62% des 35-49 ans et 73% des trentenaires intéressés par la pierre-papier se disent prêts à investir plus de la moitié de leur épargne en sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). En revanche, les investisseurs plus âgés se montrent plus réservés.

L’an dernier, dans un contexte d’euphorie boursière, on aurait pu s’attendre à ce que l’intérêt des investisseurs pour la pierre-papier marque le pas. Eh bien, il n’en a rien été… Au contraire, avec 8,6 milliards d’euros, la collecte sur les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) a progressé de 68% en un an, d’après l'Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM).

Dans ce contexte, le gestionnaire de SCPI Atland Voisin a tenté de savoir qui se cache derrière ces chiffres records. Bilan : la SCPI est un placement qui séduit majoritairement les jeunes investisseurs. En effet, 21% des 18 à 24 ans connaissant la pierre-papier possède des parts de SCPI, contre seulement 10% des 50-64 ans et 11% des plus de 65 ans (1). Les trentenaires manifestent également une appétence accrue pour ce produit d’épargne, avec notamment un taux de détention de 17% chez les 25-34 ans au fait de l'investissement en immobilier « papier ».

Les seniors plus réservés sur les SCPI

En revanche, en dehors du cosmos des adeptes des placements immobiliers, la SCPI reste méconnue. Un sondé sur deux ne connaît pas ce support d’investissement. Et seulement un sur cinq en maîtrise le fonctionnement. Pour rappel, les SCPI sont des fonds investis essentiellement dans l’immobilier résidentiel ou de bureau, pour un ticket d'entrée de quelques centaines d’euros. Du coup, l’enjeu pour les distributeurs de SCPI est bien de faire connaître ce produit.

Lire aussi : Comment décrypter les notices de SCPI

En effet, d’après le sondage commandé par Atland Voisin, une fois s’être vus expliquer la logique de ce placement, plus d’un tiers des sondés se déclarent prêts à en acheter. Mais, là encore, l’appétence est plus forte chez les jeunes investisseurs. Parmi les épargnants intéressés, 73% des 25-34 ans pourraient y dédier plus de la moitié de leur épargne. Une proportion qui atteint 69% parmi les 18-24 ans et 62% pour les 35-49 ans. En revanche, les plus de 50 ans se montrent plus prudents. Bien qu’intéressés, seul un tiers d’entre eux y dédieraient plus de la moitié de leur argent. Et, parmi les plus de 65 ans, 41% y investiraient au maximum 10% de leur épargne.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 10 contrats comparés

Simple rappel : les experts financiers rappelent systématiquement l'importance de la diversification, et déconseillent donc d'investir la majeure partie de son épargne dans un même type de placement.

(1) Enquête réalisée par OpinionWay entre les 30 octobre et 4 novembre 2019, auprès de 2022 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.