui peut s’avérer très stressant lorsque les prix s’effondrent.
Un investisseur chevronné a livré son secret pour composer avec le stress dans ce cas de figure: "éteins ton ordinateur et va te promener !"



Et mon portefeuille dans tout ça?
Je m'inspire des propos ci-dessus en regardant moins souvent les cours... J'y suis aidé, je le reconnais : Je fais quelques travaux chez moi !!
J'ai opté pour un positionnement prudent privilégiant des actions de qualité et/ou défensives :
- La plus grande partie des liquidités du PEA a été investie sur un OPCVM monétaire (eh oui, le monétaire redevient positif).
- Quelques achats ont été réalisés ce jeudi 13 octobre sur de belles valeurs attaquées lors de la publication des chiffres de l'inflation US :
Hermès, LVMH, Dassault Systèmes et ASML qui me semble offrir un beau point d'entrée sous 400€, même si les tensions sino-américaines pénalisent le secteur des semi-conducteurs.

Des achats modestes parce qu'il m'est d'avis que le point bas sur les marchés reste à venir. Toutefois, les valorisations sont déjà faibles, ce qui pourrait limiter les éventuelles baisses des actions. En Bourse, rien n'est jamais sûr.

Malgré tout, le portefeuille affiche -14,8% YTD.
La performance aurait pu être un peu moins mauvaise sans la contre-performance de grosses lignes du portefeuille : Steico perd 26% en 1 mois, ainsi que EDP Renováveis qui perd 24% sur le mois.
Globalement, les valeurs vertes sont à la peine en ce début d'automne. L'ETF ishares Global Clean Energy perd 17% sur 1 mois.

A contrario, le positionnement défensif ne permet pas de rattraper la baisse qui s'est principalement faite au S1.
Les valeurs défensives permettent, au mieux, de gagner quelques fractions.
La meilleure stratégie pour être défensif me semble être maintenant d'investir en monétaire si on arrive à trouver des fonds sans frais d'entrée. Ce que j'ai trouvé chez BFB.


Le portefeuille au 13/10/2022 :
( ce sont les principales lignes, celles > 1200€)

Afficher la pièce jointe 14881




Répartition des actifs :
Afficher la pièce jointe 14880


Votre portefeuille est incroyable monsieur Poam !

Un bon modèle pour tout les débutants dont je fais partie 👍

Je n'imagine pas le temps que vous avez du passez pour vous constituer un portefeuille aussi imposant !
 

polo88

Contributeur régulier
Il est certain qu'hier était une belle opportunité pour reprendre quelques actions solides
Merci pour votre partage Poam, toujours aussi intéressant
J'espère que vos travaux se passent bien, ça vous fait effectivement "faire autre choses" que de stresser devant la bourse
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Concernant vos 15% en obligations, est ce que c'est le fond euro de vos AV ou avez vous investi sur des obligations ou encore quelques fonds obligataires à échéance ?
J'ai une AV, mais trop modeste pour figurer dans les comptes du portefeuille.
Les 15% d'obligations, ce sont des obligations CT que j'ai dans le PEE suite à arbitrage au printemps d'un fonds actions euros vers quelque-chose de moins volatil en attente de réinvestissement.

Par contre, surveillez vous aussi les foncières ? Normalement avec leurs dettes, c'est elle qui vont prendre cher avec la hausse des taux et cela devrait se sentir sur les actions REITS.
Non, je ne suis pas amateur des foncières.
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Je suis impressionné.
Je ne sais pas pour vous, mais dans mon cas, gérer tout cela serait un travail a temps entier (avec les promenades en dehors des heures de marché et la nuit incapable de dormir!)
Comme je l'ai souvent écrit ici, c'est ce forum qui me prend le plus de temps. Le portefeuille vit sa vie. Le fond de portefeuille ne bouge pas beaucoup. Air Liquide, plus grosse ligne du portefeuille, je n'y consacre pas 1 minute par mois. Idem pour les autres qui forment la base du portefeuille.
C'est plutôt toutes les petites lignes, non présentées ici pour ne pas alourdir le tableau, qui demandent du temps en suivi. Certaines ne donnent pas satisfaction, ou sont le fruit d'un achat impulsif (oui, ça m'arrive), et finissent par être revendues (aussi parfois de manière impulsive). D'autres me donnent satisfaction et vont être renforcées pour finir par obtenir leur place en bonne position dans le portefeuille.
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Votre portefeuille est incroyable monsieur Poam !

Un bon modèle pour tout les débutants dont je fais partie 👍

Je n'imagine pas le temps que vous avez du passez pour vous constituer un portefeuille aussi imposant !
Bonjour @Notorious-Kush,
Merci pour cette appréciation.

Vous ne voyez pas tout du portefeuille qui, en réalité, est composé de 5 portefeuilles :
1 PEA, 1 PEE et 3 CTO (1 chez Degiro, 1 chez Air Liquide pour le nominatif pur des actions de la boite, et 1 au même endroit que le PEA).
Le total fait autour de 300K€ qui n'est que la partie bourse du patrimoine... Mais je puise depuis quelques temps dans les liquidités pour faire des travaux de rénovation.
Evidemment, il est l'aboutissement de 30 ans d'épargne et d'investissements divers et variés.
En 30 ans, je n'ai pas toujours eu, même pas beaucoup, de temps à y consacrer, ni d'argent à épargner : la RP à payer, les gosses qui coutent une blinde!!
Ce qui est certain, c'est que je n'aurais pas pu constituer ce patrimoine sans passer par la bourse.
 
Haut