Rupture commerciale avec un courtier d'av.

hargneux

Top contributeur
Bonsoir

Vous trouvez normal d’avoir le choix du commençant, mais anormal qu’un commerçant n’ai pas le choix de son client.


Tout à fait d'accord avec ça. Une relation commerciale se fait à 2 et chacune des parties a le droit d'y renoncer, pourquoi seul le coté "client" pourrait il le faire ?
Est ce que quand on change de fournisseur dans un domaine on va toujours expliquer à l'ancien pourquoi on change ?
 
Bonjour,

Bonjour,

Cependant il n'est peut-être pas inutile de préciser qu'un professionnel ne peut - sans motif valable - refuser une vente et/ou une prestation de services, à un "client" qui la demande.

Cdt

Exactement, c'est bien ce à quoi je pensais en postant. Par ailleurs, j'ai payé tous les ans, des frais de gestion, ne servent-ils pas à rémunérer cet intermédiaire qui refuse de me voir/servir dorénavant?

Pour ce qui est du motif, et sans rentrer dans les détails, il semblerait que je ne l'intéresse plus étant donné que, d'après ce que j'ai compris, il s'agit d'un "service" qu'il rend à l'assureur, mais dans le but de capter une clientèle qui lui est propre et de lui proposer ses propres produits de placement. Or effectivement, je ne me suis pas laissé tenter par ses propositions, qui étaient très chargées en frais.

Un peu comme si un "relais colis" refusait la livraison de vos paquets chez lui sous prétexte que vous ne lui achetez rien.

En attendant, je ne peux plus faire d'opération sur le contrat, l'assureur me disant ne rien pouvoir faire pour moi, d'où ma question: est-ce bien légal?

Pierre.
 

CharlyBgood

Contributeur régulier
Par ailleurs, j'ai payé tous les ans, des frais de gestion, ne servent-ils pas à rémunérer cet intermédiaire qui refuse de me voir/servir dorénavant?

Les frais de gestion servent à gérer votre contrat.
Il est vrai que les courtiers-revendeurs en touchent souvent une partie au gré de l'assureur: ce n'est pas automatique.

Si vous êtes investis très majoritairement en fonds €uros, on peut cependant imaginer que l'assureur ne veuille plus partager ses "maigres" frais de gestion avec un courtier qui ne lui envoie pas des Clients avec davantage d'UC.
Est-ce le cas ? Quelle est grosso modo la répartition Fds € / Uc de votre allocation d'AV svp ?


En attendant, je ne peux plus faire d'opération sur le contrat, l'assureur me disant ne rien pouvoir faire pour moi, d'où ma question: est-ce bien légal?

A mon avis non.
Tout au plus peut-il vous mettre entre les mains d'un autre courtier / intermédiaire parce que ça l'arrange: les Assureurs gèrent "le marché de gros", les courtiers sont les "détaillants" pour les particuliers, pour faire simple.

Et il y a une chose que l'assureur doit faire pour vous si vous lui demandez, c'est racheter complètement votre contrat, si naturellement vous trouvez intérêt à en changer.
Sur la place, les bons intermédiaires ne manquent pas les MoneyVoxiens habitués le savent:
 
Les frais de gestion servent à gérer votre contrat.
Il est vrai que les courtiers-revendeurs en touchent souvent une partie au gré de l'assureur: ce n'est pas automatique.

Si vous êtes investis très majoritairement en fonds €uros, on peut cependant imaginer que l'assureur ne veuille plus partager ses "maigres" frais de gestion avec un courtier qui ne lui envoie pas des Clients avec davantage d'UC.
Est-ce le cas ? Quelle est grosso modo la répartition Fds € / Uc de votre allocation d'AV svp ?

Effectivement le contrat est investi 100% en fonds euros. Mais de toutes les façons, les frais de gestion de 0,6% sont les mêmes sur les UC que sur le fonds euros. Et les frais sont bien prélevés chaque année, j'ai une ligne de rémunération brute et une ligne de frais de gestion. Et puis très sincèrement, c'est un peu facile comme argument, à ce petit jeu là les assureurs gagnent à tous les coups: si la situation devient défavorable pour eux et que je ne leur rapporte plus d'argent, je suis viré???
 
Et il y a une chose que l'assureur doit faire pour vous si vous lui demandez, c'est racheter complètement votre contrat, si naturellement vous trouvez intérêt à en changer.
Sur la place, les bons intermédiaires ne manquent pas les MoneyVoxiens habitués le savent:

Je ne souhaite pas faire un rachat total, du moins pas maintenant...Par ailleurs, je ne l'ai pas évoqué mais le ton de la lettre de rupture était particulièrement agressif voire blessant. Imaginez qu'un commerçant vous informe, alors que vous vous êtes toujours comporté normalement chez lui, vous maintenant vous "dégagez". Comment le prendriez-vous?

