Contrairement au confinement du printemps dernier, rien ne vous empêche de finaliser l’achat d’un bien immobilier en cet automne 2020. A une exception près : si vous n’en êtes qu’au stade des visites, ça se complique…

« A ce stade, il n’y a pas de dérogation prévue pour les visites immobilières. » Emmanuelle Wargon a le mérite de la clarté. Interrogée vendredi 30 octobre sur la webradio spécialisée Radio.immo, la ministre déléguée au Logement a très clairement fermé la porte à toutes visites de particuliers dans un bien qu’ils souhaitent acheter ou louer.

Les « visites virtuelles », en attendant…

En revanche, à l’image de nombreux secteurs, le gouvernement souhaite maintenir l’activité économique lors de ce reconfinement. Les agents immobiliers peuvent donc continuer à travailler. Comment ? Emmanuelle Wargon a distingué les déplacements personnels d’acheteurs ou locataires des déplacements professionnels des agents : « Du point de vue du particulier, le fait de se déplacer dans une agence immobilière ou pour aller visiter un appartement ou une maison n’est pas possible. Du point de vue de l’agent immobilier, il peut continuer à se rendre chez ses prospects. Quand vous êtes chez vous, vous pouvez accueillir un agent immobilier qui va ponctuellement venir prendre quelques photos pour mettre votre bien en location ou en vente. » Des photos, ou des vidéos, afin de « prévoir la visite virtuelle du bien », a ensuite précisé la ministre déléguée, toujours dans cette émission où elle a répondu à de nombreux professionnels du secteur, dont le président de la FNAIM Jean-Marc Torrollion.

Mot d’ordre : permettre les visites virtuelles, et la communication de multiples photos, pour que les acheteurs potentiels puissent a minima se faire une idée des biens en vente ou en location. Pas toujours suffisant pour choisir définitivement son logement, mais cela doit permettre d’affiner la sélection avant que les visites soient à nouveau permises.

La fermeture des agences est confirmée

« Les agences immobilières seront fermées au public », a confirmé Emmanuelle Wargon lundi 2 novembre lors d'une conférence de presse, rappelant à nouveau que les agents immobiliers doivent travailler à distance, et qu'ils peuvent uniquement se déplacer chez leurs clients pour les photos, vidéos ou pour effectuer un état des lieux.

Une règle assouplie dès la mi-novembre ?

La FNAIM, Plurience et Unis, associations et groupement de professionnels de l’immobilier, ont cosigné un communiqué le 29 octobre en demandant que les visites de logement soient « considérées comme un motif de déplacement dérogatoire ». Ces groupements professionnels n’ont donc pas eu gain de cause, pour le moment…

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Je veux bien que l’on y retravaille et qu’au prochain point d’étape, dans 15 jours, l’on se repose cette question, a déclaré Emmanuelle Wargon sur Radio.immo. La difficulté, c’est de faire la part entre les visites urgentes de personnes qui ont vraiment besoin de trouver un logement dans les jours ou semaines qui viennent, versus l’envie naturelle de chacun de pouvoir continuer à visiter parce qu’il y a un projet. » La ministre déléguée ouvre ainsi la porte à des visites pour des « cas particuliers » à compter de la mi-novembre, tout en limitant ces cas aux seules visites urgentes, et sous réserve de l'évolution de la crise sanitaire...

Signer la vente, récupérer ses clés puis déménager, c’est possible

Toutes les démarches liées à la finalisation d’un achat, en particulier la signature chez le notaire, ou les étapes préalables au déménagement, telles que récupérer vos clés, sont autorisées lors de ce reconfinement.

Lire aussi : Télétravail, banque, logement… 5 questions pratiques sur le reconfinement