Pour que l'achat de sa résidence principale soit rentable à Paris, il faut désormais attendre 28 ans. Mais, presque partout en France, cette durée s'allonge en 2022, selon les résultats de l'enquête annuelle « Acheter ou louer ? » de Meilleurtaux. Prix toujours élevés, hausse de la taxe foncière et conditions d'emprunt plus difficiles expliquent cette situation nouvelle.

Depuis quelques années, l'achat de sa résidence principale était favorisé par des taux immobiliers intéressants malgré un marché parfois tendu dans les grandes villes. Mais en 2022, faut-il encore acheter ou plutôt louer ? Le comparateur en ligne Meilleurtaux a mené l'enquête pour la neuvième année consécutive sur la base d'une surface moyenne de 70m² dans les 32 plus grandes villes de France, en tenant compte des impôts locaux (taxe foncière) et du niveau moyen des charges pour l'achat d'une part, et du montant des loyers et du rendement de l'argent placé qui aurait été consacré à l'apport personnel en cas d'achat pour la location, d'autre part.

Pour que l'achat d'une résidence principale soit aujoud'hui rentable, il faut, en moyenne, attendre 13 ans et 8 mois en 2022. L'an dernier, avec les mêmes critères, acheter devenait rentable à partir de 5 ans et 8 mois... soit 8 ans de moins ! En clair, au-delà de cette durée, celles et ceux qui décident de rester locataires commencent à perdre de l'argent. « L'intérêt pour l'achat immobilier est resté fort depuis le début d'année 2022 mais nous observons donc un ralentissement des transactions plus marqué depuis le début de l'été. Sur le front des prix, ils sont toujours en croissance assez nette dans la très grande majorité du territoire alors qu'en parallèle, les loyers sont globalement restés stables », analyse Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.

Acheter à Nîmes ou Le Mans...

Evidemment, il existe de grosses disparités entre les différentes agglomérations. En 2022, à Nîmes, il devient plus intéressant d'y acheter son domicile au bout de 2 ans malgré une taxe foncière parmi les plus chères de France (1 551 euros pour un bien de 70m²). Autre exemple marquant de cette étude, Le Mans. Cette ville est « assez emblématique de ces villes moyennes qui ont subi un rattrapage rapide et récent au niveau des prix, auparavant, c'était une ville où rester locataire était quasiment un non-sens économique, aujourd'hui c'est toujours vrai mais rentabiliser un achat est globalement plus long (1 an et 8 mois contre 1 an et 2 mois) », analyse Maël Bernier.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

A Rennes où l'immobilier n'a fait qu'augmenter ces deux dernières années, comme dans d'autres villes de l'Ouest (Nantes, Angers), l'achat doit se prévoir sur la durée. En 2020, il fallait aux Rennais 4 ans et 1 mois pour que leur achat soit rentable. En 2022, il faut 20 ans ! « Pour les habitants de ces villes, c'est du jamais vu. La durée de location avant que l'achat ne devienne intéressant a été multipliée par 5, 6 ou même 9 ! Conséquence ici encore de prix au m2 haussiers associés à la hausse des taux et des loyers parfaitement stables », souligne Maël Bernier.

Prêt immobilier : le timide retour du crédit à taux variable

Louer à Rennes ou Paris

En comparaison avec 2021, trois autres villes ont aussi vu leur durée de détention s'accroître nettement : Nice, Marseille et Toulouse. Nice passe de 3 ans et un mois à 22 ans, Marseille de 3 ans et 6 mois à 20 ans et enfin Toulouse qui grimpe de 5 ans et 7 mois à 24 ans. Et Paris dans tout ça ? Dans la capitale, il faut attendre 28 ans pour qu'un achat soit rentable, comme en 2021. Heureusement pour les Parisiens qui tentent l'aventure, leur taxe foncière ne sera « que » de 770 euros par an en moyenne.

« En schématisant, l'achat reste encore rapidement intéressant dans les villes moyennes, mais devient beaucoup moins évident dans les métropoles et les villes qui ont ‘subi' de plein fouet l'attrait post-covid » observe Maël Bernier.