La CPME a salué jeudi le crédit d'impôt annoncé par le gouvernement pour les propriétaires qui renoncent à au moins un mois de loyer dû par un commerçant en difficulté, mais estime que la mesure risque d'être insuffisante.

« Nous poussons depuis des mois pour qu'on traite le problème des loyers. C'est une victoire », a déclaré à l'AFP le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises François Asselin. Ce crédit d'impôt de 30%, qui sera inscrit au budget 2021, permettra aux entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement, ou appartenant aux secteurs du tourisme et connexes, d'économiser un mois de loyer sur trois pour la période d'octobre à décembre.

« C'est un premier pas » pour M. Asselin qui craint toutefois « que pour beaucoup d'entrepreneurs victimes de fermetures administratives, même si un loyer sur trois est pris en charge par le bailleur, il n'en demeure pas moins qu'il aura difficilement les moyens de payer les deux tiers » restants.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Aide insuffisante sur la perte d'exploitation

Le président de la CPME a par ailleurs salué le renforcement du Fonds de solidarité mais critiqué son plafonnement à 1 500 euros pour les entreprises qui restent ouvertes (hors tourisme et secteurs connexes). « Une aide de 1 500 euros quand on est tout seul, c'est pas mal, mais quand on a 50 salariés, ça ne va pas faire grand-chose malheureusement », a-t-il déploré.