Dans une tribune, le courtier spécialiste du crédit Cafpi propose d’étendre le bénéfice du prêt à taux zéro (PTZ), actuellement réservé à l’achat de logements neufs, aux logements anciens, à condition que les emprunteurs les rénovent.

C’est le 1er octobre qu’entreront en vigueur les mesures d’assouplissement de l’accès au Prêt à taux zéro, dévoilées en juin dernier par le Premier ministre Manuel Valls dans le cadre de son plan de relance de la construction de logements. Une réforme que Cafpi juge « mal orientée » : « Le gouvernement n’a pas pris toute la mesure du problème », estime Philippe Taboret, le directeur général adjoint de Cafpi. « Certaines dispositions viendront sans doute soutenir la construction, collective ou individuelle, dans les villes moyennes et petites (zones B et C). Mais elles n’auront pas grand effet dans les secteurs tendus, là où les besoins sont pourtant les plus criants. »

Pour le courtier, le plan Valls ne règle pas les principaux problèmes pesant actuellement sur le secteur : la difficulté à accéder au crédit pour les primo-accédants et le manque de confiance général des emprunteurs, qui craignent de « s’engager sur le très long terme ».

Investissez dans les PME françaises - 9 plateformes comparées

Un PTZ généralisé mais éco-conditionné

Pour y remédier, Cafpi sort une idée de son chapeau : étendre à l’ensemble du territoire, et notamment aux zones où le marché immobilier est le plus déséquilibré, un « PTZ éco-conditionné » dans l'ancien. Depuis le 1er janvier 2012, le PTZ est en effet limité à l’achat d’un logement neuf. Le gouvernement a bien prévu de rouvrir la porte aux acquisitions dans l’ancien dans le cas où l’emprunteur rénove le logement, notamment du point de vue énergétique. Mais la mesure ne sera valable que dans certains « bourgs ruraux », dont la liste reste à dévoiler.

Lire aussi : Le PTZ 2015 dans l'ancien bénéficiera à « un large nombre de communes »

« En attendant la relance de l’immobilier neuf, une telle mesure permettrait de remettre sur le marché en zone tendue des logements aujourd’hui disponibles et inutilisés car dégradés. [Elle] créera de l’emploi et permettra aux accédants à la propriété d’acquérir un bien vertueux au plan énergétique. » Cafpi sera-t-il entendu ? Réponse début octobre, au moment de la présentation de la loi de finances pour 2015.