Calme plat, ou presque, pour les taux immobiliers en cet été 2017. Les courtiers en crédit ne constatent que quelques corrections à la marge sur les grilles de taux bancaires.

En ce début août, quel que soit le courtier, le constat est le même : aucun mouvement d’ampleur à signaler pour les taux au cœur de l’été. Plusieurs courtiers font tout de même état de hausses, limitées. « Quelques établissements ont certes bougé de manière très mesurée leurs grilles, mais ceci n’a pas d’impact significatif sur notre baromètre », explique ainsi Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct. « L’été s'annonce plutôt tranquille du côté des conditions d'emprunt », confirme Fabienne Laborde, directrice commerciale de Le-Partenaire.

Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, s’étonne même de ne pas assister à la « traditionnelle hausse de taux pratiquée les années précédentes par les établissements bancaires dans le courant de l’été, afin de tenter de décourager les moins motivés » : « Seuls quelques établissements ont relevé leurs taux de 0,10% mais ils se comptent sur les doigts de la main », ajoute-elle.

Environ 1,55% sur 15 ans, et 1,75% sur 20 ans

A en croire Meilleurtaux, les moyennes s’établissent à 1,54% sur 15 ans, 1,75% sur 20 ans et 1,91% sur 25 ans, soit, à un point de base près, les mêmes taux fixes qu’au début du mois de juillet. Le courtier Le-Partenaire livre des moyennes identiques sur 20 et 25 ans. Il précise toutefois que ceux qui achètent pour la première fois, les primo-accédants, se voient en moyenne attribuer des taux fixes plus élevés : à 1,86% sur 20 ans et 2% sur 25 ans en août.

Empruntis livre pour sa part des « taux de marché » de 1,55% sur 15 ans, 1,80% sur 20 ans et 2% sur 25 ans. L’observatoire Crédit Logement-CSA, dont les statistiques portent sur les prêts bancaires accordés en juillet, annonce lui aussi une stabilité des taux cet été, après le léger rebond du début 2017.

Lire aussi : Des taux stables à 1,55% en moyenne selon Crédit Logement-CSA

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Pas de mouvement brutal attendu pour la rentrée

Aucun courtier n’anticipe d’évolution significative pour la fin de l’été ou le début d’automne. Car l’ensemble des données macro-économiques (inflation, taux de la BCE et des emprunts d’Etat) invitent à la modération. En outre le mois de septembre n'est traditionnellement pas propice à une hausse des taux, car les banques se livrent bataille sur le prêt immobilier à cette période. « Nous parions sur une relative stabilité des taux d’intérêt à la rentrée », avance Maël Bernier, de Mailleurtaux, « avec peut-être quelques hausses très légères mais en aucun cas un réel mouvement de fond. » Mi-juillet, le porte-parole du réseau Immoprêt Jauffrey Ianszen livrait un pronostic similaire : « Il ne faut plus s’attendre à une forte hausse d’ici la fin de l’année 2017. »

Des durées d'emprunt toujours plus longues

De nombreux primo-accédants cherchent à profiter des taux qui restent à ce jour extrêmement bas, ce qui a pour conséquence d’allonger la durée des prêts accordés par les banques. Ce phénomène s’est encore amplifié selon l'observatoire Crédit Logement-CSA, qui a publié son baromètre mensuel ce jeudi : en juillet, 58% des crédits ont été octroyés sur 20 ans ou plus, avec une nette augmentation des prêts de 25 à 30 ans.

Lire aussi : Les durées d’emprunt retrouvent leur niveau d’avant-crise