Depuis le début de l'année 2022, la Banque de France constate une hausse des déclarations au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). Et avec l'inflation, la tendance pourrait bien s'amplifier.

Les ménages français ont-ils de plus en plus de mal à rembourser leurs crédits ? Selon les chiffres de la Banque de France, près de 30 000 ménages ont déposé des dossiers de surendettement depuis le début de l'année 2022. Les inscriptions au FICP (Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers) suite à des incidents de paiement (161 609) ont augmenté de 24% par rapport à 2021, quand les inscriptions au FCC (Fichier central des chèques) suite à des incidents sur chèque enregistrent une hausse de 13%.

Des incidents moins nombreux qu'en 2019

« Les nouvelles déclarations d'incidents réalisés par les établissements de crédit auprès de la BDF sont en hausse par rapport à 2021, sans toutefois être revenues aux niveaux enregistrés en 2019. Cette augmentation sur un an concerne plus particulièrement les incidents de remboursement de crédits aux particuliers », souligne la Banque de France.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Boostée par l'épargne accumulée pendant la pandémie de Covid-19, la production de crédit immobilier a explosé en 2021 (273 milliards d'euros de prêts à l'habitat), profitant également de taux historiquement bas. Mais des problèmes pourraient survenir dans les mois qui viennent. Même si le taux d'endettement est fixé à 35% depuis le 1er janvier dernier, l'inflation actuelle, qui se répercute sur le prix de produits indispensables pour les ménages (carburant, produits alimentaires...) pourrait rendre compliqué le remboursement de certains ménages.

Qui se cache derrière les arnaques aux crédits sur internet ?

Pour l'heure, les autorités françaises ne s'inquiètent pas, conscientes notamment du matelas d'épargne encore abondant des Français, note cet article des Échos.