Le service études économiques du Crédit Agricole juge « prématuré de parler d’une reprise durable du marché » immobilier, évoquant même un « léger repli » en 2016 après le rebond de 2015. Car si les prix, toujours « surévalués », vont continuer à s’effriter, les taux de crédit devraient légèrement remonter.

Les ventes sont « bien orientées » en 2015 selon la dernière analyse trimestrielle du Crédit Agricole sur l’immobilier résidentiel. Les transactions augmentent aussi bien dans l’ancien que dans le neuf, même si les volumes restent inférieurs aux « très dynamiques » années 2010 et 2011. Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole, juge toutefois « prématuré » de parler de « reprise durable » car l’embellie s’explique avant tout par « deux facteurs conjoncturels » : les mesures publiques de soutien et les taux d'intérêt bas pour les prêts à l’habitat.

Taux de crédit : l’effet d’aubaine pourrait retomber

Les dispositifs publics qu’évoque Olivier Eluère sont le PTZ, l’incitation fiscale à l’investissement locatif (Pinel) ou encore l’abattement de 30% sur les plus-values de cessions de terrains. Ces mesures sont selon lui clairement à l’origine de la reprise des ventes dans le neuf. D’autres facteurs conjoncturels négatifs (chômage, croissance faible, etc.) affectent toutefois les effets de ces mesures.

Mais si le Crédit Agricole se montre mesuré quant au redécollage du marché immobilier, c’est avant tout parce que les taux d’intérêt devraient remonter, lentement et progressivement, en 2016. Or, actuellement, « une partie des acheteurs se décide à acheter car les taux de crédit sont très bas », jugés « proches de leur plancher ». Cet « effet d’aubaine », profitable en 2015, va donc s’essouffler en 2016. Une légère remontée des taux pourrait alors entraîner « un certain attentisme et un tassement des ventes dans l’ancien ».

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Des prix qui restent « surévalués »

L’autre élément empêchant une reprise franche et durable, c’est le niveau « élevé » des prix, qui restent encore aujourd’hui « surévalués » selon l’auteur de ce rapport, Olivier Eluère. Cette tendance des vendeurs à proposer des prix trop élevés se régule petit à petit : les prix étaient surévalués « de près de 20% début 2012 », contre « 0% à 5% début 2015 » selon le service études économiques de la banque. La correction des prix affichés devrait donc se poursuivre. La banque verte pronostique ainsi une baisse de 1% sur un an à la fin 2015, et à nouveau une baisse de 1% sur l’année 2016. Pour une « baisse cumulée » de 9% entre 2011 et 2016.

« Plutôt que de reprise [du marché immobilier], il vaut donc mieux parler d’un rebond en 2015, suivi en 2016 d’une stabilisation voire d’un léger repli », conclut ainsi Olivier Eluère. Tablant sur une lente inflexion du taux de chômage en 2016 et 2017, l’économiste estime que la « reprise durable du marché », avec un véritable retour des primo-accédants à revenu modéré, s’avère « plutôt envisageable à l’horizon 2018-2019 ».