Si l’observatoire des SCPI se veut rassurant malgré la crise sanitaire, il évoque pour la première fois une rémunération annuelle moyenne sous la barre symbolique des 4% !

4,85% en 2015, 4,65% en 2016, 4,43% en 2017, 4,34% en 2018 et 4,40% en 2019 de rendement moyen, ou plus exactement de TDVM (1), selon l’Aspim, l’association professionnelle du secteur. Malgré la conjoncture persistante de taux bas, ces dernières années, les fonds immobiliers se maintiennent à flot et offrent ainsi un excellent compromis risque/rendement aux investisseurs.

La crise sanitaire du coronavirus va-t-elle remettre ce statut en cause ? Il est trop tôt pour répondre clairement à cette question, mais l’observatoire des SCPI de Linxea offre un premier élément d’analyse : « En ce qui concerne les rendements prévisionnels pour 2020, sur l’intégralité des sociétés de gestion qui se sont essayées à annoncer un taux de distribution pour leurs SCPI, il en ressort une baisse contenue inférieure à 10% (9,44%) ce qui signifie que le taux de rendement des SCPI en 2020 pourrait s’établir à 3,98% contre 4,40% en 2019 », détaille Raphaël Oziel, directeur du pôle immobilier de Linxea.

Des SCPI aux « reins solides »

Un mauvais signe pour les investisseurs, certes, mais cette estimation montre aussi que les fonds immobiliers ont les « reins solides » pour « encaisser ce stress-test grandeur nature » selon Raphaël Oziel. Ce dernier ajoute que, sur 61 SCPI dites « de rendement » étudiées par son observatoire, seules 10 d’entre elles affichent une « baisse significative de leurs dividendes » (20% de baisse, ou plus). « Si [les SCPI] arrivent à maintenir un rendement autour de 4% en 2020, elles pourraient même sortir renforcées de cette épreuve inédite », ajoute Raphaël Oziel.

Voir aussi : Investir en SCPI

La plateforme France SCPI a elle aussi livré une estimation du rendement annuel 2020 au début du mois de mai : 4,01%, ce qui constituerait « une dégradation raisonnable du TDVM » compte tenu de la crise sanitaire et économique du Covid-19. « Rappelons qu’en 2008, année boursière catastrophique pour les épargnants, les SCPI avaient versé un TDVM moyen de 5,84% tandis que la valorisation du prix de part moyen (2) avait corrigé de -5,38% », ajoute France SCPI.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Dans une tribune diffusée fin mars, dès le début du confinement, la plateforme MeilleureSCPI et son fondateur Jonathan Dhiver ont souligné la « logique à long terme » de cet investissement, et rappelé que lors de la crise financière de 2008 les SCPI de rendement ont « su faire face ».

Lire également : SCPI, y a-t-il péril en la demeure ?

(1) Le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) représente les revenus locatifs récurrents d'une SCPI. La variation du prix moyen de la part (VPM) représente elle l'évolution de la valeur du capital. Plus d'infos : Comment décrypter les notices de SCPI.