L'Observatoire Crédit Logement CSA note que la hausse des taux de crédit immobilier, couplée à un moral des ménages en berne, impacte la production de prêts.

Comme depuis le début de l'année, les taux de crédit immobilier continuent d'augmenter en mai. Avec une moyenne en avril de 1,25% sur 20 ans selon l'Observatoire Crédit Logement CSA, le crédit immobilier retrouve ses taux d'avril 2019 (1,27%). Après trois ans de baisse, et des taux exceptionnels sous les 1% (0,99% sur 20 ans en avril 2021), c'est désormais la fin de l'âge d'or pour les emprunteurs, même si les taux sont encore bien loins de ceux de 2015 par exemple (autour de 2,50%).

Une production en recul

Toutefois, l'Observatoire estime que les établissements bancaires tentent de contenir la hausse des taux pour préserver la solvabilité des emprunteurs. Dans le même temps, la remontée des taux reste limitée par les taux d'usure. Pour atténuer cette hausse, les emprunteurs relèvent leur durée de prêt, même si la durée moyenne des prêts immobiliers s'est légèrement réduite à 239 mois en avril, après 242 mois en mars.

« En avril, 65,1% des prêts bancaires à l'accession à la propriété ont été octroyés sur une durée comprise entre plus de 20 ans et 25 ans : le poids relatif de cette tranche de durées est le plus important jamais constaté, note l'étude. Celle des prêts de 15 ans et moins ne représente plus que pour 13,2% du total de la production. »

Crédit immobilier : passer par un courtier, plus qu'une affaire de meilleur taux

Malgré tout, le marché du crédit immobilier souffre de toutes ces restrictions. Les nouvelles règles pour obtenir un crédit immobilier, depuis le 1er janvier, avait déjà fait baisser le nombre de prêts distribués dès le début de l'année 2022, la guerre en Ukraine, impactant le moral des ménages, n'a rien amélioré.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Pour l'Observatoire Crédit Logement, « le choc supplémentaire sur la demande de crédits se traduit sur les mois de mars et avril avec un nombre de prêts bancaires accordés en recul de 14,5%, en glissement annuel. Quant à la production en montant, la baisse est de 11,7% : un recul moins important en raison d'un recours à des montants moyens empruntés élevés par des acheteurs qui disposent d'un apport personnel plus important et acquièrent des logements plus coûteux. »

Trouvez le meilleur taux immobilier