Suivi des portefeuilles d'actions de Julien

Tubair

Contributeur régulier
Bonsoir Julien,

En initiant ces mouvements, vous faites transparaître une bonne gestion de votre portefeuille.

Lorsqu'un titre est plombé ; il faut parfois savoir prendre ses pertes pour réinvestir sur une (des) société(s) qui nous semble(nt) avoir un potentiel futur plus important.

Attendre ; c'est le risque de se retrouver quelques semaines, mois ou années avec une société qui ne fait rien dans votre portefeuille et cela peut avoir un impact sur votre performance.
(Note : Quoique, Rubis vous procurait 4.5% de rendement sur votre PRU. Bon, je sais que vous préférez les valeurs de croissance donc votre vente fait sens)

Maintenant que votre décision a été prise, ne regardez plus en arrière quoiqu'il puisse se passer avec Rubis, de telle sorte à ne pas vous dire "si j'avais su.....".

Bonne continuation et au plaisir,
Tubair
 

Julien954

Contributeur régulier
Bonjour à tous,

Je vous partage cette vidéo intéressante sur la valorisation des marchés et la notion de prime de risque.

J'ai fait quelques calculs rapides pour trois actions :

1639927910352.png

Il faut retenir que regarder le PER sans tenir compte du taux sans risque n'a pas de sens.

Le taux de rémunération d'un actif sans risque (OAT) a un lien direct avec les actions.

La prime de risque = (1/PER) - OAT 10 ans

1639928302689.png

Pour ma part, je comprends qu'une prime de risque élevée correspond à une défiance des investisseurs vis-à-vis du marché ?

 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Bonsoir julien954,

La notion de prime de risque est souvent utilisée hors contexte. Pour simplifier sa définition on peut la résumer à : Quel rendement dois je demander pour compenser un niveau de risque supérieur d'un actif par rapport à un actif sans risque (type OAT 10 ans).

Rendement actif risqué = Prime de risque + Rendement actif "sûr" (type OAT 10 ans).

Le calcul 1/PER est un calcul simplifié et imparfait car il n'intègre pas les bénéfices futurs des sociétés, tout comme le PER.

Explication plus détaillée ici (oui c'est de l'auto promo :p) : https://www.moneyvox.fr/forums/fil/question-sur-linfluence-des-taux.43244/#post-440166
 

Julien954

Contributeur régulier
Bonjour à tous,

Je n'ai pas pris le temps d'un bilan mensuel pour le mois dernier. Voici quelques éléments sur 2021 :

Le PEA fait +20 % sur l'année. Cela ne m'étonne pas : ma sélection n'est pas aussi dynamique que les cycliques qui ont tiré le CAC 40 (avec aussi le luxe). Worldline, Focus, Rubis (vendu), Albioma (vendu), Danone (vendu) et Pharmagest m'ont plombé.

J'ai vendu Biomérieux (pour jouer le début de la fin de la pandémie) pour renforcer LVMH.

J'ai aussi des ordres en cours pour renforcer Air Liquide et Arkéma. Deux valeurs qui me paraissent résilientes pour 2022.

Je réfléchis aussi à quelques valeurs étrangères en PEA, en particulier nordiques. Ce serait en remplacement d'un titre actuel pour me limiter à 20 lignes.

1641764680884.png

Le PEA-PME fait + 39,50 %, bien mieux que le CAC Small (+ 25 %). Je n'ai que 5 lignes, donc la perf aurait pu varier fortement.

1641764708500.png

Le CTO fait 26 % contre 36 % pour le S&P en euros. J'ai pris de grosses claques sur quelques uns de mes titres spéculatifs (Poloton et Fiverr).

J'ai ouvert une ligne Starbucks. :coffee:

Je compte acheter ma première REIT en 2022, sans doute Prologis. 🙂

1641764731597.png

Enfin, mes achats de turbos ont été réussis : + 208 % !

1641764755212.png
 

ganesh

Contributeur
Bonsoir Julien,
Merci pour le retour de vos placements.
Tout d'abord, félicitations pour votre PEA PME avec une belle performance et des valeurs que je trouve très bonnes (je ne connais pas IDI).
J'apprécie tout autant vos choix sur PEA 👍malgré une performance moindre compte tenu de vos explications.
Moi aussi Worldline m'a plombé ☹
Belle initiative sur Lumibird qui me paraît judicieuse dans le temps.
J'ai aussi des ordres en cours pour renforcer Air Liquide et Arkéma. Deux valeurs qui me paraissent résilientes pour 2022.
C'est une bonne résolution et j'avoue qu'Arkema me fait de l'oeil aussi mais bon ça me fait trop lignes pour le moment.
Je réfléchis aussi à quelques valeurs étrangères en PEA, en particulier nordiques
Les valeurs scandinaves ont bien performees ces dernières années surtout les suédoises. Une valeur comme Mips qui dispose d'un bon pricing power me semble intéressante.
Moi j'ai en watchlist IMCD , belle societe néerlandaise qui fait +295% sur 5ans et qui corrige fortement depuis 15 jours.

