Faillite d'une assurance et unités de compte

Toward

Contributeur
Et pour les UC ? sommes nous propriétaire en cas de crise d'un assureur ? C'est à la base ma question initiale mais restant assez béotien là dedans je ne suis pas sur d'avoir clairement saisi.

Donc au risque de me répéter : si un assureur fait faillite, pouvons nous récupérer les unités de comptes ? puisque elles sont biens distinctes de l'assureur, par exemple H2o, fidelity, comgest ...

Sachant que ces UC peuvent aussi souvent être logés dans un CTO, qui pour le coup là pas de question à se poser.
Mais ma question concerne l'assurance vie et non le CTO.

Je me permet d'insister car à titre personnel j'ai plus de 50% d'UC dans mes contrats, et je me pose quelques questions quant à la sécurité de mes fonds si l'assureur ferait défaut.
 
Dernière modification:

Buffeto

Modérateur
Staff MoneyVox
Donc au risque de me répéter : si un assureur fait faillite, pouvons nous récupérer les unités de comptes ? puisque elles sont bien distincte de l'assureur, par exemple H2o, fidelity, comgest ...
en droit les primes investies dans un contrat d'assurance sur la vie sont INSAISISSABLES du fait même qu'elles n'appartiennent plus au souscripteur dès leur versement (ces sommes sont la propriété de l'Assureur qui en contre-partie délivre une garantie au souscripteur et s'engage irrévocablement auprès du bénéficiaire désigné qui detient ainsi un droit immédiat et inaliénable sur le contrat).
donc comme légalement les sommes versées appartiennent à l'assureur si celui fait faillite je ne voispas comment tu pourrais récupérer les UC .
 

Atys

Contributeur régulier
Si un assureur fait faillite sans être secouru par le fonds de garanti ou les autres assureurs, cela veut dire que tout le système s'est effondré, y compris les gestionnaires d'uc...
 

paraton

Contributeur
A propos des fonds euros, certains ne garantissent déjà plus le capital versé à 100%.
Il me semble en effet que chez certains assureurs, on est passé d'une garantie nette des frais de gestion à une garantie brute des frais de gestion, moins protectrice pour l'assuré
Voir ICI par exemple, mais ce n'est pas le seul cas
 

Patrick13

Membre
Il n'y a que les rachats massifs qui pourraient obliger l'assureur à vendre à un moment où la valeur des obligations ne lui permettrait pas d'honorer son engagement de garantie du capital envers les assurés.
Une loi est là pour l'éviter, la loi Sapin II. Elle permet de suspendre toute opération sur les AV.
Je trouve que c'est une bonne chose... Les épargnants seront protégés, malgré eux!!
A noter que les taux sont repassés positifs...(Generali ne revient pas pour autant sur ses décisions).


Pas du tout. Le capital est garanti, pas le rendement.
Notons qu'une partie seulement du fonds euros est investie en obligations souveraines. Ce sont elles qui sont négatives (qui étaient). les obligations corporates sont positives. Et il y a une part, variable selon les fonds, qui est en actions et en immobilier. Ajoutons, quand même, que les assureurs ont des réserves, aussi à des niveaux variables selon les assureurs.
Celui qui a mis les pieds dans le plat, Generali, est l'un des assureurs ayant le plus de réserves. Il pourrait soutenir le rendement de ses fonds euros pendant de nombreuses années.
Je m'interroge donc sur le timing choisi pour monter au créneau!!
Est-ce un réel cri d'alarme face à des taux appelés à rester longtemps négatifs?
Ou est-ce un moment particulièrement bien choisi pour renforcer les contraintes sur les épargnants sans risquer d'essuyer une volée de critiques?
je m'explique :
Ils ont durci les règles de fonctionnement du fonds euros au motif que les taux sont négatifs et qu'ils présentent un risque pour leur business... Personne n'est monté au créneau pour critiquer cette évolution. C'est passé comme une lettre à la boite, et les autres assureurs ont profité de l'aubaine pour en faire de même.
Or... Les taux sont de nouveau positifs!! Vont-ils annuler les mesures prises? Non!
Ce sont des filous!!



Oui, il s'agit du FGAP... 1Md€ max en caisse. la seule CNP pèse 250Mds€.


