Marine Le Pen affronte Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, dimanche 24 avril. A quelques heures du traditionnel débat de l'entre-deux-tours, MoneyVox fait le point sur les promesses « argent » de la candidate d'extrême droite en cas d'accession à l'Elysée.

Impôt sur le revenu

La candidate du Rassemblement national n'envisage pas un bouleversement de l'impôt sur le revenu, que 43,9% de la population paie à ce jour. Néanmoins, elle propose d'abord de rétablir la demi-part fiscale pour les veufs et veuves. Marine Le Pen estime que la mesure profiterait à deux millions de personnes pour un gain moyen de 550 euros par an. Autre mesure à destination des familles : créer une part fiscale complète dès le deuxième enfant. Résultat, un couple (marié ou pacsé) avec deux enfants aurait droit à 3,5 parts, et plus 3 comme aujourd'hui.

Enfin, Marine Le Pen veut exonérer d'impôt sur le revenu tous les jeunes actifs jusqu'à 30 ans. Une mesure plus complexe qu'il n'y parait à mettre en place.

Marine Le Pen peut-elle vraiment exonérer les jeunes de moins de 30 ans ?

Suppression de la redevance télé

Marine Le Pen veut supprimer la redevance télé en cas d'élection. Cette redevance sert à financer les chaînes de TV et de radio du secteur public, comme France Télévisions, Radio France, Arte ou France Médias Monde (France 24, RFI...). La candidate du Rassemblement national (RN) entend tout simplement privatiser tout l'audiovisuel public, ce qui lui permettrait de supprimer cet impôt destiné à son financement.

Le retour de l'ISF ?

Marine Le Pen veut supprimer l'impôt sur la fortune immobilière pour le remplacer par un « impôt sur la fortune financière » (IFF). Le barème utilisé serait semblable à celui de l'ancien ISF, en vigueur jusqu'en 2017. Mais le panel du patrimoine imposé ne serait pas aussi large qu'avec l'ancien ISF. Certains biens sortiraient de l'assiette imposable : exclusion de la « résidence principale ou unique », certains biens professionnels, monuments historiques, etc.

ISF : les divergences de Le Pen et Macron sur l'impôt des riches

Salaires

Marine Le Pen propose d'exonérer de cotisations patronales les entreprises qui comptent augmenter de 10% les salaires de ceux qui gagnent jusqu'à trois Smic. Précision d'importance : seule l'augmentation serait concernée par l'exonération des cotisations et pas l'ensemble de la rémunération. La mise en œuvre de cette mesure serait effective dès 2022, pour une durée de 5 ans, promet la candidate RN.

Hausse de salaires : ce que vous promettent Le Pen et Macron

Droits de succession

Marine le Pen ne touche pas, en l'état, aux abattements de droits de succession. Mais son programme crée une nouvelle exonération pour « les biens immobiliers à hauteur de 300 000 euros ».

Réforme des droits de succession : ce que coûtent les promesses de Macron et Le Pen

Retraite

Marine Le Pen défend la liberté de « pouvoir partir à la retraite à 60 ans lorsque l'on a quarante annuités et que l'on a commencé à travailler entre 17 et 20 ans. » Un changement de ligne majeur chez Marine Le Pen qui défendait en 2012 et 2017 la retraite pour tous, à taux plein, dès 60 ans.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Avec son nouveau projet de réforme, l'âge légal de départ resterait donc de 62 ans, comme aujourd'hui, sauf pour les carrières longues. Et commencer à travailler plus tard nécessiterait de travailler plus longtemps, à l'image du système actuel, pour éviter une pension trop faible. Plus concrètement, en commençant à travailler à partir de 25 ans, la retraite à taux plein serait possible après 42 annuités, soit un départ à 67 ans. En cas d'élection, elle s'est engagée à ne pas aller au-delà et ne s'est pas prononcée sur les régimes spéciaux.

Réforme des retraites : le duel choc des propositions de Macron et Le Pen

Electricité, gaz, carburant

Marine souhaite baisser « la TVA de 20% à 5,5% sur l'ensemble de l'énergie : gaz, électricité, fioul, carburant. » La candidate RN vise ainsi une baisse de 150 à 200 euros des dépenses contraintes mensuelles des Français. Mais passer par la loi prendrait du temps...

« Normalement, il est nécessaire d'en passer par la loi pour toucher à la TVA mais il existe un précédent en 2012 », rappelle François Ecalle, président de Fipeco, un site d'informations sur les finances publiques et ancien rapporteur général à la Cour des comptes, en faisant référence à la baisse de la TICPE, par décret, peu après l'élection de 2012. A l'époque, personne ne s'était attaquée à cette mesure ponctuelle. L'histoire se répéterait-elle ? Ou y aurait-il un risque que cette baisse durable de la TVA - dans le cas de Marine Le Pen - soit retoquée avant un passage par la loi ?

Qui de Macron ou Le Pen fera le plus baisser votre facture d'énergie ?

Aides sociales

La candidate d'extrême-droite prévoit de mettre en place une « priorité nationale », principe qui permettra, selon elle, « de réserver un certain nombre des prestations sociales aux seuls Français ou encore de leur accorder une priorité d'accès au logement social ». A la clé, 16,1 milliards d'euros économisés chaque année, estime la candidate du Rassemblement national.

Immobilier

Marine Le Pen veut « rendre les prêts immobiliers transférables d'un bien à l'autre » et se dit « favorable à la portabilité des prêts immobiliers de l'acheteur au vendeur », sur le modèle de ce qui se fait dans les pays anglo-saxons. Un prêt à taux zéro de 100 000 euros pourrait aussi être accordé aux primo-accédants.

Prêt de 100 000 euros à taux zéro : la (très) chère mesure de Marine Le Pen