Crowdfunding immo - plateformes, projets en cours et avis.

adnstep

Contributeur régulier
Tu as oublié les années 1990. A partir de 1993 on savait que çà allait baisser. Paris a perdu 40% de sa valeur entre 1991 et 1997, la province 10%.
Crise essentiellement dûe aux marchands de biens, à Paris et sur la Côte d'Azur. La situation pourrait bien se reproduire, quand on voit les sommes massives empruntées par un Michel Ohayon, par exemple (et en plus les pb avec Camaïeu). D'un autre côté, le stock de neuf diminue fortement, faute de permis de construire et de coût de la construction élevée, le marché reste tendu dans les zones attractives. Du coup, l'avenir reste flou.

La Province : bien trop vaste pour constituer un ensemble cohérent.

Et oui, je m'en souviens. J'ai acheté en 1998 en Région Parisienne, mon premier achat de RP, et j'ai revendu cause mutation en 2008. Je ne te dis pas la culbute ! Et sans le faire exprès.
 

lexxintonex

Membre
Vous oubliez que la situation actuelle est inédite : l'émission de milliards d'euros en mode planche à billet, en meme temps qu'une dette stratosphérique deux éléments qui étaient présents AVANT la guerre (les pénuries aussi). Guerre qui prend de l'ampleur plutot que ne se calme. Il est idiot de paniquer mais il serait tout aussi idiot de ne pas surveiller ça comme le lait sur le feu… Mais bref reprenons nos analyses avec ça en tache de fond en ce qui me concerne en tout cas.

Il y a des marchands de peur avec des intérêts, il y aussi des marchands de jours heureux pleins de bénéfices avec au moins autant d'intérêts (et ils sont encore plus nombreux)
 

Rivol0gY

Contributeur
Du coup, qui se jette pour 3 mois sur le projet LBP [La Veine (74)] de demain ?

J'aime pas trop la marge mais c'est déjà précommercialisé à 100% et j'aime pas trop la "faible" part des capitaux propres amenés par le MdB.
Néanmoins, elle semble avoir une expérience dans le domaine.
 

Yoda69

Contributeur
Du coup, qui se jette pour 3 mois sur le projet LBP [La Veine (74)] de demain ?

J'aime pas trop la marge mais c'est déjà précommercialisé à 100% et j'aime pas trop la "faible" part des capitaux propres amenés par le MdB.
Néanmoins, elle semble avoir une expérience dans le domaine.
Compte tenu de la faible espérance de gain sur 2-3 mois, je préfère ne pas souscrire pour être dans le groupe 2 pour le prochain projet 😛
 

Jar

Membre
Pareil, je passe mon tour. J'ai vu sur Homunity un projet de marchand de biens expérimenté sur Mégève, en plein centre-ville, achat/découpe avec une bonne marge de 19%, rendement de 9% sur 24 mois, on complète les 70% de fonds propres, pas de banque. Cautions des dirigeants. Pas de pré-commercialisation mais prix de vente dans la moyenne. C'est ouvert à la collecte.
 

PedroImmo

Membre
Pareil, je passe mon tour. J'ai vu sur Homunity un projet de marchand de biens expérimenté sur Mégève, en plein centre-ville, achat/découpe avec une bonne marge de 19%, rendement de 9% sur 24 mois, on complète les 70% de fonds propres, pas de banque. Cautions des dirigeants. Pas de pré-commercialisation mais prix de vente dans la moyenne. C'est ouvert à la collecte.
Ca semble pas mal mais, sauf erreur de ma part, je ne vois qu'une caution de la holding et non des dirigeants.
 

Tomas466

Contributeur régulier
[Homunity] [Axone Promotion]

La formulation "intérêts initiaux" n'est pas très claire. J'imagine que ce sont les intérêts arrêtés à la date de remboursement initialement prévue ? J'espère que vous êtes heureux, en cette période d'inflation à 7% officiels, de prêter sur quatre ans à 0%...
C'est bien ça (confirmé hier soir) : les intérêts seront calculés sur la période initiale de prêt, par exemple 24 mois si c'est ce qui est mentionné dans le contrat obligataire. Le délai contractuel de prorogation ne sera pas pris en compte, pas plus que les années suivantes. C'est présenté comme un compromis "acceptable" retenu lors du tour de table des créanciers, d'autres efforts ayant été faits par les autres parties.

J'ai participé au webinaire. J'en ressors avec un sentiment mitigé :
  • la plupart des points évoqués ont tourné autour des "erreurs du passé" de l'opérateur, de son redressement en cours grâce notamment au changement de dirigeant, aux évolutions de capital, à la montée d'un nouvel actionnaire majoritaire et au partenariat bancaire en cours. Plusieurs projets ont été cités, la zone d'intervention s'étend, bientôt un nouveau nom, est-ce que le nouveau dirigeant va devenir actionnaire prochainement, comment est composée l'équipe, etc.
  • il y a finalement eu peu de réponses concernant la responsabilité d'Homunity : il a été affirmé que les audits de l'entreprise réalisés à l'époque étaient corrects, puis une laconique phrase "on sait tous que c'est risqué de prêter de l'argent, c'est clairement indiqué dans les contrats" (ou quelque chose d'équivalent), et retour à l'opérateur (pour vite changer de sujet ?). J'avais posé préalablement quelques questions de fond concernant la plateforme, aucune n'a été évoquée
J'ai eu la nette impression qu'il fallait surtout concentrer la colère des investisseurs vers l'opérateur, et pas vers l'intermédiaire qui l'a pourtant retenu, alors qu'il vivait à grands frais, qu'il commercialisait facilement l'ensemble de ses projets et qu'il en avait d'autres en carnet, mais qu'il n'était pas assez solide/pas assez expérimenté pour franchir un obstacle, typiquement la période Covid. En gros on a prêté de l'argent à des débutants.

J'ai aussi observé que le fondateur d'Homunity s'est montré agacé par la masse des investisseurs : usage d'un ton paternaliste voire moralisateur, répétitions "pour bien se faire comprendre", formules discutables ("on est tous dans la même barque", "tout le monde fait des efforts, et donc vous aussi"). C'est finalement salutaire : ça a fini de me convaincre que les intérêts ne sont pas du tout alignés et que les "petits prêteurs" que nous sommes ne sont qu'une variable d'ajustement.
 
Haut