La construction de logements s'est à peu près établie au deuxième trimestre en France à son niveau d'avant la crise du coronavirus, montrent jeudi les chiffres du gouvernement, mais ce niveau reflète d'importantes disparités entre maisons, en pleine dynamique, et immeubles.

D'avril à juin, 95 500 logements ont commencé à être construits en France et 112 600 permis ont été délivrés pour de futurs logements, selon le ministère de la Transition écologique, dont dépend le Logement. Les deux chiffres représentent respectivement des bonds de deux tiers et d'un tiers par rapport à un an plus tôt. Mais la comparaison n'est guère parlante avec un deuxième trimestre 2020 frappé par le premier confinement, le plus strict, face au début de l'épidémie de Covid-19. Les chantiers, comme l'examen des permis, avaient largement été gelés.

Comparé à la même période de 2019, donc avant la crise, les logements commencés comme les permis de construire restent en hausse mais beaucoup plus légère : respectivement +0,7% et +0,2%. A l'époque, le monde du logement regrettait déjà une tendance à la baisse, sur fond de réticence des maires à octroyer des permis.

Le boom de la construction de maisons

De plus, dans le détail des logements, le redressement de la construction témoigne de situations constrastées entre les maisons et les immeubles. Les premières sont en plein essor : à plus de 50 000 nouvelles maisons autorisées, elles bondissent de près de 20% par rapport à l'avant-crise.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Les seconds sont de moins en moins construits. Au deuxième trimestre, les immeubles autorisés ont aussi représentés un peu plus de 50 000 logements mais, cette fois, c'est un déclin de plus de 10% par rapport à 2019.