Non :
1 - Il y a Sapin II
2 - Au pire, l'assureur ne pourra pas assumer son obligation de garantie sur le capital.
Cas de force majeure, s'il ne peut pas rembourser le capital en totalité... Il peut, peut-être, en rembourser 90%.. C'est toujours mieux qu'une faillite!!


L''assureur est propriétaire de tout. Le gestionnaire, je suppose que vous voulez parler du courtier, n'est qu'une boite au lettre et fait l'intermédiaire entre l'épargnant et l'assureur.


je pense que :
soit 1 assureur en particulier fait faillite à cause d'une mauvaise gestion, ou de malversations en interne. Auquel cas, la profession volera au secours des épargnants et récupérant autant de comptes sur les cendres du défunt assureur.
Soit la profession est dans la panade... Et dans ce cas là, la cause sera tellement catastrophique que ce ne sera plus la peine de se préoccuper de son argent, mais plutôt de sauver sa peau!!


pas si vite.... Ils pleurnichent, mais ils se portent aussi très bien.
Generali, pour ne pas le nommer, affiche des résultats spectaculaires.. Quelques chiffres :
T1 2019 : Le résultat net du Groupe à 744 millions d'euros, en hausse de 28,1 %
T2 2019 : Excellent résultat opérationnel à 2,7 milliards d'euros (+ 7,6 %) et croissance forte du résultat net à 1,8 milliards d'euros (+ 34,6 %).
S1 2019 : Le premier assureur italien a vu son résultat net bondir de 34, 6 % au premier semestre.

Certes, les taux bas, s'ils durent longtemps, vont les pénaliser lourdement. Les Japonais sont en taux négatifs depuis des lustres, leurs banques n'ont pas fait faillite... pas plus qu'en Suisse. Et là, les banques, ça ne manque pas.
Merci Poam pour ces précisions concernant Generali. Qu'en est-il des autres assureurs tels que Suravenir ou Allianz ou Aviva ?
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Merci Poam pour ces précisions concernant Generali. Qu'en est-il des autres assureurs tels que Suravenir ou Allianz ou Aviva ?
Bonjour,
S'il s'agit des chiffres d'activité, sans avoir le détail pour tous, tous ces groupes vont très bien :
Aviva : 1er assureur britannique et 15 Mds£ de capitalisation.
Le bénéfice opérationnel par action a augmenté de 7% sur l'année précédente.
Aviva fait remarquer qu'ils auront du mal à maintenir une telle croissance à cause du Brexit et de ses répercussions sur l'activité des économies du Royaume-Uni et de l'Europe.

Allianz : L'un des 1ers groupes d'assurance mondiaux et 90 Mds€ de capitalisation.
3 Mds€ de profit opérationnel pour des revenus en progression de 8,1% à 33,4 milliards aux derniers chiffres donnés par la compagnie d'assurance cet automne.
Le groupe vise pour l'année 2019 un bénéfice opérationnel annuel dans le haut de la fourchette fixée en début d'année entre 11 et 12 Mds€.

Suravenir est filiale du Crédit Mutuel ARKEA
(Le groupe Arkéa est composé du Crédit Mutuel Arkéa, des fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et Massif Central et de leurs caisses locales adhérentes, ainsi que d'une trentaine de filiales spécialisées : Fortuneo, Monext, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, Arkéa Investment Services, Suravenir…).
Pas de cotation boursière pour Suravenir ou le groupe Arkéa, mais des comptes qui sont quand même publiés.
Je donne ci-après quelques passages du dernier communiqué de presse :
"Le groupe Arkéa poursuit son développement et présente à nouveau de très belles performances ainsi qu'une solidité financière remarquable.
Après une année 2018 record, le premier semestre 2019 confirme la très belle trajectoire du groupe, avec une nouvelle fois des performances commerciales de très bonne facture ainsi que des ratios qui attestent de la solidité financière du groupe.
Le PNBA progresse de 3,1 % par rapport au premier semestre 2018, à son plus haut niveau historique, soit 1,1 milliard d'euros. Cette nouvelle hausse des revenus est portée notamment par les activités d'assurances et de gestion d'actifs du groupe au premier semestre 2019.
Le total de bilan du groupe Arkéa augmente de 9 % par rapport au 31 décembre 2018, pour atteindre 147,4 milliards d'euros."


