Pour les étudiants, la situation est épineuse : les villes où se situent les meilleures écoles sont aussi souvent celles qui proposent les loyers les plus élevés. Plus d'un étudiant sur cinq demande l'aide financière d'un proche pour se loger.

497 euros par mois. C'est le montant que sont prêts à débourser chaque mois les étudiants pour se loger. Une somme loin d'être dérisoire alors que 8 étudiants 10 avouent devoir faire des sacrifices pour pouvoir payer leur loyer à la fin du mois, selon les résultats d'une étude réalisée par seloger.com.

En août dernier, le syndicat Unef avait dénoncé le coût de la vie - logement inclus - dans la plupart des villes étudiantes et pointé des hausses importantes sur un an à Lyon, Bordeaux ou Brest. Selon une autre étude, le coût mensuel du lieu de vie et de son assurance s'élève pour les étudiants plutôt à 610 euros en moyenne, en France.

1 étudiant sur 4 travaille pour se loger

Dans tous les cas, pour ces derniers, la situation est épineuse : les villes où se situent les meilleures écoles sont aussi souvent celles qui proposent les loyers les plus élevés, souvent bien au-dessus de la moyenne évoquée. Ainsi, le budget qu’ils se disent prêts à consacrer à leur loyer atteint 592 euros par mois en Île-de-France alors qu'il se limite à 470 euros mensuels ailleurs, souligne seloger.com.

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

Mais selon la même source, le loyer moyen d'un studio francilien est de 715 euros, charges comprises. C'est à peine mieux pour une colocation avec une facture moyenne de 659 euros. Dans le reste du pays, le loyer moyen oscille entre 401 et 493 euros mensuels pour un studio vide. Quant aux loyers des colocations, ils sont compris en 374 euros par mois dans le Sud-Est et 323 euros mensuels dans le Sud-Ouest.

Loyers étudiants
Baromètre seloger.com / Capture MoneyVox

Pour réussir à étudier, 57% comptent sur le soutien financier d’un proche, 54% misent sur les APL et 1 étudiant sur 4 travaille en parallèle de ses études.

APL : qui sont les grands perdants du calcul en « temps réel » des allocations logement ?