Emmanuel Macron a été réélu dimanche 24 avril pour un second mandat avec 58% des suffrages face à Marine Le Pen. Tout au long de la campagne, le président de la République sortant a multiplié les annonces sur le pouvoir d'achat des Français. Voici ses principaux chantiers, s'il obtient une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale en juin, pour les cinq années à venir.

Impôt sur le revenu

Emmanuel Macron a fait une seule promesse en matière d'impôt sur le revenu pendant cette campagne : donner la possibilité aux concubins de faire une déclaration de revenus conjointe comme s'ils étaient mariés ou pacsés. En 2013, l'Insee estimait que 36% des couples en union libre gagneraient à être imposés conjointement et 40% y perdraient.

Déclaration commune pour les concubins, la fausse bonne idée de Macron ?

Suppression de la redevance TV

Emmanuel Macron s'est engagé à supprimer la redevance télé, soit un gain annuel de 138 euros par foyer équipé d'un téléviseur. Actuellement, cette redevance permet de financer les chaînes de TV et de radio du secteur public, comme France Télévisions, Radio France, Arte ou France Médias Monde (France 24, RFI...) : le président réélu veut financer l'audiovisuel public par un autre biais que cette redevance.

Suppression de la redevance TV : Macron veut un budget garantissant l'indépendance des médias publics

Salaires

Emmanuel Macron ne propose pas d'augmentations de salaire à proprement parler. Néanmoins, il a annoncé récemment l'indexation des pensions de retraites dès cet été ou encore le dégel du point d'indice des fonctionnaires, synonyme d'augmentation d'ici l'été pour les fonctionnaires. Une première depuis plus de 10 ans.

Droits de succession

Emmanuel Macron a annoncé une augmentation de l'abattement de droits de succession en ligne directe (soit minimum un enfant héritier) de 100 000 euros à 150 000 euros, « pour tenir compte de l'évolution des prix de l'immobilier ». Il compte aussi porter à 100 000 euros les abattements pour les transmissions aux neveux et nièces du défunt, aux enfants de conjoint pour les familles recomposées, aux petits-enfants et donc plus globalement « aux autres membres de la famille ».

Fiscalité de l'héritage : que changerait la promesse du candidat Macron ?

Retraite

Emmanuel Macron a prévu de s'attaquer aux retraites. Après avoir annoncé un report de l'âge légal de départ à 65 ans avant le premier tour, le président réélu se dit désormais prêt à négocier (64 ans ?) voire à user d'un référendum sur le sujet. « Je suis prêt à bouger le rapport au temps si je ressens trop d'angoisse (...) Les 65 ans ne sont pas un dogme », a-t-il jugé. Cette réforme Macron des retraites mettra également en place une pension minimale de 1 100 euros après une carrière pleine et la suppression de certains régimes spéciaux (EDF, SNCF) pour les nouveaux entrants mais pas celui des fonctionnaires dont la retraite se calcule sur les six derniers mois travaillés.

Electricité, gaz, carburant

Emmanuel Macron a promis de « maintenir un bouclier pour les prix du gaz et de l'électricité ce qui permet une économie annuelle équivalente à 1 200 euros pour famille qui se chauffe au gaz et de 300 euros pour une famille qui se chauffe à l'électricité ». Néanmoins, ce dispositif a une lacune : un possible rattrapage demandé aux ménages, une fois le bouclier levé. Prévue pour février 2023, la fin du dispositif devrait être repoussée si Emmanuel Macron est réélu malgré un coût de 20 milliards d'euros pour les finances publiques depuis novembre.

Sur la question des prix du carburant, le président entamant un second mandat promet de maintenir la baisse actuelle de 18 centimes à la pompe.

Carburant, électricité... Les propositions de Macron et Le Pen passées au crible

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Aides sociales

Emmanuel Macron souhaite conditionner le versement du revenu de solidarité active (RSA) à « l'obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine » à une activité favorisant l'insertion professionnelle. Ce RSA sera fusionné avec d'autres aides versées par les Caisses d'allocations familiales (CAF), comme les aides au logement (APL) et la prime d'activité.

L'ensemble de ces aides formeront un revenu universel d'activité (RUA), versé directement « à la source ». Une réforme sur laquelle insiste le chef de l'Etat mais dont les contours restent bien flous, même chez ses plus proches soutiens.

Solidarité à la source : ce que changerait la réforme (floue) de Macron pour vos aides sociales

Emmanuel Macron prévoit en outre de revaloriser certaines prestations sociales comme l'allocation de soutien pour les mères célibataires, qui sera augmentée de 116 à 174 euros par enfant, ou l'Allocation adulte handicapé (AAH) sera également revalorisée de 100 euros.

Le chef de l'Etat a aussi prévu une nouvelle réforme de l'assurance chômage alors que Pôle Emploi deviendra « France Travail ».

Aides sociales : RSA, AAH... Ces nouveautés que vous réservent Le Pen et Macron

Prime Macron x3

Emmanuel Macron a promis de tripler le montant de la prime d'activité, aujourd'hui plafonnée à 1 000 euros. Le candidat promet ainsi de porter ce plafond à 3 000 euros s'il est réélu. En cas d'accord d'intéressement, le plafond passerait à 6 000 euros. En 2021, environ 4 millions de Français avaient pu bénéficier de ce coup de pouce financier, pour un montant moyen de 506 euros par personne. Cette prime Macron reboostée s'inscrirait dans un concept global de « dividende salarié », sorte d'épargne salariale élargie avec plusieurs possibilités de partage des profits dans les entreprises.

Prime Macron : la promesse de 6 000 euros de bonus en cas d'intéressement

Compte épargne-temps universel

Un compte épargne-temps universel pour « mieux organiser son temps de travail tout au long de sa vie » : voici le grand principe imaginé par Emmanuel Macron et son équipe de campagne. Il a dévoilé ce projet au moment de la conférence de présentation de son programme en vue de ce mandat pour la période 2022-2027. L'objectif est de rendre le CET portable, c'est-à-dire de l'emporter même quand vous changez d'employeur, de pouvoir plus aisément monétiser ce CET, en convertissant les congés accumulés en complément de salaire, et donc de rendre ce CET universel en le rendant accessible à tous les salariés.

Compte-épargne temps universel : ce que cache la promesse de Macron

Impôts locaux : pas de grande réforme en vue

« Un grand chantier “fiscalité locale” sur un début de quinquennat, je ne suis pas sûr que ce soit la priorité » : cette déclaration n'est pas celle d'Emmanuel Macron mais de son relais lors de la campagne sur les sujets économiques et fiscaux, Laurent Saint-Martin. La réforme des valeurs locatives, base de calcul de la taxe foncière, reste elle au menu de ce nouveau quinquennat mais à l'horizon 2026.

Interview. Baisse d'impôt, redevance TV, héritage : les priorités fiscales du candidat Macron en détail

Taxe d'habitation, suppression de l'ISF, plafonds de frais bancaires, PER, flat tax... Notre dossier « bilan » du 1er quinquennat Macron