Pierre
 

CharlyBgood

Contributeur régulier
Effectivement le contrat est investi 100% en fonds euros. Mais de toutes les façons, les frais de gestion de 0,6% sont les mêmes sur les UC que sur le fonds euros. Et les frais sont bien prélevés chaque année, j'ai une ligne de rémunération brute et une ligne de frais de gestion. Et puis très sincèrement, c'est un peu facile comme argument, à ce petit jeu là les assureurs gagnent à tous les coups: si la situation devient défavorable pour eux et que je ne leur rapporte plus d'argent, je suis viré???

Il me semblait bien ...

Alors 2 choses:

1°) Quelle est la réelle valeur ajoutée d'un Conseiller-courtier-distributeur sur une AV 100% fds €uros ?
=> pas très importante sauf à détecter que sur ce contrat tu ne supportes aucun risque

2°) Pour le meilleur et pour le pire - je ne porte aucun jugement, il y a une file sur Generali qui en débat - les assureurs sont aujourd'hui contraints de mobiliser des fonds propres de façon bcp + importantes sur leurs encours de fonds €uros (Solvency II ou Solvabilité 2); ces fonds propres leur coûtent + chers à assurer. Donc ils réagissent (parfois sur-réagissent comme Generali) et incitent + ou - fortement leurs clients à se tourner vers les UC.

Et en l'occurrence, ce n'est pas toi qui est viré mais ton courtier je pense: un intermédiaire de moins à engraisser.
Vu ton allocation, je trouve la solution - certes un tantinet brutale - mais sur le fond logique.
 

CharlyBgood

Contributeur régulier
e ne souhaite pas faire un rachat total, du moins pas maintenant...Par ailleurs, je ne l'ai pas évoqué mais le ton de la lettre de rupture était particulièrement agressif voire blessant. Imaginez qu'un commerçant vous informe, alors que vous vous êtes toujours comporté normalement chez lui, vous maintenant vous "dégagez". Comment le prendriez-vous?

Le rachat n'est pas obligatoire bien sûr.
Juste, vous semblez courroucé ce que je comprends vu le ton et la soudaineté.
Je serai certainement offusqué comme vous. La forme compte autant que le fond de nos jours.

Mais sur le fond, ce courtier ne gagnant plus rien de son assureur, ne peut conserver un client qui le plombe: c'est normal. Peut-être dur à entendre et vivre, je le comprends et l'entends, mais normal.

Et c'est un commercial qui vous le dit...
 

moietmoi

Top contributeur
Imaginez qu'un commerçant vous informe, alors que vous vous êtes toujours comporté normalement chez lui, vous maintenant vous "dégagez". Comment le prendriez-vous?
avez vous remarqué que chez votre boulanger ou marchand de légumes, il y a différents salariés qui vous servent, et que cela change de têtes au gré des saisons et des humeurs de l'employeur et des employés?
Un agent représente la compagnie qu'il vous propose, à la différence d'un courtier qui lui, vous représente auprès de la compagnie;
Les métiers pour la distribution des produits d'assurances, pour des raisons historiques, se sont construits avec des agents et des courtiers comme l'automobile avec des concessionnaires et la vente de mc do avec des franchises...

Bien des agents d'assurance(surtout dans les produits financiers) sont quasi des pseudos salariés déguisés malgré eux, la compagnie vous mettra en relation avec un nouveau vendeur...
 
Dernière modification:

CharlyBgood

Contributeur régulier
Bien des agents d'assurance(surtout dans les produits financiers) sont quasi des pseudos salariés déguisés malgré eux, la compagnie vous mettra en relation avec un nouveau vendeur...

Et que dire des conseillers bancaires qui changent tous les 2 ans à qui mieux mieux ?
La différence en l'espèce étant qu'on ne vous dit pas: "je vous veux plus, donc dégagez !" (j'exagère et résume)
Mais: "Bonjour ! Voici votre nouveau Conseiller M. Rapetou ..." l'ancien est déjà aux oubliettes, parti sans dire au revoir comme un voleur (qu'il est parfois d'ailleurs mais c'est encore autre chose)

Là où je rejoins et compatis avec notre Ami @Pierre1989, c'est que c'est souvent assez soudain sinon violent, en réalité.

Et le pire du pire, c'est qu'on finit par s'y habituer et ne plus y prendre garde (c'est un peu mon cas, je suis blasé): une forme de déshumanisation s'installe.
 
Haut