Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron avait détaillé une série mesures dans son programme. Plusieurs concernaient les finances personnelles et le budget des ménages. 5 ans plus tard, un certain nombre n'a été tenu. MoneyVox vous les rappelle à une semaine du premier tour 2022.

Une des mesures sociales les plus marquantes du programme d'Emmanuel Macron en 2022 est en fait une repasse d'une idée déjà émise lors de la campagne présidentielle de 2017. RSA, prime d'activité, aides au logement ou allocations familiales... Le président-candidat s'est engagé, en cas de réélection, à verser les aides sociales à la source sur le modèle des impôts. Une solidarité à la source dont les contours sont très floues, si ce n'est qu'elle s'inspire du prélèvement à la source mis en place pour les impôts.

Grâce à ce dispositif, Emmanuel Macron entend réduire la pauvreté pour 20 millions de Français. Un rapport lui a été remis en ce sens en janvier 2022 mais il faudra, a minima, attendre la constitution de la prochaine Assemblée nationale pour y voir plus clair. Mais si ce projet aura peut-être à nouveau sa chance d'ici 2027, certaines promesses sont tombées aux oubliettes ou ont été largement amendées. Tour d'horizon.

Pas de régime de retraite universel

Emblématique du quinquennat, la réforme des retraites, présentée en décembre 2019, a été empêchée d'aller à son terme par la crise sanitaire après avoir été adoptée en première lecture par les députés en mars 2020. Dans le texte initial, le gouvernement prévoyait notamment la suppression des 42 régimes spéciaux.

Et si le projet de réforme est toujours d'actualité chez Emmanuel Macron, il semble que le chef de l'Etat soit plus prudent sur la question des régimes spéciaux. Selon son programme, la mesure principale du projet est le recul de l'âge de départ à 65 ans. Le président-candidat a également annoncé vouloir « faire évoluer les dernières parties de carrière » en développant la possibilité de cumul emploi-retraite. Les « mécanismes de départ progressif vers la retraite » seraient simplifiés, tandis que les retraités seraient incités à poursuivre une activité professionnelle, en leur permettant de continuer « à cotiser et à gagner des droits à cotisation, qui est une des faiblesses du système de cumul actuel (...) ».

Présidentielle 2022 : qui veut la retraite à 65 ans ?

Toucher le chômage en cas de démission

Techniquement, il est possible de démissionner et de percevoir des indemnités chômage. Mais l'esprit initial de la promesse a évolué. En 2017, il s'agissait de pouvoir donner librement un nouveau souffle à sa vie professionnelle en étant soutenu après avoir participé à la solidarité nationale. 5 ans plus tard, la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », entrée en vigueur en 2018, existe mais impose un certain nombre de critères :

  • avoir été en CDI ;
  • avoir travaillé pendant 5 ans en continu avant la démission ;
  • avoir été accompagné en amont de la démission dans le cadre du dispositif Conseil en évolution professionnelle (CEP) réalisé par un organisme agréé ;
  • avoir un projet réel et sérieux (reconversion ou création/reprise d'entreprise) validé par une commission paritaire de transition professionnelle.

En janvier 2022, seulement 14 000 salariés démissionnaires ont pu en profiter.

Congé maternité unique pour toutes les femmes

Un congé maternité identique pour toutes les femmes sur la base du régime le plus avantageux avait été promis par Emmanuel Macron en 2017. Cinq ans plus tard, la promesse n'est pas tenue. Seule la durée a été aménagée (16 semaines) pour les femmes non salariées mais pas l'indemnisation puisque la somme perçue continue de dépendre du salaire habituellement touché. Un calcul qui peut être défavorable aux indépendants par exemple.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Augmenter la fiscalité du diesel

Mesure écolo-fiscale du programme de 2017, les taxes sur le diesel devaient être alignées sur celles de l'essence. Cinq ans plus tard, celles-ci n'ont pas rattrapé leur retard et ce sont les coûts de production qui font que le litre de gazole soit désormais plus cher que celui de sans-plomb. Le chef de l'Etat avait gelé les hausses de taxes sous la pression des manifestations de Gilets jaunes, fin 2019.

Le Haut débit partout en France

Selon l'Arcep le gendarme des télécoms, 77% du territoire français peut profiter du haut débit. Plus d'un habitant sur cinq est donc toujours privé de cette avancée technologique.

Billets d'avion subventionnés pour les ultramarins

« D'ici la fin du quinquennat, nous proposerons chaque année aux ultramarins au moins 200 000 billets d'avion à prix aidé », promettait Emmanuel Macron en 2017. Mais selon les données du site LuiPrésident qui surveille le bilan du président de la République depuis 5 ans, le budget de l'organisme qui s'en occupe a baissé depuis 2017 et moins de 20 000 personnes en ont profité en 2020.

Modulation du péage selon le nombre d'occupants

Payer le péage en fonction du nombre d'occupants de la voiture ? Une offre tentante qui pourrait, en sus, développer le covoiturage. La mesure n'a finalement jamais été mise en œuvre par le gouvernement notamment en raison d'un manque de moyens techniques fiables pour repérer le nombre de passagers à la barrière.

Autoroute : cette mesure pour faire chuter les tarifs aux péages

Droit à l'oubli pour les malades du cancer au bout de 5 ans

Un temps mise à mal par le calendrier parlementaire, cette mesure entrera en vigueur .... au 1er juin 2022. Cinq ans après leur guérison, les anciens malades du cancer et de l'hépatite C pourront obtenir un crédit immobilier dans les mêmes conditions que tous les emprunteurs contre 10 ans jusqu'ici. La loi Lemoine supprime aussi le questionnaire médical pour les emprunts de moins de 200 000 euros par personne (400 000 euros pour un couple).

Réforme de l'assurance emprunteur : un effet pervers sur le coût de votre crédit immobilier ?