Dans une étude publiée ce jeudi 20 octobre, le courtier Meilleurtaux s'intéresse au portrait de l'emprunteur immobilier en 2022. Apport, montant du prêt, salaire pour pouvoir emprunter... Tous les chiffres sont en hausse et impactent forcément les dossiers.

Plus besoin d'être un expert de l'immobilier pour le savoir : malgré des chiffres plutôt positifs sur le nombre de transactions réalisées, l'année 2022 reste mouvementée sur le marché du crédit immobilier, avec une remontée des taux très nette depuis le mois de mars, et des dossiers de plus en plus bloqués. En cause, entre autres, le taux d'usure, seuil maximal au-dessus duquel une banque n'a pas le droit de prêter. Face à ces mutations du marché, le profil de l'emprunteur change également. Sur la base de dossiers traités depuis le début de l'année, le courtier Meilleurtaux fait le point sur les mutations en cours

L'apport personnel, véritable sésame pour le crédit immobilier en 2022

« Les deux critères majeurs pour que les banques étudient un dossier sont le revenu de l'emprunteur et son apport personnel, assure Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux. Plus le salaire et l'apport sont importants, plus l'individu pourra bénéficier d'un montant d'emprunt élevé et d'un taux de crédit plus avantageux ».

Selon Meilleurtaux, l'apport moyen est de 47 651 euros en 2022. Si les emprunteurs parisiens passés par le courtier font exploser la moyenne, avec un apport de près de 120 000 euros, la Bourgogne-Franche-Comté est à l'inverse la région où les emprunteurs apportent le moins, avec 23 711 euros en moyenne. « En Ile-de-France c'est encore plus compliqué qu'ailleurs d'emprunter sans apport, car les prix y sont plus élevés, donc sans apport le montant empruntable ne permet tout simplement pas d'acheter une surface viable, détaille Maël Bernier. Ce ne sont pas les banques qui obligent les emprunteurs à apporter un apport élevé, mais bien le prix de la pierre dans cette région qui oblige les emprunteurs à faire un effort pour espérer une surface acceptable. »

Dans une précédente étude, le courtier Cafpi annonçait que le montant moyen de l'apport était de 60 000 euros en moyenne en France en 2022, contre 48 000 euros il y a un an. À Paris, ce dernier atteint même 150 000 euros !

Le montant de l'emprunt moyen en augmentation

Sans surprise, c'est à Paris que l'on emprunte le plus, avec 433 637 euros en moyenne. Et parmi les régions où le montant moyen de l'emprunt est le plus élevé, on retrouve l'île-de-France (341 937 euros en moyenne, contre 298 187 euros l'année dernière) et la région PACA (268 551 euros en moyenne, contre 229 202 euros en 2021). En moyenne, à l'échelle nationale, les emprunteurs souscrivent un crédit de 240 908 euros, soit 47 704 euros de plus sur un an, puisque ce montant s'élevait à 193 204 euros en 2021.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

De son côté, le courtier Cafpi, dans un communiqué publié ce jeudi 20 octobre, fait la distinction entre les prêts souscrits par les primo-accédants et les secundo-accédants. Pour les premiers, l'emprunt moyen est de 243 160 euros, et de 397 061 euros pour la seconde catégorie.

Une durée du crédit en hausse

Pour Meilleurtaux, la durée moyenne d'emprunt s'élève à 22 ans en 2022, contre 21 ans l'année dernière. D'après Maël Bernier, « il s'agit de la durée la plus longue jamais observée depuis que nous réalisons cette étude. » Le courtier Cafpi fait lui état d'une durée de crédit moyenne portée à 279 mois (23 ans et et trois mois) pour le troisième trimestre 2022.

Sans présenter les mêmes chiffres, l'Observatoire Crédit Logement CSA note lui aussi le même phénomène, avec une durée de 243 mois en septembre (20 ans et 3 mois). « En 2001, la durée était de 13 ans et 6 mois », rappelle l'Observatoire dans son baromètre du 3e trimestre 2022.