Au plaisir
 

Julien954

Contributeur régulier
Bonsoir Ganesh,

Merci pour votre retour et vos idées d'investissements. Je garde tout cela au chaud pour 2022. ;)
 

Tubair

Contributeur régulier
Bonsoir Julien,
Pour ma part, je poursuis ma stratégie : renforcer régulièrement mes titres. La baisse généralisée sera vue demain comme une opportunité. Nul ne sait quand est-ce que le point bas sera atteint.
Je rebondis à ton message ci-dessus que tu as écris sur un autre fil de discussion car nous avons exactement la même philosophie d’investissement.

Je suis totalement d’accord qu’en tant que jeune avec un horizon de placement à très long terme, la baisse des cours n’est pas un souci.

En effet, j’estime que si nous avons suivi quelques principes de base de l’investissement boursier : investir de l’argent dont nous n’avons pas besoin à court terme, que nous sommes prêt à perdre et que nous sommes conscient des risques qu’encourent l’investissement sur les produits financiers alors les fluctuations à court terme ne doivent pas nous déranger.

Au contraire, la volatilité d’aujourd’hui créée des opportunités d’achat dont nous pouvons profiter.

Je pense que ceux qui n’arrêtent pas de se tourmenter lors de chaque fortes baisses ont sur-estimé leur capacité à tenir psychologiquement, ce qui peut avoir comme conséquence d’entreprendre des mouvements à l’instant T qui peuvent aller à l’encontre des objectifs fixés (effet de panique).

Ne pas être à l’aise avec la volatilité et ce que peut représenter les sommes qui fluctuent quotidiennement est peut-être dû au fait que l’investissement de départ est trop important.

Cependant, il faut avouer qu’il est compréhensible et pas toujours évident de voir son portefeuille / ses valeurs chuter brutalement ou en continue. C’est dans ces moments là qu’il peut y avoir une remise en question de ses investissements et des choix qui ont été entrepris.

Combien de fois voit-on des personnes exprimer des regrets sur les choix qu’ils ont fait / font. J’aimerai leur répondre que les regrets ne doivent pas être pour aujourd’hui si l’investissement est long terme.

En effet, le bilan se fera lorsque l’atteinte de l’horizon de placement sera actée même si rien n’empêche d’effectuer un bilan alternatif tous les X années pour évaluer sa stratégie et l’adapter.

En aucun cas il ne me semble pertinent de faire un bilan aujourd’hui si l’investissement de départ date de 2019 et après alors que ces 2 / 3 années passées ont été totalement folles.

Entre les bulles sur les valeurs « vertes », celles liées aux confinements (livraison, ...) / télétravail (Visio, ...) et l’explosion des valeurs de santé ainsi que la poursuite de la hausse des valeurs de croissance; il est tout à fait compréhensible que les choses s’estompent.

Il n’y a cas voir les valorisations des sociétés pour comprendre que ce n’était pas tenable. Ajoutons à cela l’environnement économique et politique complètement HS et défavorable.

Là où je suis un peu plus perplexe, c’est que les marchés ont évolué depuis plus de 20ans au sein d’un marché ou l’argent ne coûtait rien. Cela a permis aux entreprises de s’endetter et se développer; profitant en parti aux valeurs de croissance.

Nous entrons actuellement dans un nouveau paradigme où il semblerait que le futur à court / moyen terme soit moins radieux et dont le contexte fait que notre stratégie axée « croissance » est la première impactée (du fait qu’elle a bien fonctionné lors de la dernière décennie).

Aussi, on a entendu ici et là que jusqu’à présent il était pertinent d’avoir une stratégie avec une orientation « croissance » si l’objectif était d’investir à long terme, mais on peut se demander si cela est toujours d’actualité.

Ceux qui l’évoquent n’ont sûrement connu qu’un marché haussier porté par ce type de valeurs (étant donné qu’il a duré très longtemps).

Partant du constat actuel de l’économie, qui sait ce qu’il adviendra de cette stratégie.

Pourtant, là où nous pouvons être confiant, c’est que bien souvent les entreprises de croissance font parties du segment des valeurs qui ont de très bons fondamentaux. De la trésorerie, peu de dettes, parfois leaders dans leurs activités, du pricing power, ect...

Dans le contexte d’une hausse des taux et d’une forte inflation, il semble préférable d’être positionné sur ces entreprises (je ne parle pas des valeurs de « croissance » mais des entreprises aux bons fondamentaux) au lieu des boîtes fortement endettées ou avec peu de trésorerie, ...

Notre point de vigilance le plus important sera les différentes communications ainsi que les résultats des sociétés pour se conforter ou arbitrer.

