Les projets des citadins souhaitant fuir la ville ont bouleversé le marché immobilier des maisons rurales, selon les derniers chiffres de la Safer. En 2021, les prix ont augmenté de 9,3% en un an. Mais dans de nombreux départements comme les Pyrénées-Orientales, la Creuse ou les Alpes-de-Haute-Provence, la hausse dépasse largement les 10%.

De plus grands espaces, avec un extérieur et loin des centres urbains. Avec la crise sanitaire, les citadins ont changé de projet immobilier. Ce qui a eu pour conséquence de perturber le marché immobilier dans les zones rurales. Les maisons qui s'y trouvent représentent un peu plus de 10% du total des ventes enregistrées par les notaires l'an passé.

Leur prix a atteint en moyenne 199 000 euros en 2021. C'est 9,3% de plus qu'en 2020 selon une étude publiée par le réseau national des Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer), rapporte Capital.

Des régions plus touchées que d'autres

Dans certains départements, les prix ont davantage augmenté que dans d'autres. On pointe la plus forte hausse dans les Pyrénées-Orientales (17,8%). Là-bas, une maison à la campagne est cédée en moyenne au prix de 284 000 euros. L'étude note également de fortes augmentations dans la Creuse (16,7%), les Alpes-de-Haute-Provence (16%), les Landes (14,3%) ou encore la Haute-Savoie (14%).

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

La carte de France fait apparaître des déséquilibres entre les régions. Ainsi, les hausses sont davantage marquées en Bretagne (de 8,8% à 12,7% selon les départements) et en Nouvelle-Aquitaine avec de nombreux départements dont la hausse des prix a dépassé 10%. C'est le cas aussi en Provence-Alpes-Côte d'Azur où mis à part dans les Hautes-Alpes (-3,4%), la tendance est aussi à la hausse.

Immobilier : la France championne d'Europe des résidences secondaires

En Centre-Val-de-Loire, la majorité des départements a subi également des hausses au-delà de 10%. Quelques départements sont exclus de cette tendance haussière. Une majorité d'entre eux se trouvent dans l'Est de la France comme la Meuse (-6,6% en un an), les Ardennes (-3,4%), la Haute-Saône (-0,9%) et la Côte d'Or (-0,6%). La Haute-Corse (-4,7%) ou encore l'Allier (-1%) sont également concernés par une baisse des prix des maisons rurales.