Jeune pousse française spécialisée dans le paiement en plusieurs fois, Alma vient d’obtenir le feu vert du régulateur du secteur financier, qui lui a accordé un double agrément d’établissement de paiement et de société de financement.

Vous êtes désormais plus de 30% à l’utiliser régulièrement, selon un récent sondage (1) : le paiement en 3 ou 4 fois est en plein décollage en France, où il bénéficie notamment de l’essor du e-commerce. À tel point que les pouvoirs publics réfléchissent à encadrer plus strictement ces facilités de paiement, très facile d’accès et susceptibles d’entraîner des difficultés financières chez des ménages financièrement fragilisés.

La question se pose d’autant plus que ce marché, certes dominé par des organismes de crédit traditionnels (Oney, Floa, Cofidis…), intéresse également des acteurs extra-bancaires, venus du secteur technologique, qui échappent dans l’immédiat à la régulation du gendarme du secteur financier, l’ACPR (2).

Lire aussi : Mini crédit, LLD, paiement en plusieurs fois : la face cachée d'un business polémique

Anticiper une future réglementation

Parmi eux, Alma. La jeune pousse française, lancée il y a deux ans, propose des solutions de paiement fractionné et différé aux clients de grandes enseignes comme Go Sport, Devred, Kookaï, Top Office, La Fée Maraboutée entre autres. Elle a également signé récemment un partenariat avec La Banque Postale. Le tout sans agrément.

Ce n’est plus le cas. Dans un communiqué publié ce lundi, Alma annonce en effet que l’ACPR lui a accordé un double agrément d’établissement de paiement et société de financement. Une étape cruciale pour la jeune société, « fruit de [sa] volonté d’anticiper la future réglementation européenne sur les facilités de paiement », explique Louis Chatriot, CEO et co-fondateur d’Alma.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

« (…) L’obtention de ces agréments auprès de l’ACPR démontre ainsi sa solidité et sa capacité à répondre aux exigences strictes du secteur », détaille le communiqué. « De plus, cette institutionnalisation marque la volonté d’Alma d’aider à construire une régulation du secteur du paiement fractionné. » Ils vont également permettre à Alma de développer son catalogue de produits, en proposant notamment des solutions de paiement fractionné en 10 fois et à destination des entreprises.

Crédit conso en ligne : notre comparatif

(1) Baromètre OpinionWay - FLOA « Les Français et l’évolution des moyens de paiement », avril 2021. (2) Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.