Bref, beaucoup de choses peuvent être dites et j’ai sûrement oublié certains points que je souhaitais évoquer.
Je trouvais intéressant de rebondir à ton message, c’est chose faites.

Au plaisir,
Tubair
 

polo88

Contributeur régulier
Merci beaucoup pour ce message Tubair : ça permet effectivement de recadrer les choses en cette période houleuse.
TRES TRES bon résumé

Et bravo à Julien d'avoir compris ce postulat
 

Julien954

Contributeur régulier
Hello Tubair, merci pour ton post très intéressant. Les marchés et l'économie sont passionnants. Il n'y a pas de place pour la routine comme 2020 et 2022 nous l'ont enseigné. :)

J'en profite pour faire un point sur ma sélection en CTO de 6 titres "spéculatifs" ou du moins plus risqués 1 an après. J'avais un objectif de 20 titres sur ce CTO (j'ai depuis ajouté 5 REITs, soit un total de 25 titres à terme) :
- Ameresco
- Fiverr
- Peloton
- RH
- Semler
- Tesla


L'année 2021 ayant été très bonne pour les marchés, j'ai souhaité ajouter un peu de risque et de potentiel à mon CTO avec ces valeurs.

Je me suis beaucoup attardé sur Twitter pour les dénicher. J'ai eu aussi des confirmations sur ces titres en allant sur des sites internet réputés (Fool, Seeking Alpha...).

Un an plus tard, le bilan n'est pas très rose, mais il m'a permis d'apprendre. Tout comme le krach Covid.

Mon plus bel échec est sans aucun doute Peloton. Une valeur en vogue (vélo d'appartement avec un coach sur écran) qui s'est envolée grâce au confinement, mais les dirigeants n'ont pas su capitaliser dessus. Les chiffres de l'entreprise sont vraiment moins bons qu'espérés.
J'ai préféré vendre ma ligne : -70 ou -80 %, je ne sais plus lors d'une rumeur de rachat par Amazon ou Apple. Depuis, le titre a encore été divisé par deux.

Ensuite, j'ai Fiverr : la valeur montante pour ceux qui proposent leurs services sur internet en tant qu'indépendant. Là aussi, le Covid a été un gros accélérateur. Malheureusement, les attentes ont été trop élevées sur ce titre. Je suis à - 75 % et je réfléchis à vendre. Je ne vois pas de salut à court et moyen terme.

Ma dernière déception vient de Semler. Une entreprise permettant le diagnostic de problèmes cardiaques avec un logiciel dans les nuages par abonnement (SaaS.). La marge est très élevée, ainsi que la croissance. Malheureusement, les derniers chiffres communiqués par la société montrent un ralentissement de croissance... Le cours est assez spéculatif. Je suis -60 % et j'avais renforcé avant que les mauvaises nouvelles surviennent... Je reste à conserver pour le moment.

Dans le mobilier de luxe, j'ai choisi RHqui connaît une forte croissance. Les dirigeants veulent atteindre des marges comparables à Hermès. Le titre est dans le portefeuille de Warren Buffett. Une belle référence ! Depuis mon achat de 1 700 euros, la hausse des taux, l'inflation, la guerre en Ukraine et les perturbations en logistique ont fait basculer le titre... Je suis à -50 %. A suivre...

1652019727554.png

On va maintenant passer aux titres dans le vert. :)

J'ai Ameresco qui est spécialisé dans les solutions permettant d'aider les entreprises dans la transition énergétique (panneaux solaires, énergie verte...). Le titre est très volatil. Je suis à +18 %, mais j'ai déjà atteint 70 %. L'entreprise est rentable. Je conserve au chaud.

Ma plus belle réussite et seule grosse capitalisation : Tesla (+ 42 %). Au départ, je ne pensais jamais acheter ce titre, mais en regardant la croissance à venir et les forces de l'entreprise, j'ai changé d'avis. Je réfléchis à renforcer ma ligne (1 700 euros investis).

Quelques "leçons" dont je titre de cette expérience :
- attention aux titres à la mode, je l'avais déjà soulevé avec la vague verte, dont notamment les énergies renouvelables et l'hydrogène.
- attention à Twitter et aux personnes faisant tout pour faire monter un titre... On ne les entend plus lorsque le titre a baissé
- attention aux petites capitalisations beaucoup plus volatiles et moins résilientes...
- le rendement des titres est à la hauteur du risque
- je veux privilégier les titres cotés depuis 5 ans et qui gagneront de l'argent d'ici 1 à 2 ans maximum en cas de nouvel achat spéculatif

Mon but est maintenant de diversifier un peu plus mon CTO si je rentre de nouveaux titres.

Capture d’écran 2022-05-08 à 16.33.39.png
Capture d’écran 2022-05-08 à 16.34.22.png
 
Haut