Quand je vous disais qu'ils allaient tous très bien!
Quelques chiffres sur les encours détenus en AV par ces groupes, ainsi que les réserves dont ils disposent.
Chiffres à fin 2017 (pas de plus récents à se mettre sous la dent) :
Generali : 9,22% des encours en réserves à fin 2017 pour 88 Mds€ d'encours fin 2017.
Allianz : 10,15% et 67 Mds€ d'encours.
Aviva : 6,61% et 50 Mds€ d'encours
Suravenir : 4,69% et 40 Mds€ d'encours.
 

Patrick13

Membre
Merci bcp pour ces données très rassurantes. Mais alors je ne comprend pas ce cri d'alarme concernant les compagnies d'assurance vie qui ne pourront pas longtemps supporter des taux d'intérêt bas voire négatifs. Même les infos du 20 heures en ont parlé cette semaine sur un ton alarmiste.
Bonjour,
S'il s'agit des chiffres d'activité, sans avoir le détail pour tous, tous ces groupes vont très bien :
Aviva : 1er assureur britannique et 15 Mds£ de capitalisation.
Le bénéfice opérationnel par action a augmenté de 7% sur l'année précédente.
Aviva fait remarquer qu'ils auront du mal à maintenir une telle croissance à cause du Brexit et de ses répercussions sur l'activité des économies du Royaume-Uni et de l'Europe.

Allianz : L'un des 1ers groupes d'assurance mondiaux et 90 Mds€ de capitalisation.
3 Mds€ de profit opérationnel pour des revenus en progression de 8,1% à 33,4 milliards aux derniers chiffres donnés par la compagnie d'assurance cet automne.
Le groupe vise pour l'année 2019 un bénéfice opérationnel annuel dans le haut de la fourchette fixée en début d'année entre 11 et 12 Mds€.

Suravenir est filiale du Crédit Mutuel ARKEA
(Le groupe Arkéa est composé du Crédit Mutuel Arkéa, des fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et Massif Central et de leurs caisses locales adhérentes, ainsi que d'une trentaine de filiales spécialisées : Fortuneo, Monext, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, Arkéa Investment Services, Suravenir…).
Pas de cotation boursière pour Suravenir ou le groupe Arkéa, mais des comptes qui sont quand même publiés.
Je donne ci-après quelques passages du dernier communiqué de presse :
"Le groupe Arkéa poursuit son développement et présente à nouveau de très belles performances ainsi qu'une solidité financière remarquable.
Après une année 2018 record, le premier semestre 2019 confirme la très belle trajectoire du groupe, avec une nouvelle fois des performances commerciales de très bonne facture ainsi que des ratios qui attestent de la solidité financière du groupe.
Le PNBA progresse de 3,1 % par rapport au premier semestre 2018, à son plus haut niveau historique, soit 1,1 milliard d'euros. Cette nouvelle hausse des revenus est portée notamment par les activités d'assurances et de gestion d'actifs du groupe au premier semestre 2019.
Le total de bilan du groupe Arkéa augmente de 9 % par rapport au 31 décembre 2018, pour atteindre 147,4 milliards d'euros."


Quand je vous disais qu'ils allaient tous très bien!
Quelques chiffres sur les encours détenus en AV par ces groupes, ainsi que les réserves dont ils disposent.
Chiffres à fin 2017 (pas de plus récents à se mettre sous la dent) :
Generali : 9,22% des encours en réserves à fin 2017 pour 88 Mds€ d'encours fin 2017.
Allianz : 10,15% et 67 Mds€ d'encours.
Aviva : 6,61% et 50 Mds€ d'encours
Suravenir : 4,69% et 40 Mds€ d'encours.
Merci bcp pour ces données très rassurantes. Mais alors je ne comprend pas ce cri d'alarme concernant les compagnies d'assurance vie qui ne pourront pas longtemps supporter des taux d'intérêt bas voire négatifs. Même les infos du 20 heures en ont parlé cette semaine sur un ton alarmiste, annonçant que certains assureurs vie sont au bord de la faillite.
 
Haut