Si une revalorisation de 4% est bien prévue sur toutes les retraites de base du régime général, il faudra attendre pour la percevoir. En effet, malgré son effet rétroactif au 1er juillet, elle n'apparaîtra pas lors du versement du 9 août.

La revalorisation des retraites, c'est pour quand ? Annoncée en mai par le gouvernement pour faire face à l'inflation galopante (+6,1% en juillet sur un an d'après l'Insee), présentée dans le projet de loi Pouvoir d'achat qui vient d'être adopté, la mesure prévoie « une hausse de 4% pour les pensions de juillet, versées début août ». Rétroactive au 1er juillet, la revalorisation qui porte sur toutes les retraites de base du régime général aurait normalement dû être visible dès le 9 août, date à laquelle sont versées les pensions du mois de juillet.

Problème, le gouvernement a pris du retard dans le calendrier. La faute à des débats enflammés au Parlement : le premier volet de la loi Pouvoir d'achat, où figure cette mesure, a été définitivement accepté mercredi 3 août et devait ensuite passer devant le Conseil Constitutionnel, avant d'être promulgué au Journal Officiel. La caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), qui attend quant à elle le feu vert pour enclencher les revalorisations, n'a donc pas eu le temps de faire le nécessaire pour une mise en place le 9 août.

« Cette revalorisation des retraites s'appliquera à partir de votre retraite du mois de juillet, mais n'interviendra pas sur le paiement du 9 août, confirme l'Assurance Retraite sur son site internet. En effet, la date à laquelle cette revalorisation sera visible sur votre retraite n'est pas connue à ce jour car elle dépendra du calendrier d'adoption du projet de loi par le Parlement. En pratique : à partir de la date de mise en œuvre, le montant de votre retraite tiendra compte de la revalorisation au 1er juillet, et la somme due vous sera versée de façon rétroactive. »

Une double revalorisation en septembre

Les 15 millions de retraités affiliés à la Cnav devront donc sans doute attendre le 9 septembre pour voir arriver la hausse, qui comprendra rétroactivement les mois de juillet et d'août. Par exemple, un retraité qui touchait 1 000 euros de pension de base avant le coup de pouce du gouvernement aura, grâce à cette revalorisation, 1 000 euros le 9 août puis 1 080 euros en septembre (1 040 euros de pension revalorisée pour le mois d'août, plus les 40 euros du mois de juillet). En octobre, ce même retraité touchera de nouveau 1 040 euros, soit le montant de sa retraite revalorisée de 4%.

Idem pour les retraités rattachés à la MSA. Elle précise aussi que le versement de l'augmentation de 4%, qui s'ajoute à la précédente augmentation de 1,1%, en janvier 2022, ne peut intervenir qu'après l'adoption, par le Parlement. « La revalorisation ne sera donc pas visible sur les versements de la pension de juillet versée début août et sur le décompte mis à disposition sur votre espace privé fin juillet. Les sommes dues vous seront attribuées rétroactivement, à l'occasion d'un prochain versement », indique la MSA.

Quid des pensions de réversion ?

Concernant les pensions de réversion, bonne nouvelle : ces dernières sont également concernées par la revalorisation de 4%, comme l'indique la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse) au site pleinevie.fr : « Les pensions de réversion seront bien concernées. »

Pension de réversion : des conditions strictes pour en bénéficier

Mauvaise nouvelle pour les complémentaires

Pour les retraites complémentaires, qui peuvent parfois représenter jusqu'à 60% du montant total de la pension pour un cadre supérieur, il faudra en revanche attendre le 1er novembre, date annuelle à laquelle les montants sont revus, par l'intermédiaire de la valeur du point retraite Agirc - Arrco (principal régime complémentaire des salariés du privé).

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 13 contrats comparés

Malgré l'inflation, les négociations ne devraient pas être avancées. L'État n'a pas de prise, ni sur le calendrier ni sur les montants : les négociations se font entre les partenaires sociaux et l'Agirc-Arrco. A quoi faut-il s'attendre ? Mi-juin, François Xavier-Selleret, directeur général de l'organisme, aurait précisé lors d'une réunion que la revalorisation ne dépasserait pas les 3%.

Et les fonctionnaires alors ? Le régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP) et l'Ircantec (pour les contractuels) n'ont prévu aucune augmentation, tout comme la Carmf, caisse de retraite des médecins, qui a de son côté indiqué qu'elle ne peut pas « augmenter les charges sans augmenter les cotisations ». Pour les métiers de la santé, il faudra donc attendre l'année prochaine pour espérer une revalorisation.

Dans ce paysage, les notaires font office d'exception. La caisse des notaires a ainsi indiqué qu'elle suivrait l'augmentation du gouvernement. Il faudra cependant attendre l'adoption définitive de la nouvelle loi pour en savoir plus sur l'importance exacte de la hausse et sa temporalité.

Pension de retraite, prime vélo, aides sociales ... Ces 15 mesures pour votre pouvoir d'achat