Épargner via une assurance vie offre de nombreux avantages fiscaux et permet de préparer différents projets à moyen ou long terme : se constituer un apport dans le cadre d'un achat immobilier, épargner pour les études des enfants, préparer la transmission de son patrimoine... ou tout simplement préparer sa retraite. Dans ce cas, il existe plusieurs options pour profiter de ses économies.

Au moment de la retraite, vos revenus vont baisser. Pour réduire ce manque à gagner, il est possible d'utiliser votre assurance vie et ainsi profiter de liquidités supplémentaires. Même si les pensions de retraite sont revalorisées de 4%, compter sur un complément de ressources peut être une option à envisager. Pour cela, vous avez deux solutions possible : la rente viagère ou la sortie en capital.

1- La rente viagère

En optant pour une sortie en rente en assurance vie, vous transférez la propriété de votre argent à votre assureur. En contrepartie, il s'engage à vous verser périodiquement une somme fixe (appelée arrérage) et ce, jusqu'à votre décès.

Une solution intéressante pour vous assurer des revenus complémentaires au moment de la retraite. Pour calculer le montant de votre rente, l'assureur se basera sur le montant du capital sur le contrat et votre âge lors de la transformation du capital en rente.

Vous pouvez choisir de recevoir cette somme tous les mois, tous les trimestres ou semestres ou encore de façon annuelle.

Rente viagère : définition, fiscalité et calcul

Une décision définitive

Il faut savoir que cette décision est irrévocable et que vous n'aurez aucun moyen pour récupérer votre capital autrement. Un point important à prendre en compte dans votre décision.

Comme cet argent appartient désormais à la compagnie d'assurance, si votre décès survient avant l'épuisement de votre capital, votre ou vos bénéficiaire(s) ne percevront rien. Cependant, pour protéger votre conjoint, vous pouvez souscrire à une option de réversion : l'assureur s'engage alors à verser un pourcentage du montant de la rente (souvent moins élevé) à votre conjoint si vous veniez à disparaitre.

Toutefois, si votre décès survient après épuisement de votre capital, votre assureur est tenu de continuer à vous verser cette rente jusqu'à celui-ci.

Plan épargne retraite : quelle rente pouvez-vous espérer ?

La fiscalité de la rente viagère

Une partie de votre rente viagère est soumise à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux de 17,2% et cela, en fonction de votre âge au moment de la retraite :

  • 70% pour les moins de 50 ans,
  • 50% pour les assurés qui ont entre 50 et 59 ans,
  • 40% pour les assurés qui ont entre 60 et 69 ans,
  • 30% à partir de 70 ans.

Pour demander le montant de votre rente et les conditions de versement, n'hésitez pas à contacter votre assureur.

Les frais d'une rente viagère

Lorsque l'épargnant transforme son capital en rente, l'assureur qui le détient désormais peut facturer 3 types de frais.

  • Les frais d'arrérage de rente. Ces frais sont réalisés lors du versement de chaque rente à son bénéficiaire. Le montant de ces frais s'élève le plus souvent à 3% du montant brut de la rente versée.
  • Les frais de conversion sont prélèvés en une seule fois avant le début des versements de la rente.
  • Les frais de gestion. Les tarifs diffèrent d'un assureur à l'autre mais sont généralement proches des frais de gestion du fonds en euros.
Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Les assureurs peuvent choisir de facturer un, deux ou les trois types de frais.

2- La sortie en capital

Toujours dans l'optique de percevoir des revenus complémentaires, l'épargnant peut aussi opter pour la sortie en capital. Ici, deux choix s'offrent à vous : le rachat total ou la sortie programmée en capital.

En cas de rachat total, vous percevrez la totalité des sommes en une seule fois et votre contrat d'assurance vie sera clôturé. Vous « perdez » alors les avantages fiscaux d'un contrat de plus de 8 ans, à commencer par l'abattement fiscal annuel de 4 600 euros (ou 9 200 euros pour un couple) que vous « grillez » en une seule fois. Ainsi, si vous avez épargné 50 000 euros sur une assurance vie, dont la valeur grimpe désormais à 70 000 euros, vous allez payer l'impôt sur le revenu sur une partie des gains accumulés.

Assurance vie : pourquoi retirer sur plusieurs années peut tout changer

Les rachats partiels

L'autre choix donc, la sortie programmée. Dans ce cas, l'épargnant effectue des rachats partiels (il ne retire qu'une partie de son argent), de façon régulière. Pour la sortie programmée, vous bénéficiez de l'abattement fiscal chaque année : si vous échelonnez bien vos retraits, vous pouvez probablement éviter tout impôt sur le revenu. Et au moment de votre décès, s'il vous reste du capital, vos bénéficiaires le percevront.

La fiscalité de l'assurance vie en cas de décès

L'inconvénient c'est que votre assureur ne vous doit rien : en cas d'épuisement du capital, plus de versements programmés.

Pour faire les calculs de ces rachats programmés et simuler leur impact sur votre capital, contactez votre assureur ou passez par notre calculatrice.

3- Comment peser le « pour » et le « contre » ?

Avant de prendre une décision, posez vous la question : quel est l'objectif de votre contrat d'assurance vie ? Si c'est pour transmettre un patrimoine à votre famille ou toute autre bénéficiaire désigné, intéressez vous plutôt à la sortie en capital. En revanche, si votre objectif est d'assurer vos vieux jours, la rente viagière est une bonne solution.

Cela dépendra de plusieurs facteurs : le montant de votre pension de retraite et vos besoins pour des revenus supplémentaires, le montant épargné sur votre contrat, l'âge de celui-ci, votre âge au moment de la retraite et la volonté de transmission de votre patrimoine « restant »....

CritèresRachat total d'un contrat de plus de 8 ansRachats partiels programmés sur un contrat de plus de 8 ansRente viagère sur un contrat de plus de 8 ans
Fiscalité

Abattement fiscal utilisé en une seule fois : risque d'impôt sur le revenu à payer

Abattement fiscal de 4 600 euros ou 9 200 euros chaque année pour un couple soumis à imposition commune : possible d'éviter l'impôt sur le revenuLa rente est soumis à l'impôt sur le revenu à hauteur de 30% à 70% selon l'âge de la retraite
FraisAbsence de frais de retrait dans la plupart des contrats d'assurance vieAbsence de frais de retrait dans la plupart des contrats d'assurance vieDes frais de gestion et/ou des frais d'arrérage au versement sont débités, souvent à hauteur de 3%
SuccessionLe rachat total signifie clôturer votre contrat d'assurance vie :
il n'y aura plus de transmission du patrimoine
En cas de décès avant épuisement de votre capital, les bénéficiaires pourront toucher la part restanteVotre capaital appartient désormais à l'assureur :
lorsque votre décès survient, si le capital n'est pas épuisé, il n'est restitué à aucun bénéficiaire
Complément de revenus durable ?Non. Vous récupérez votre capital en une seule foisOui, mais... En cas d'épuisement du capital avant votre décès, aucun retrait ne sera plus possible et vous ne bénéficirez plus de complément de revenusOui. Vous bénéficiez de versements fixes jusqu'à votre décès (sauf option spécifique), peu importe si votre capital s'épuise ou non

A savoir. Il est possible de mixer une sortie en rente et en capital et ainsi de profiter des avantages des deux solutions. Il s'agit bien de cas par cas, demandez conseil à votre assureur.

Comparez les meilleures offres en assurance vie