La toujours très bonne collecte 2014 de l’assurance-vie ; les bons résultats, aussi, des banques françaises aux tests de résistance de la Banque centrale européenne ; les efforts des banques pour améliorer l’expérience de leurs clients sur internet : voici les infos qu’il ne fallait pas rater cette semaine sur cBanque.

17,4 milliards engrangés par l’assurance-vie

Lundi dernier, la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) a publié les très bons chiffres de collecte de l’assurance-vie au mois de septembre : +2,1 milliards d’euros, ce qui porte la collecte 2014 à 17,4 milliards d’euros. L’assurance-vie apparaît plus que jamais aux Français comme le « couteau suisse » de l’épargne populaire, utile pour préparer sa retraite ou se constituer un patrimoine à transmettre. A tel point que nous nous sommes posés la question de l’usage de l’assurance-vie pour préparer un achat immobilier.

Autre argument à l’avantage de l’assurance-vie : la promesse de rendements supérieurs à d’autres produits, notamment le Livret A. Les épargnants ne risquent-ils pas, toutefois, d’être déçus dans ce domaine ? Christian Noyer juge en tout cas nécessaire une « baisse significative » des taux de rémunération. Le gouverneur de la Banque de France craint que les compagnies ne se fragilisent en surévaluant leurs rendements, alors que les taux d’intérêts des obligations qui composent l’essentiel de leurs fonds euros sont au plus bas. Le patron de la FFSA s’est toutefois voulu rassurant, en expliquant que les assureurs continueront à allier « prudence et rentabilité ».

Les banques françaises passent les stress tests européens

Il y a une semaine, la Banque centrale européenne (BCE) dévoilait les résultats des tests de résistance menés sur les bilans des 130 principales banques européennes. Une opération destinée à apprécier la solidité du secteur bancaire européen, dont la BCE va prendre en charge la supervision la semaine prochaine.

Rapidement, la Banque de France et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ont communiqué pour saluer les résultats des 13 banques françaises retenues, saluant la pertinence du modèle de banque universelle (détail et investissement) adopté par les principales enseignes nationales. Toutes ont ainsi réussi à résister au scénario de crise concocté par la BCE. A ce petit jeu, c’est le groupe Crédit Mutuel qui s’est montré le plus solide, devant la Banque Postale et le Crédit Agricole.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

Les banques numériques s’améliorent

Toujours en mal de reconnaissance auprès du grand public, les banques tout en ligne sont condamnées à poursuivre les efforts pour améliorer leurs offres. Depuis jeudi, Fortuneo a abaissé les conditions de revenus permettant de bénéficier d’une carte bancaire gratuite, ce qui élargit mécaniquement son nombre de clients potentiels. Fortuneo va également équiper ses cartes de puces NFC autorisant les paiements sans contact, à compter de décembre. De son côté, en marge de ses (bons) résultats trimestriels (plus de 30.000 comptes ouverts entre juillet et septembre 2014), Boursorama Banque a annoncé des nouveaux produits (prévoyance, épargne jeunes) et des nouveaux services de gestion de compte en ligne.

La digitalisation ne concerne pas seulement les « pure players » numériques. Les banques traditionnelles également travaillent à améliorer l’expérience de leurs clients. Par exemple en leur proposant des applications à utiliser sur leurs smartphones et tablettes. En mettant à jour, également, leurs sites internet, à l’image des Crédits Agricoles Champagne-Bourgogne et Alpes-Provence qui leur ont récemment donné un coup de jeune.

A lire également