Les taux baissent-ils toujours, ont-ils commencé à remonter, ou restent-ils inchangés ? Les différents baromètres des courtiers en crédit indiquent des mouvements en ordre dispersé, pour une hausse infime en ce début décembre.

1,60%, c’est le taux moyen des crédits à l’habitat à taux fixe, toutes durées confondues, selon la Banque de France. Une moyenne qui concerne le mois d’octobre selon les statistiques dévoilées hier par l’institution. Aussi loin que remontent les archives de la Banque de France (2003), jamais ce taux moyen n’était tombé aussi bas. Il devrait encore s’éroder un peu sur le mois de novembre, à en croire la dernière étude de l’observatoire Crédit Logement-CSA.

Lire à ce propos : Les taux ont encore baissé en novembre selon Crédit Logement-CSA

1,60%, c’est aussi le taux moyen sur 20 ans, en ce tout début décembre, pour les prêts sur 20 ans selon le courtier Empruntis. Un « taux de marché » en très légère hausse par rapport au début novembre 2016 (1,55%). Le tournant des mois de novembre et décembre serait donc le moment où s’opère la bascule, d’un long mouvement de baisse des taux vers une (très) lente remontée.

Des mouvements à la marge sur les barèmes bancaires

Ce schéma doit toutefois être relativisé, car les courtiers ne livrent pas tous le même message. Et la plupart d’entre eux évoquent une hausse non généralisée. Toujours selon Empruntis, trois banques nationales ont augmenté leurs grilles de taux depuis le mois de novembre, pour une augmentation de 0,10 point. Et 29 banques régionales ont suivi le mouvement. Dans le même temps, une banque nationale et cinq banques régionales ont opéré un mouvement inverse, en cherchant à repositionner leurs taux à des niveaux compétitifs par rapport à la concurrence. Résultat, outre cette hausse minime à 1,60% sur 20 ans, le « taux de marché » sur 15 ans remonte lui aussi de 0,05 point à 1,40%, tout comme celui sur 25 ans, à 1,85%.

Le courtier Meilleurtaux livre des moyennes globalement similaires, à 1,33% sur 15 ans, 1,59% sur 20 ans et 1,85% sur 25 ans. Pour des mouvements tout aussi ténus : selon ce courtier, seul le taux fixe sur 20 ans a augmenté depuis novembre. « Cette faible remontée des taux d'intérêt n’indique pas de scénario catastrophe mais peut signifier la fin de l’embellie et des opportunités exceptionnelles tant pour le marché des primo-accédants que des investisseurs », estime pour sa part Jauffrey Ianszen, directeur réseaux et développement d’Immoprêt.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Pas de hausse brusque à prévoir

La plupart des courtiers incitent logiquement les emprunteurs à concrétiser leurs projets d'achats ou de renégociation. Tout en reconnaissant que la remontée à venir ne sera pas brusque, et que son ampleur restera limitée. Jauffrey Ianszen estime ainsi que les taux sur 20 ans seront supérieurs de « 0,50 » point à ceux d’aujourd’hui « d’ici quelques mois ». « Les futurs acquéreurs ne doivent cependant pas trop s'inquiéter car, même si les taux remontent légèrement, ils restent encore très intéressants », abonde Joël Boumendil, PDG d’AceCrédit. Pas de panique, donc.

Lire aussi : Taux immo : vraie remontée ou petit rebond ?