En 2015, les acteurs du marché immobilier diffusaient des messages contradictoires sur les primo-accédants, ceux qui achètent pour la première fois. En ce début d’année, les informations concordent : ces derniers sont de plus en plus nombreux, grâce à l’élargissement du PTZ et surtout grâce aux taux bas.

« Ils sont de retour. Alors qu’ils représentaient environ un tiers des clients de Cafpi depuis plusieurs années, leur proportion vient de passer les 40%. » Ils ? Les primo-accédants (1). Le courtier en crédit Cafpi faisait pourtant partie des plus pessimistes concernant les primo-accédants en 2015, parlant d’eux comme des « grands absents de la reprise du marché immobilier » en septembre 2015. A l’époque, ils ne représentaient que 30% des dossiers de ce courtier, alors que l’enseigne estime que « dans un marché sain, leur part devrait être de 50% ».

Dans sa dernière « météo des taux », publiée ce vendredi, Cafpi se réjouit donc de l’embellie sur le segment de la primo-accession, permis par « le réaménagement du Prêt à taux zéro », au 1er janvier 2016, et par « les conditions de crédit » actuelles. Outre la baisse des taux d’intérêt, les primo-accédants, généralement des ménages plus jeunes et plus modestes que les autres emprunteurs, bénéficient de durées d’emprunt plus longues : 239 mois, soit près de 20 ans, en moyenne selon Cafpi actuellement, contre 233 mois un an plus tôt.

Les banques acceptent des prêts longs

« La volonté des établissements de crédit de soutenir les marchés immobiliers et, notamment, ceux de la primo-accession ne se dément pas », confirme l’observatoire Crédit Logement-CSA dans son dernier tableau de bord, diffusé la semaine passée. Les conditions de financement de ce début 2016 « permettent à de nombreux ménages de rentrer sur le marché de l’accession, sur des durées longues », explique le même observatoire, soulignant la « remontée des flux de la primo-accession des ménages jeunes ou modestes ».

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Déjà constatée courant 2015, la tendance à l’allongement des durées se confirme selon Crédit Logement-CSA : plus de 20% de la production de crédit immobilier est réalisée sur des prêts à 25 ans ou plus, et près de 35% sur des durées de 20 à 25 ans. Selon ce même observatoire, les taux fixes moyens sur 25 ans (2,52%) sont actuellement plus bas qu’en juin 2015 (2,54%), lorsque les records de taux bas, toutes durées confondues, ont été enregistrés.

Lire aussi : Le retour des prêts immobiliers sur 25 ans et plus

(1) Plus précisément, le terme primo-accédants désignent ceux qui n’ont pas été propriétaires lors des deux dernières années.