Accession à la propriété, élargissement du PTZ, encadrement des loyers... A la veille du premier tour de l'élection présidentielle le 10 avril prochain, retour sur les propositions des candidats sur le logement.

Pour les primo-accédants et même les locataires, les candidats à la présidentielle 2022 ont fait de nombreuses propositions concernant le logement et l'accession à la propriété.

Marine Le Pen pour un prêt à taux zéro public

La candidate du Rassemblement National souhaite mettre en place un prêt public à taux zéro, à l'image du PTZ. D'un montant maximum de 100 000 euros, il sera accessible aux couples de moins de 30 ans ayant son premier enfant pour compléter leur financement. Dans un second temps, il ne serait pas nécessaire de rembourser le capital restant dû du prêt en cas de naissance d'un troisième enfant.

De son côté, Eric Zemmour propose une exonération des droits de mutation pour les primo-accédants (pour un achat d'un montant maximum de 250 000 euros). Il propose également une déduction de la moitié des intérêts d'emprunt pendant cinq ans de l'impôt sur le revenu

La caution solidaire pour les intérimaires de Valérie Pécresse

La candidate Les Républicains a pour ambition de construire 500 000 logements par an (dont 375 000 privés et 125 000 logements sociaux). Pour faciliter l'accession à la propriété, Valérie Pécresse propose aussi la création d'une caution solidaire servant de garantie auprès des banques pour les intérimaires, salariés précaires en CDD, auto-entrepreneurs et indépendants. Afin de permettre acquéreurs de se constituer un apport plus important, elle souhaite aussi une défiscalisation jusqu'à 100 000 euros tous les six ans des donations des parents et grands-parents à leurs enfants et petits-enfants. Marine Le Pen propose une exonération tous les dix ans.

Jean-Luc Mélenchon quant à lui souhaite développer un dispositif type Bail réel solidaire (BRS) qui permettrait aux ménages modestes de devenir propriétaires à des prix inférieurs à ceux du marché. Pour rappel, le BRS permet de dissocier le terrain et le bâti. Le ménage achète les murs et le terrain est loué à l'acquéreur pendant 18 à 99 ans, selon la durée du bail fixée.

Nathalie Arthaud, Fabien Roussel, Philippe Poutou et Jean Lassalle n'ont pas fait de propositions spécifiques concernant l'accession à la propriété.

Présidentielle : Smic à 1 500 euros, prime... Ce que proposent les candidats pour nos salaires

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Le plafonnement des loyers et la revalorisation des APL

Pour les candidats à la présidentielle, le sujet du logement, même au delà de l'accession à la propriété, est bien présent dans leur campagne. Anne Hidalgo, candidate du Parti Socialiste, souhaite notamment plafonner les loyers dans toutes les zones tendues et mettre en place un « bouclier logement », une allocation complémentaire aux APL aux personnes ou ménages éligibles. Cette allocation pourra être accessible dès lors que leurs dépenses pour se loger excèdent 30% de leurs revenus.

Jean-Luc Mélenchon propose d'étendre le plafonnement des loyers à tout le territoire mais aussi d'abaisser ces plafonds dans les grandes villes.

Emmanuel Macron, souhaite étendre la garantie Visale à tous les locataires. Accordée par Action Logement, cette caution permet aux salariés du secteur privé et agricole gagnant jusqu'à 1 500 euros nets par mois de bénéficier d'une garantie d'Etat qui se charge de payer les loyers au propriétaire en cas d'impayés. Les locataires doivent ensuite rembourser Action Logement. Tout comme Yannick Jadot, le président en campagne pour un deuxième mandat souhaite également augmenter le nombre de transformations des bureaux en habitations.

Présidentielle : RSA, APL, AAH... Qui veut raboter ou booster les aides sociales ?