Vous voulez financer un camping-car, une maison en Europe ou des parts de SCPI ? Avez-vous pensé au prêt hypothécaire ? Si cette solution a un coût, elle peut permettre aux personnes déjà propriétaires de réaliser de nombreux projets.

On ne vous apprend plus rien, le marché du crédit immobilier se durcit ces dernières semaines. Avec un taux d'usure, le taux maximal auquel une banque peut prêter, fixé à 2,57% jusqu'à début octobre pour les prêts de 20 ans et plus, l'ambiance n'est pas à la fête.

En effet, le taux moyen pour un prêt sur 20 ans est de 1,85% début juillet selon le courtier Meilleurtaux. Or à ce taux nominal, il faut notamment ajouter les dépenses annexes comme les frais de dossier, les éventuels frais de courtage mais surtout l'assurance de prêt. Et son montant peut grimper rapidement en fonction de l'âge de l'emprunteur. Résultat, de nombreux particuliers se voient refuser un crédit immobilier car le taux global, aussi appelé TAEG, dépasse le taux d'usure.

Faire des travaux, partir en vacances ou acheter une Ferrari

Mais alors, doit-on renoncer au crédit si l'on est dans cette situation ? Pas forcément ! Peu connu en France, à l'inverse de pays comme la Belgique ou la Suisse, le prêt hypothécaire se fait une place dans l'Hexagone.

Comment faire alors pour y prétendre ? Tout d'abord, vous devez être propriétaire d'un bien situé en France, et avoir terminé de le rembourser. Ensuite, plutôt qu'un prêt classique avec assurance emprunteur et garantie, « la banque peut vous proposer de ne pas passer par un organisme de cautionnement mais de mettre le bien dont vous êtes propriétaire en garantie, explique Cécile Roquelaure, porte-parole du courtier Empruntis. Dès que l'on passe chez le notaire, pour prendre en garantie, en sureté réelle, un bien immobilier pour garantir votre crédit, vous êtes sur un prêt hypothécaire. » Si vous réglez votre prêt comme prévu, pas de souci. En cas de défaut de paiement en revanche, la banque peut revendre votre bien pour se rembourser.

Dans le cadre d'un prêt immobilier hypothécaire, impossible de financer sa résidence principale si l'on est primo-accédant, puisque le principe même du prêt hypothécaire est de proposer à la banque de sécuriser le prêt qu'elle vous concède avec un bien immobilier que vous possédez déjà. Le prêt hypothécaire est donc possible pour l'achat d'une résidence secondaire, dans l'optique d'acheter un bien pour le louer ou encore pour acquérir un bien à l'étranger.

Immobilier : achat ou vente en viager, ce que vous avez vraiment à y gagner

Ce mode de financement serait aussi de plus en plus utilisé pour financer une opération n'ayant rien à voir avec l'immobilier. « On peut aussi faire du prêt hypothécaire pour avoir une trésorerie, confirme Cécile Roquelaure. Je peux mettre en garantie un bien immobilier et demander un financement de 50 000 euros pour me payer un voyage de rêve, un camping-car, des parts de SCPI... Si ça vous fait plaisir, vous pouvez même acheter une Ferrari ! » Selon Empruntis, de plus en plus de gens ont par exemple recours à ce procédé pour régler des frais de succession ou se lancer dans de gros travaux dans leur logement. Le montant finançable de cette manière varie de 22 000 à 750 000 euros.

Attention cependant. Le prêt hypothécaire ne peut pas être utilisé pour n'importe quel projet, et pour cause : le mettre en place coûte cher. « On ne fait pas un crédit hypothécaire seulement pour se payer des vacances, juge Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. Il y a des frais très élevés, entre les frais de mise en place du crédit hypothécaire, les frais de notaire, des frais d'expertise, des frais de garantie, des frais de dossier... Nous avons par exemple le dossier d'un emprunteur qui souhaite un financement de 127 400 euros. Avec les frais, l'emprunt total s'élève à 136 000 euros, soit 8 600 euros de frais. » Et dans le cadre d'un achat immobilier, pour une résidence secondaire par exemple, il faut ajouter aux frais de notaire (7 à 11% de la valeur du bien dans l'ancien) encore 1 à 2% pour la prise d'hypothèque.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

De plus, « il y a encore peu de banques qui proposent ce genre de crédit, ce sont des banques spécialisées ou des banques de regroupement de crédits », note Sandrine Allonier. Et ces dernières refusent la plupart du temps de financer les projets en-dessous de 50 000 euros, voire 100 000 euros pour certaines. « Le prêt hypothécaire est donc souvent utilisé pour des projets plus compliqués », explique Sandrine Allonier, qui cite comme exemple des dossiers de financement pour l'achat d'œuvres d'art ou d'un bien immobilier en Europe.

Pour le reste, cela fonctionne comme un crédit classique. Les prêts à but immobilier d'une durée de moins de 20 ans doivent respectés un taux d'usure fixé à 2,60% (2,57% pour les prêts de 20 ans et plus). Si le prêt hypothécaire est non-affecté à de l'immobilier, il devra respecter les taux d'usure des crédits à la consommation.

L'établissement bancaire fixe ensuite un montant, une durée de remboursement (de 60 à 300 mois) et un calendrier d'amortissement. Et comme tout prêt, le crédit hypothécaire est soumis à des taux qui varient selon la durée et le profil de l'emprunteur. « Il n'y a pas de barème classique, confirme Sandrine Allonier. Pour un crédit à but immobilier, un de nos partenaires est actuellement à 2,40%. Pour un crédit hypothécaire à but non-immobilier, on est à 4,30%. »

Le crédit hypothécaire en bref

Pour qui ? Les propriétaires, avec des revenus pérennes, d'un bien sans encours de crédit. Le crédit doit être remboursé avant les 95 ans de l'emprunteur.

Quel montant ? De 22 000 euros à 750 000 euros, selon Empruntis, à partir de 50 000 euros selon Vousfinancer, dans le respect du taux d'endettement obligatoire (35% après projet). La banque accepte souvent de vous prêter à hauteur de 70% de la valeur de votre maison.

Puis-je proposer plusieurs biens en hypothèque pour un même prêt ? La prise de garantie sur plusieurs biens est possible. Mais dans tous les cas, ces derniers doivent être libres de tout encours de crédit ou garanties en cours.

Combien de temps ? La durée du financement varie de 60 à 300 mois.